Insomnie ponctuelle : un problème facile à surmonter


L’insomnie est l’une des affections du sommeil les plus courantes et se caractérise par une difficulté à s’endormir ou à rester endormi. Il existe plusieurs types d’insomnie en fonction de la durée et les causes potentielles. Parmi elles, il y a l’insomnie ponctuelle aussi appelée l’insomnie aiguë ou à court terme. Cette dernière dure moins de trois mois et peut être particulièrement contraignante. Mais alors, qu’est-ce que l’insomnie ponctuelle ? Quels sont ses causes et ses symptômes ? Comment est-elle diagnostiquée et traitée ? Nos réponses.

Qu’est-ce que l’insomnie ponctuelle ?

L’insomnie aiguë est un trouble du sommeil qui dure moins de trois mois et est le plus souvent liée à des causes identifiables et visibles. Cette insomnie se traduit par une difficulté à initier le cycle du sommeil, de maintenir un état d’endormissement ou une impression d’avoir eu un sommeil non réparateur et de mauvaise qualité avec des répercussions sur le réveil et les fonctions diurnes. De fait, cette insomnie passagère peut vous sortir trop tôt du sommeil et provoquer un réveil précoce. D’autant plus qu’elle provoque une somnolence diurne excessive. En plus de perturber le rythme circadien et la production de l’hormone du sommeil, la mélatonine.

Par ailleurs, il faut savoir que ce dysfonctionnement du sommeil peut se produire même si toutes les conditions sont réunies et optimisées pour un sommeil de plomb. Environnement agréable et aéré, chambre à la bonne température, obscurité, écrans loin de la chambre… pour favoriser le repos pendant la nuit.

Afin d’éviter toute incompréhension, il est à noter que l’insomnie aiguë est aussi connue sous d’autres appellations. On peut notamment citer :

  • L’insomnie d’adaptation,
  • L’insomnie à court terme,
  • Le trouble du sommeil lié au stress,
  • L’insomnie transitoire,
  • L’insomnie passagère.

Les symptômes de l’insomnie ponctuelle

Il existe de nombreux symptômes courants d’insomnie passagère. À savoir :

  • La difficulté d’endormissement,
  • Les difficultés à rester endormi,
  • La faible quantité de l’hormone du sommeil,
  • Les réveils trop tôt le matin,
  • La fatigue ou la somnolence diurne,
  • La perte d’attention et la mauvaise capacité de concentration,
  • Les changements d’humeur sans raison apparente,
  • Les inquiétudes sans fondement,
  • La perte de motivation,
  • L’enthousiasme réduit,
  • Des dysfonctionnements sociaux et professionnels,
  • Des risques d’erreurs et des accidents accrus,
  • Les tensions inexpliquées,
  • Les maux de tête,
  • L’irritabilité,
  • Le stress,
  • Les maux d’estomac,
  • etc.

Bien sûr, il s’agit là d’une liste non exhaustive des différents symptômes de l’insomnie. Tout comme, ces dernières peuvent fortement variées en fonction des individus.

Comment diagnostiquer l’insomnie ponctuelle ?

L’insomnie ponctuelle ne nécessite aucun test particulier pour établir un diagnostic. En effet, un médecin généraliste peut établir l’existence d’une insomnie aiguë en examinant vos antécédents médicaux ou par un simple examen physique. Et cela, une fois qu’il a écarté les troubles psychiatriques et neurologiques, les troubles du sommeil, les effets des médicaments comme potentielle cause du trouble du sommeil. Cela n’empêche que dans certains cas, des tests supplémentaires auprès d’un centre peuvent être prescrits. Une situation qui reste néanmoins rare.

Insomnie ponctuelle ou insomnie chronique ?

Bien sûr, si l’insomnie aiguë peut être perturbante, il ne faut surtout pas la confondre avec l’insomnie chronique. Il existe en effet, des différences notables entre ces deux troubles du sommeil. Tout d’abord, l’insomnie passagère est une affection transitoire ou à court terme. Tandis que l’insomnie chronique s’étale dans le temps et peut durer au-delà de 3 mois. Évidemment, si elle n’est pas prise en charge correctement, l’insomnie aiguë peut devenir chronique.

