Thérapie cognitive et comportementale
0
148
0
148

Thérapie cognitive et comportementale : adieu les troubles psychologiques

Accueil > Epanouissement personnel > Thérapie cognitive et comportementale : adieu les troubles psychologiques

Bienvenue sur Penser et Agir ! Si vous êtes nouveau ici, vous voudrez sans doute découvrir Le club des Actionneurs :  la première plateforme en ligne qui vous accompagne de A à Z pour redonner du SENS à votre vie : cliquez ici pour en savoir plus (c’est gratuit !) 🙂

De nos jours, il existe une bonne alternative pour gérer et traiter efficacement le mal-être et les troubles mentaux. Il s’agit de la thérapie cognitive et comportementale. De fait, d’après les chiffres de l’OMS, environ 18 % des 18-75 ans dans le monde sont sous psychotropes. Rien qu’en France par exemple, plus d’un quart de la population consomme des anxiolytiques, des antidépresseurs, des neuroleptiques, des thymorégulateurs et autres médicaments pour le mental. Or, de nombreux spécialistes affirment que l’usage intempestif des psychotropes accroîtrait le risque de démence, de perte de vigilance et de dépendance. D’où l’importance de recourir à la thérapie cognitivo comportementale.

Dans cet article, l’essentiel de ce qu’il faut savoir sur cette pratique, son fonctionnement et ses bienfaits.

En quoi consiste la thérapie cognitive et comportementale ?

Connue sous le sigle TCC, il s’agit d’une forme de thérapie brève. Elle est basée sur le résultat du rapprochement de deux formes de thérapie. D’un côté, l’approche comportementale mise au point par Watson en 1913. D’un autre côté, les thérapies cognitives développées par Albert Ellis et Aaron Temkin Beck dans les années 60.

La première vise à la modification des problèmes comportementaux responsables de l’apparition, du maintien ou de l’accentuation des troubles psychotiques. Tandis que la deuxième est principalement centrée sur la cognition. Autrement dit, sur les pensées et les émotions négatives de l’individu sur lui-même. La thérapie cognitive et comportementale consiste ainsi à corriger les émotions pouvant générer l’état de souffrance psychique et des comportements problématiques. Concrètement, c’est une psychothérapie fondée sur l’apprentissage de nouveaux comportements à partir de l’élaboration de pensées rationnelles. Elle vise également à l’identification des mécanismes déclencheurs du trouble et le développement de la distanciation. Et ce, vis-à-vis des événements déclenchants.

Thérapie cognitivo comportementale

Pour cela, la TCC s’appuie sur différentes techniques fondées sur des études scientifiques et empiriques. Entre autres :

  • la thérapie d’acceptation et d’engagement ;
  • la pleine conscience (mindfulness) ;
  • la thérapie de réduction du stress et de résolution de problèmes.

La thérapie cognitive et comportementale inclut aussi les techniques d’exposition graduée et de mise en situation notamment pour traiter les troubles anxieux. Celles-ci ont pour but d’apprendre progressivement au sujet à se confronter aux situations provoquant une anxiété. Mais surtout, à s’habituer aux diverses réactions physiques jusqu’à ce que ces dernières disparaissent complètement. Quoi qu’il en soit, cette pratique ne s’intéresse pas uniquement aux symptômes des pathologies. Elle examine également l’origine des conflits. Ceux qui peuvent générer un état de souffrance conséquent ou un comportement névrotique.

Ainsi, un travail en profondeur pourra être effectué pour traiter efficacement les dysfonctionnements.

Thérapie cognitive et comportementale : pour qui ?

D’une manière générale, la TCC s’adresse à toute catégorie d’individus qui souhaitent sortir d’une souffrance psychologique. Elle convient donc aux adultes, aux adolescents et aux enfants. Elle s’applique aux personnes qui rencontrent certains problèmes tels que les :

  • troubles psychiatriques (troubles anxieux, trouble panique…) ;
  • psychoses ;
  • troubles somatoformes ;
  • phobies ;
  • troubles obsessionnels compulsifs ;
  • addictions ;
  • troubles du sommeil ;
  • troubles alimentaires ;
  • stress post-traumatique.

Pour que la séance soit bénéfique, le patient doit alors se préparer sur le plan mental et sur le plan physique. En effet, la thérapie cognitive et comportementale est un travail qui se réalise à deux. La motivation et l’implication sont requises pour optimiser l’efficacité du travail. En outre, il faut savoir que le professionnel exerçant la TCC peut être un psychologue. Mais aussi un psychothérapeute, un psychiatre ou même un médecin. Celui-ci va aider le client, dans un premier temps, à modifier ses pensées négatives. Puis dans un second temps, à lui redonner confiance. En définitive, le spécialiste détermine les moyens à mettre œuvre pour corriger les divers troubles. Il s’agit de trouver des solutions pour permettre à la personne d’atténuer sa détresse psychique.

Comment fonctionne la thérapie cognitive et comportementale ?

