Développement personnel

Sentiment d’abandon : le comprendre pour mieux en guérir

Bien que ce ne soit pas considéré comme une phobie officielle, l’angoisse d’abandon est sans doute l’une des peurs les plus courantes et les plus préjudiciables de toutes. Les personnes qui éprouvent un sentiment d’abandon constant peuvent avoir tendance à afficher des comportements compulsifs et des schémas de pensée qui affectent leurs relations interpersonnelles. Ce mal-être est notamment ce qui fait qu’elles redoutent à l’excès que cette situation devienne finalement une réalité. Ainsi, cette peur de se sentir seul peut être dévastatrice à bien des égards. C’est pourquoi la compréhension est la première étape vers sa résolution. Ce faisant, vous pourriez être en mesure d’aborder vos craintes par vous-même ou par le biais d’une thérapie. Continuez à lire pour explorer les causes et les effets à long terme du syndrome de l’abandon.

Le sentiment d’abandon : d’où vient-il exactement ?

La plupart du temps, le sentiment d’abandon se développe au cours de la première période de la vie d’un être humain. Il s’associe notamment à un événement traumatisant durant cette période sensori-motrice. Comme la perte d’un parent à la suite d’un décès ou d’un divorce, par exemple. Ce que l’on oublie souvent, par contre, c’est qu’il peut aussi découler d’un manque de soins physiques. Le fait de ne pas se sentir en sécurité en raison d’une situation menaçante (telle que la violence ou la pauvreté) peut en être également l’origine. Ces expériences de l’enfance peuvent engendrer l’angoisse d’abandon par les autres plus tard dans la vie.

En effet, un développement humain sain exige que les besoins fondamentaux (physiques et émotionnels) soient satisfaits. Le cas contraire entraînera probablement un sentiment d’abandon ultérieurement. Un certain degré de cette crainte peut être normal. Cependant, lorsqu’elle s’aggrave et devient fréquente, elle peut causer divers problèmes. Elle peut notamment avoir un impact négatif sur la façon dont les relations d’une personne se développent. Quand c’est le cas, le soutien d’un thérapeute ou d’un conseiller serait certainement indispensable.

Par ailleurs, un modèle de négligence émotionnelle peut aussi être la cause du syndrome de l’abandon. Par exemple, cela se produit lorsque les parents :

    • Ne laissent pas leurs enfants s’exprimer
    • Les humilient incessamment devant les autres
    • Les imposent des normes trop élevées
    • S’appuient trop sur eux pour leur propre sens de la valeur
    • Les traitent comme des pairs (pouvant accomplir toujours plus)

En outre, le stress chronique ou l’épuisement professionnel peuvent contribuer au développement de ce problème. Le pire c’est que la blessure d’abandon les incite souvent à reproduire les mêmes schémas avec leurs propres enfants.

Comment se manifeste le sentiment d’abandon ?

Le syndrome de l’abandon se traduit par l’inquiétude écrasante qu’une personne à qui l’on tient particulièrement va déserter. Contrairement à ce qu’on peut penser, n’importe qui peut développer cette crainte de se sentir seul. Bien que nous avons mentionné que la blessure d’abandon est souvent reliée à l’enfance, elle peut également être profondément enracinée dans une relation pénible à l’âge adulte. Quoi qu’il en soit, les impacts que cela a sur le quotidien sont presque toujours les mêmes. À savoir (sans pour autant s’y limiter) :

    • La peur irrationnelle du jugement des autres
    • La jalousie excessive due à la perception du sexe opposé comme une menace pour leur relation
    • La possessivité (avoir des ressentiments lorsque l’autre personne importante fait une activité à part, comme sortir avec des amis)
    • La dépendance affective (rester dans des relations malsaines ou abusives par crainte de se sentir seul)
    • L’isolement social (pour ne pas se blesser à nouveau)
    • La phobie de l’engagement (mettre fin à une relation avant que l’autre personne ne le puisse pour avoir un certain contrôle sur l’abandon potentiel)
    • La difficulté à faire entièrement confiance dans le couple
    • La fixation sur les défauts de leur partenaire (encore une fois, il s’agit de repousser la personne ou de ne pas lui faire entièrement confiance)
    • La difficulté à tourner la page après une rupture
    • Le sentiment d’indignité vis-à-vis de l’amour
    • La faible estime ou confiance en soi

Bien évidemment, il n’est pas nécessaire qu’une personne ait tous ces comportements pour que l’on puisse considérer qu’elle éprouve peut-être un sentiment d’abandon. Toutefois, le fait de présenter ne serait-ce que quelques-uns d’entre peut se révéler malsain et nuisible à la vie quotidienne et aux relations sociales.