Ensuite, on parle d’insomnie passagère dans le sens où elle survient dans le contexte d’un stress situationnel. Par exemple un nouvel emploi, une échéance à venir ou un examen. Généralement, cette insomnie disparaît lorsque le facteur de stress n’est plus présent ou lorsque la personne s’adapte à ce dernier. Raison pour laquelle d’ailleurs, l’insomnie aiguë est aussi appelée, l’insomnie d’adaptation. Enfin, l’insomnie aiguë et l’insomnie chronique présentent également de grandes différences en ce qui concerne leurs causes. En effet, l’insomnie chronique qui dure peut être associée à une grande variété de problèmes médicaux et psychiatriques. Aussi, ce trouble du sommeil survient principalement chez les patients présentant une prédisposition à l’insomnie dite insomnie primaire.

En revanche, les causes de l’insomnie aiguë peuvent être d’ordre physique, psychologique, social ou environnemental. À savoir :

  • Le changement des bruits ambiants,
  • La modification de l’éclairage,
  • Le changement de température ou d’autres conditions de l’environnement,
  • La prise de médicaments en particulier ceux ayant des propriétés stimulantes et psychotropes,
  • La prise de caféine, de nicotine ou d’alcool,
  • Le sevrage de l’alcool, des sédatifs, de la nicotine ou autre drogue,
  • Les douleurs physiques,
  • Les changements au niveau de l’hormone du sommeil
  • Les facteurs de stress habituels : la perte d’emploi, le deuil, le divorce et autres,
  • Nocturie (miction nocturne excessive).

Les traitements de l’insomnie ponctuelle

Il existe plusieurs manières pour traiter l’insomnie ponctuelle, à savoir :

La médication et les aides extérieures

Si l’insomnie ponctuelle dure plus de trois mois, elle peut être qualifiée d’insomnie chronique. Lorsque cela se produit, il est alors nécessaire de suivre un traitement avec médicamenteuses ainsi qu’une séance de thérapie cognitivo-comportementale avec un spécialiste. Bien entendu, il est toujours recommandé de consulter votre médecin traitant avant la prise de médicament.

Les traitements naturels

Outre, les médicaments, mettre en place de simples changements dans votre quotidien peut être extrêmement bénéfiques. Alors, si vous avez du mal à vous endormir la nuit et vous souffrez d’un mauvais sommeil ou que vous souffriez d’une insomnie primaire, suivez ces conseils :

  • Levez-vous après 20 minutes si vous ne trouvez pas le sommeil. Trouvez un endroit tranquille pour vous détendre. Ensuite, lisez, écoutez de la musique ou regardez un film ou une émission de télévision que vous aimez. Une fois que vous commencez à somnoler, retournez au lit. Répétez ceci aussi souvent que nécessaire ;
  • Prenez l’habitude de manger léger avant de dormir ;
  • Limitez les siestes autant que possible et plus particulièrement après 16 h ;
  • Ne prenez pas d’alcool, de café ou autre excitants avant de dormir ;
  • N’utilisez pas vos appareils électroniques (smartphone, tablette, ordinateur) avant de vous coucher et surtout gardez-les loin de votre chambre.

Bien sûr, si la situation persiste et ne semble pas s’arranger malgré une bonne hygiène de sommeil et de vie, mieux vaut vous adresser à un spécialiste du sommeil.

0

About the Author:

Ingénieur de formation, Mathieu Vénisse décide, en février 2012, de changer de vie. Il crée Penser-et-Agir.fr, le site sur lequel il développe son approche innovante du développement personnel baptisée "Le développement personnel par l'Action".Aujourd'hui, Penser et Agir est reconnu comme étant le blog leader sur la thématique du changement de vie avec plus de 400 000 visiteurs par mois, plus de 60 000 abonnés à la newsletter et plus de 3 000 personnes qui ont déjà fait confiance à Mathieu et suivi ses formations en ligne.Vous souhaitez aller plus loin ? Découvrez le livre, les formations vidéo en ligne et les séances audio d'auto-hypnose amplifiée« Parce qu'un seul choix peut tout changer... » - Mathieu Vénisse

Add a Comment