Lumière pour dormir : est-ce réellement une bonne idée ?


Nous le savons, le sommeil est un pilier important de la santé et contribue grandement à notre bien-être. D’ailleurs, il faut savoir que la perte de sommeil peut causer de nombreuses pathologies. À l’instar des maladies cardiaques, le diabète de type 2, la dépression et l’obésité. Pourtant, de nombreuses personnes dorment aujourd’hui de moins en moins bien et ont une qualité de sommeil médiocre. Derrière ses problèmes de sommeil, se trouve en pôle position les éclairages artificiels dans la chambre à coucher. En effet, de nombreuses études attestent que l’environnement lumineux au moment du coucher peut avoir une influence prépondérante sur l’horloge biologique. Mais aussi, la production de la mélatonine alias l’hormone du sommeil. Dans cet article, on vous explique comment l’exposition à la lumière pour dormir et une obscurité insuffisante tout au long de la nuit peuvent contribuer au mal de dormir.

Lumière pour dormir et horloge biologique : quel rapport ?

Le corps humain est une machine formidable avec une notion du temps incroyable. Notre corps est effectivement doté de deux structures chargées de réguler les rythmes circadiens. Autrement dit, le cycle de jour et de nuit qui influent sur de nombreuses fonctions internes de l’organisme. Notamment, l’éveil et le sommeil. Il s’agit des noyaux suprachiasmatiques (NSC) ou communément appelés l’horloge biologique. Évidemment, bien qu’elle soit entièrement autonome, cette horloge biologique n’est pas parfaite et a besoin d’être constamment ajustée.

Pour cela, les noyaux suprachiasmatiques reçoivent le niveau de luminosité ambiante détectée par les capteurs photosensibles de la rétine de l’œil. Ce qui lui permet de maintenir l’organisme dans un schéma de 24 heures et de se synchroniser quotidiennement avec la lumière du jour. Ceci dit, le rythme circadien a besoin de synchroniseur externe pour s’ajuster et garder son activité rythmique. Généralement, il s’agit de l’alternance lumière-obscurité

Par ailleurs, comme les suprachiasmatiques sont intrinsèquement liés à l’épiphyse, les informations lumineuses ont également pour rôle d’informer la glande pinéale du moment propice pour sécréter de la mélatonine ou l’hormone du sommeil. Concrètement, la baisse d’intensité lumineuse va envoyer un signal au corps pour qu’il initie toutes les préparations physiologiques. Ceux-ci ont pour but de favoriser le sommeil. Au fur et à mesure que le soleil se couche, le taux de mélatonine va augmenter pour atteindre son pic vers 3 ou 4 heures du matin. Lorsque le soleil commence à se lever, ce taux va baisser pour laisser place au cortisol. Ce dernier va augmenter à mesure que la lumière du jour la stimule.

Ainsi, la lumière artificielle peut grandement affecter le sommeil. Effectivement, la présence de lumière pour dormir, même faible, retarde la sécrétion de la mélatonine et donc le début de la transition du corps vers le sommeil.

Comment la lumière bleue et la lumière artificielle perturbent votre sommeil ?

Les spécialistes du sommeil sont unanimes, les lumières bleues émises par les écrans ont un effet néfaste sur la qualité du sommeil. D’ailleurs, une enquête de l’INSV-MGEN démontre que les personnes assujetties à ce type de lumière pour dormir peinent à dormir et souffrent d’insomnie sévère.

La raison est que même si elle n’affecte pas directement les cellules, ce genre de lumière pour la nuit déclenche certains effets biologiques. De fait, elle désynchronise le cycle circadien du corps en la remettant à zéro. Ce qui a pour conséquences de réactiver le cerveau et donc toutes les fonctions diurnes. Par ailleurs, utilisée le soir, la lumière bleue ralentie, pire, empêche la production de l’hormone de sommeil. Ainsi, l’endormissement devient plus difficile. De plus, en perturbant le rythme circadien, cette lumière pour dormir va créer les redoutables troubles du sommeil.

Par ailleurs, l’étude de l’École de médecine de Harvard a démontré que les personnes exposées en soirée à la lumière artificielle se trouvent dans un décalage horaire perpétuel. Et pour cause ! Ce type de lumière pour la nuit empêche l’organisme de synthétiser normalement la mélatonine. En effet, l’exposition à la lumière blanche retarde la production de mélatonine jusqu’à plus de 90 minutes. Et ceci, avec pour conséquence la baisse de la qualité et la durée du sommeil.

L’obscurité : la meilleure lumière pour dormir

Vous l’aurez compris, le sommeil dépend en grande partie de la sécrétion de la mélatonine. Selon les scientifiques, celle-ci est optimale lorsque l’obscurité est totale. Dormir dans l’obscurité est donc le moyen le plus naturel de réguler la sécrétion de l’hormone du sommeil. Mais aussi, le rythme circadien. D’ailleurs, en plus de favoriser le sommeil, privilégier le noir total a une influence notable sur la santé mentale. Il a été en effet, prouvé que l’exposition à la lumière pendant les temps de sommeil pouvait entraîner une dépression nerveuse et des troubles anxieux.

Par ailleurs, il faut savoir que dormir dans le noir aide à lutter contre certains cancers. A l’instar, les cancers hormonodépendants (cancers du sein et de la prostate). Par ailleurs, d’après les résultats de l’étude publiée par l’université de Tulane, l’obscurité durant le sommeil permettrait aux tamoxifènes d’agir efficacement sur les cellules malades. Alors, qu’une simple lumière pour dormir annule totalement les effets cette molécule.

Afin de favoriser le sommeil, il est donc fortement conseillé de supprimer les sources de lumières bleues et de lumière artificielle de la chambre à coucher. Et cela, au moins 2 à 3 heures avant de se coucher.

Lumière pour la nuit : privilégiez la lumière rouge

Pour de nombreuses raisons, il arrive que certaines personnes aient besoin d’une source de lumière pour dormir. Dans ce cas, mieux vaut privilégier la lumière rouge. De fait, la lumière rouge et ses ondes optimisent la sécrétion de mélatonine. Et donc, permets de favoriser le sommeil. Ceci s’explique par le fait qu’en imitant le coucher du soleil, la lumière rouge signale au corps de produire intensément cette hormone du sommeil. Aussi, la lumière rouge a des effets relaxants sur le cerveau surtout lorsqu’il s’agit de lumière LED tamisée.

Et vous, que pensez-vous de la lumière pour dormir ?

0

About the Author:

Ingénieur de formation, Mathieu Vénisse décide, en février 2012, de changer de vie. Il crée Penser-et-Agir.fr, le site sur lequel il développe son approche innovante du développement personnel baptisée "Le développement personnel par l'Action".Aujourd'hui, Penser et Agir est reconnu comme étant le blog leader sur la thématique du changement de vie avec plus de 400 000 visiteurs par mois, plus de 60 000 abonnés à la newsletter et plus de 3 000 personnes qui ont déjà fait confiance à Mathieu et suivi ses formations en ligne.Vous souhaitez aller plus loin ? Découvrez le livre, les formations vidéo en ligne et les séances audio d'auto-hypnose amplifiée« Parce qu'un seul choix peut tout changer... » - Mathieu Vénisse

Add a Comment