Compte tenu des différents troubles qu’elle propose de soulager, voire d’éradiquer, la TCC est une thérapie très flexible. En effet, elle s’adapte parfaitement à chaque situation et à chaque profil de patient. D’ailleurs, elle fait encore l’objet d’évolution et de nombreuses recherches scientifiques. Ces dernières cherchent principalement à mettre en place de nouvelles techniques révolutionnaires et toujours plus performantes.

Comme nous l’avons dit, une TCC doit obligatoirement se faire avec l’accompagnement d’un professionnel. Celui-ci doit bénéficier d’une formation spéciale et continuer à se former en permanence. Il doit être spécialisé en thérapie cognitive et comportementale. Il aura pour mission d’aider le sujet à développer à long terme les habiletés nécessaires. Ceci pour rester en bonne santé mentale et physique. Pour ce faire, il élabore avec l’aide du sujet une stratégie adaptée à la résolution des problèmes.

En principe, cette pratique se déroule en séances individuelles. Ces séances peuvent aller de quelques semaines à quelques mois à raison d’une fois par semaine. À la différence des psychothérapies classique, la TCC est une méthode dite « active ». Elle implique donc la participation du thérapeute dans le processus même de la guérison. Mais pas que ! La thérapie cognitive et comportementale s’applique aussi dans la vie quotidienne. Même en dehors des consultations, le patient est toujours invité à reproduire des exercices chez lui.

Enfin, tout au long du traitement, le professionnel TCC veille à lui expliquer le déroulé des séances. Mais aussi ce que chaque étape implique et ce qu’elle va engendrer dans l’avenir. Ceci, afin que le sujet sache autant sur ses difficultés que le spécialiste lui-même une fois la thérapie achevée. Qui plus est, pour qu’il puisse traiter lui-même son mal en cas de récidive. D’ailleurs, la psychoéducation constitue l’une des bases mêmes de la TCC.

Psychologue tcc

Thérapie cognitive et comportementale : les bienfaits

Comme dit précédemment, la TCC aide le sujet à découvrir et à corriger ses pensées et ses réactions dysfonctionnelles. En d’autres termes, celles qui sont à l’origine des mauvaises perceptions et des comportements inadaptés. L’objectif est donc d’accompagner la personne dans l’acquisition de ressources utiles. Et ce, pour dépasser les symptômes invalidants. Ci-après quelques bienfaits de la TCC.

La réduction de l’anxiété

Plusieurs chercheurs ont démontré que l’anxiété pouvait très bien être traitée par l’approche cognitivo comportementale. De fait, des études menées par des scientifiques et publiées dans Dialogues in Clinical Neuroscience révèlent que la thérapie cognitive et comportementale serait efficace contre les troubles liés à l’anxiété. Parmi eux, les troubles anxieux, les troubles panique, les troubles d’anxiété sociale et le syndrome de stress post-traumatique.

Cela s’explique par les différentes techniques regroupées dans la TCC, telles que :

  • la restructuration cognitive ;
  • la psychoéducation ;
  • les exercices somatiques ;
  • le sevrage des signaux de sécurité inefficaces ;
  • la prévention des rechutes.

Le soulagement de la dépression

La dépression se manifeste le plus souvent par la colère, la fatigue, le désespoir et l’absence de motivation. Suite aux recherches effectuées, l’on conclut que la thérapie cognitive et comportementale pourrait traiter efficacement la dépression. Et ce, en surmontant tous les symptômes probables. Plus encore, elle permettrait de diminuer le risque de rechute dans le futur.

Selon un article paru dans le journal Cognitive Behavioral Therapy for Mood Disorders, la TCC agirait contre les épisodes aigus de dépression. Il est donc possible de substituer les médicaments antidépresseurs par cette psychothérapie. Elle conviendrait aussi en complément du traitement médicamenteux pour les patients atteints de bipolarité.

L’amélioration de l’estime de soi

Que la personne soit sujette à des troubles mentaux ou non, les pensées négatives sont toujours susceptibles d’apparaitre. Grâce à la thérapie cognitive et comportementale, l’individu pourra rejeter cette source du mal qui engendre une faible estime de soi. Il est à même de gérer le stress plus facilement et d’améliorer sa motivation. De cette manière, il dispose de la capacité à reconnaître ses qualités et à se fixer des objectifs réalistes.

La diminution des addictions et de la toxicomanie

Pour aider les personnes dépendantes à la drogue, au tabac et à l’alcool, la consultation chez un professionnel de la TCC peut être d’une grande utilité. D’après des recherches publiées dans l’Oxford Journal of Public Health, la thérapie cognitive et comportementale réduirait les rechutes chez les individus en sevrage tabagique. D’autres addictions comme la dépendance aux jeux peuvent également être traitées par cette thérapie brève.

Par ailleurs, l’efficacité de la TCC sur les troubles alimentaires a été démontrée lors d’une étude publiée dans le Journal of Psychiatric Clinics of North America. Les chercheurs ont effectivement conclu que la pratique cognitivo comportementale permettrait au patient de contrôler ses impulsions face aux aliments déclencheurs. Ainsi, il est tout à fait possible de traiter les problèmes comme la boulimie nerveuse ou les troubles alimentaires non spécifiés.