Alors, que faire pour faire face à ce danger ambulant ?

Le sentiment d’abandon n’est pas une pathologie en soi. Les experts le qualifient même comme étant une partie naturelle de la psyché humaine qui est ancrée dans notre mécanisme de survie. Au niveau le plus primitif, l’idée d’être laissé seul pour toujours nous remplit de terreur. Cela se manifeste souvent par la phobie de la mort de soi et d’un proche. Cependant, pour avoir des relations matures et épanouissantes, nous devons apprendre à faire confiance et à aimer… Sans être immobilisés par une anxiété excessive due à l’angoisse d’abandon.

Voici 10 conseils puissants pour vous accompagner quotidiennement

    1. Arrêtez de vous battre. Le sentiment d’abandon est involontaire. Vous n’en êtes pas la cause. Ce n’est pas quelque chose pour lequel vous avez signé. Il vous a trouvé.
    2. Acceptez cette peur en tant qu’une partie de vous-même. Accordez-vous de l’amour et de la compassion inconditionnels plutôt que de vous cataloguer d’emblée comme un « faible ».
    3. Choisissez d’arrêter de mettre votre insécurité aux pieds de votre partenaire (ou de n’importe qui d’autre). Cela signifie que vous devez assumer la responsabilité à 100 % lorsque votre crainte éclate, plutôt que de vous attendre à ce qu’il la « répare » pour vous (même si c’est lui qui l’a déclenchée).
    4. Engagez-vous à transformer la blessure d’abandon en une occasion de développer votre autonomie émotionnelle.
    5. Exprimez la réalité que ce n’est la responsabilité de personne d’autre, mais la vôtre de vous faire sentir en sécurité. Dès que vous vous tournez vers quelqu’un d’autre pour trouver la solution, vous lui donnez le pouvoir.
    6. Reconnaissez votre valeur, que vous êtes digne d’être aimé.
    7. Mais, prenez conscience que votre identité ne devrait jamais être uniquement liée à votre relation (amoureuse, familiale, amicale, etc.)
    8. Utilisez l’auto-conversation pour remplacer le sentiment d’abandon par des pensées positives.
    9. Acceptez l’idée d’être seul, sans sentir la solitude. Après tout, cela est tout à fait normal. Vous n’avez pas impérativement besoin d’un quelconque individu pour être « quelqu’un ». Vous en êtes digne parce que vous êtes vous.
    10. Créez un réseau de soutien. Certes, il est difficile de maintenir des liens d’amitié avec les autres quand on est obsédé par une seule et unique personne. Cependant, pour avoir une vie équilibrée, cela s’avère primordial. Ainsi, faites preuve de plus d’ouverture d’esprit en participant à des activités qui vous intéressent.
0

À propos de l'auteur:

Ingénieur de formation, Mathieu Vénisse décide, en février 2012, de changer de vie. Il crée Penser-et-Agir.fr, le site sur lequel il développe son approche innovante du développement personnel baptisée "Le développement personnel par l'Action". Aujourd'hui, Penser et Agir est reconnu comme étant le blog leader sur la thématique du changement de vie avec plus de 400 000 visiteurs par mois, plus de 60 000 abonnés à la newsletter et plus de 3 000 personnes qui ont déjà fait confiance à Mathieu et suivi ses formations en ligne. Vous souhaitez aller plus loin ? Découvrez comment redonner du SENS à votre vie en téléchargeant gratuitement le Kit des Actionneurs - « Parce qu'un seul choix peut tout changer... » - Mathieu Vénisse

Ajouter un commentaire