Qu’est-ce que la restructuration cognitive ?

Dans une thérapie cognitive et comportementale, la restructuration cognitive correspond au processus qui identifie et modifie les pensées négatives favorisant la dépression. Elle passe nécessairement par 4 étapes distinctes :

  • l’émergence des pensées automatiques dysfonctionnelles ;
  • la discussion ;
  • la recherche des pensées alternatives ;
  • l’utilisation des pensées alternatives.

Ce sont ces alternatives qui donnent à l’individu la capacité de modifier ses pensées automatiques et, par conséquent, de transformer ses émotions en quelque chose de positif. Le but de la restructuration cognitive est donc d’adapter l’état d’esprit du sujet à n’importe quelle situation. En tant qu’élément indissociable de la thérapie cognitive et comportementale, elle vise à assouplir la manière d’agir pour changer les croyances et les pensées négatives que la personne cultive sur elle-même.

Comment se déroule une séance avec un thérapeute en TCC ?

En règle générale, une session varie d’un thérapeute à un autre. Toutefois, elle suit toujours la même démarche. Chaque séance de TCC dure environ entre 30 minutes et une heure. Elle suit un ordre de jour préalablement défini par le sujet et le professionnel. Dans la plupart des cas, une consultation chez un thérapeute suit un schéma type.

Tout d’abord, la première séance de thérapie cognitive et comportementale est consacrée à l’écoute du problème du sujet. Durant cette phase, le professionnel cherche à comprendre le fonctionnement du trouble et les origines possibles. Mais ce n’est pas tout. Il doit aussi déterminer les buts et la motivation qui poussent la personne au changement. En somme, il doit dégager un diagnostic clinique et comportemental.

Ensuite, la prochaine séance consiste à la description des cognitions et des comportements qui affectent généralement la vie de tous les jours. Cette phase a pour objectif d’établir une liste des moments les plus stressants et les plus angoissants pour le sujet. Le thérapeute en thérapie cognitive et comportementale et le sujet élaborent les résolutions précises afin de traiter les troubles observés une fois ce cap passé. Ensemble, ils mettent en place les stratégies thérapeutiques adaptées. Ces stratégies prennent souvent la forme de tâches à accomplir suivant un agenda précis.

Enfin, les séances suivantes seront consacrées aux difficultés que rencontre le patient dans l’exécution des alternatives qui lui ont été assignées. Durant ces sessions, le thérapeute peut éventuellement mettre en place de nouvelles stratégies ou effectuer un réajustement si nécessaire. En tout cas, la TCC s’avère être une pratique très efficace.

Et vous, avez-vous déjà expérimenté la thérapie cognitive et comportementale ? N’hésitez pas à nous partager en commentaire vos impressions concernant cette forme de psychothérapie.

Partager cet article !

Redonnez du SENS à votre vie.

Le club des Actionneurs est la première plateforme en ligne qui vous accompagne de A à Z pour redonner du SENS à votre vie en révélant votre Unicité.

Cet article vous a plu ?

Découvrez le club des Actionneurs :

Parce qu’être soi n’est pas négociable.

Redonnez du sens à votre vie avec Penser et Agir

Le club des Actionneurs est la première plateforme en ligne qui vous accompagne de A à Z pour redonner du SENS à votre vie en révélant votre Unicité.

En vous inscrivant au club des Actionneurs vous accédez immédiatement à :

  • La formation vidéo Comment redonner du SENS à sa vie accompagner de son workbook au format PDF.
  • 2 livres électroniques : Le petit guide pratique de la confiance en soi (84 pages) et De l’idée au projet de vie (70 pages)
  • Et pas mal d’autres surprises…

100% gratuit. Aucune carte de paiement requise.

A propos de l’auteur

Après avoir obtenu mon Master en Sciences à l’Université de Nantes en 2009, je travaille pendant 4 ans en tant qu’ingénieur d’études auprès des plus grands noms français de l’aérospatiale, du nucléaire et du militaire. En février 2012, alors que je ne trouve plus aucun sens dans mon métier, je crée Penser et Agir. C’est ainsi que je renoue avec mes passions : la psychologie, le développement personnel et l’entrepreneuriat. J’adapte à la psychologie et au développement personnel la logique et la structure des raisonnements que j’ai acquis en tant qu’ingénieur d’études pour créer ma propre approche : Le développement personnel par l’Action. Aujourd'hui, Penser et Agir, c'est plus de 100 000 visiteurs par mois, plus de 150 000 abonnés à la newsletter et plus de 3 000 personnes qui m'ont déjà fait confiance en suivant mes programmes en ligne. Pour en savoir plus : Qui est Mathieu Vénisse ?

Commentaires

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rejoignez le club des Actionneurs

La première plateforme en ligne qui vous accompagne de A à Z pour redonner du SENS à votre vie.

Parce qu'un seul choix peut tout changer...

OFFERT : Redonne du SENS à votre vie grâce au club des Actionneurs.