Peur de l’engagement ou la phobie d’une relation sérieuse


S’engager, voilà un mot lourd de sens et qui occasionne bien souvent angoisses et tracas en matière amoureuse. Il est vrai que dans la vie de couple, l’engagement implique tout un tas de choses que nous ne sommes pas toujours prêts à assumer… enfin pour le moment. Fiançailles, mariage, enfant, cohabitation… autant de projets qui peuvent en effet, refroidir lorsque nous ne sommes pas encore capables d’endosser des responsabilités et à nous abandonner pleinement à l’autre. Pour autant, si la peur de vous projeter dans un avenir incertain sur lequel vous n’avez pas de prise est tout à fait légitime, lorsque la simple perspective d’une relation à long terme déclenche chez vous des sueurs froides, là il s’agit d’une véritable peur de l’engagement. Le point sur ce fléau qui met à mal de nombreuses relations !

Peur de l’engagement : qu’est ce que c’est ?

À la différence de la simple envie de ne pas s’investir, la peur de l’engagement s’apparente à une vraie phobie des relations exclusives et sur le long terme. En effet, la peur de l’engagement se traduit par une terreur intense, un manque de confiance en soi et un stress incontrôlable au moindre signe d’investissement personnel. Ainsi, handicapé des relations amoureuses, l’individu est incapable de se projeter dans un quelconque projet à deux. Que ce soit pour la vie commune, la rencontre avec la belle-famille ou l’achat d’un appartement. Et même une simple sortie en amoureux avec des amis ou un voyage à deux.

Pour lui, se mettre en couple ou le simple fait de s’investir davantage représente un vrai danger. Résultat : le phobique développe un véritable penchant pour la fuite dès que la relation prend un virage plus sérieux. En effet, au lieu d’approfondir cette relation qui pourrait définitivement marcher, ce dernier va mettre en place des stratagèmes d’évitement pour ne pas évoquer des projets futurs ensembles et fuir tout simplement toute forme de conversation à ce sujet. Parfois, il se peut même qu’il fasse tout pour saboter cette relation qui selon lui est vouée à l’échec. Et ce, même s’il éprouve des sentiments forts pour son/sa partenaire.

Par ailleurs, d’après certains spécialistes, la peur de l’engagement est comparable à la claustrophobie. Effectivement, la peur de s’engager est intimement liée à la peur de l’enfermement. En ce sens, c’est le fait d’être dans une forme d’intimité avec l’autre qui renvoi chez le phobique un sentiment d’enfermement. Celui-ci déclenche alors chez lui un flot d’angoisse qui peut mener à un vrai blocage. De fait, en s’engageant, l’handicapé des relations amoureuses se sent bousculé. Voire carrément pris au piège dans une situation qu’il ne peut pas contrôler.

Pourquoi cette peur de s’engager ?

Il faut savoir que les origines de la peur de l’engagement sont nombreuses et variées. La peur des responsabilités, manque de confiance en soi… Bref, il y existe presque autant de causes que de personnes qui en souffrent. Néanmoins, si les raisons sont souvent propres à chacun, quelques pistes permettent de mieux d’expliquer cette phobie. Tout d’abord, la peur de s’engager peut découler selon les spécialistes, d’un traumatisme lié à l’enfance.  Plus précisément des disputes incessantes entre les parents ou encore le divorce de ces derniers.

Ensuite, elle peut également provenir des précédentes expériences malencontreuses en amour comme une rupture amoureuse brutale ou encore une infidélité. Dans tous les cas, les fantômes de ces expériences douloureuses vont fausser les croyances de l’individu sur l’engagement. Et surtout ses choix de relations. Ainsi, par crainte de revivre les mêmes choses ou tout simplement par peur de l’abandon, l’angoissé va se forger une véritable carapace émotionnelle pour faire face à ces problèmes de confiance en soi.

Enfin, certaines études démontrent que la majorité des personnes terrifiée par l’engagement sont souvent de grands idéalistes. Effectivement, à chaque fois que le perfectionniste sensible s’investit plus que de raison dans une idylle, il pense à tort et à travers que cette relation va le conduire exactement à la situation qu’il a fantasmée. Or, c’est rarement le cas. Ainsi, lorsqu’il se rend compte que la relation n’est pas à la hauteur de son investissement, il se sent déçu et prend cette situation comme un fiasco. À force de multiplier ce type de scénario, l’individu va petit à petit développer une forme d’angoisse. Et surtout la peur irrationnelle d’un éventuel échec. Ainsi, au moment de s’engager, la peur d’être déçu se fait si grande que l’impulsion de la fuite l’emporte sur les sentiments.

Peur de l’engagement : pas qu’une affaire d’homme

On attribue souvent la peur de l’engagement aux hommes. Eh oui ! Les clichés ont la vie dure. Pourtant, il a été démontré que les femmes aussi sont nombreuses à avoir peur de s’engager. En effet, conscientes qu’elles ne sont plus reléguées au rang de mère et de femme au foyer, les femmes aspirent aujourd’hui à une vie plus riche et plus libre. Carriéristes, extraverties et débrouillardes, elles ont donc de plus en plus de mal à s’engager. Et ce, par crainte de perdre leur individualité et leur indépendance. À cela s’ajoute, la vie de famille et la vie de couple de plus en plus dévalorisée qui font qu’elles ne considèrent désormais plus l’amour comme une condition sine qua non pour bâtir l’avenir avec quelqu’un.

Plus encore, avec les multiples rencontres que nous pouvons faire notamment grâce à internet, la femme a de plus en plus d’options quant au choix de son partenaire. Et parce qu’il y a toujours plus de possibles, le doute ne fait que s’accroître au fur et à mesure des rencontres. Au moment de s’engager avec un homme, l’éternelle insatisfaite se dit alors qu’il y a forcément quelqu’un de mieux ailleurs.

Comment faire face à la peur de s’engager ?

Peu importe la cause de votre peur de l’engagement, sachez qu’il est tout à fait possible de s’en défaire. Évidemment, cela passe par une volonté sincère de changer et nécessite de faire un travail sur soi. Parce que oui, pour faire avancer les choses, vous ne pouvez compter que sur vous-même et aucunement sur les autres. Il s’agira donc, dans un premier temps, de mieux comprendre l’origine de votre phobie. Pour cela, il est fortement recommandé de suivre une thérapie avec un professionnel. Une fois l’origine identifiée, il vous faudra ensuite accepter de faire face à vos peurs.

Dans cette optique, il existe différentes méthodes cliniquement validées,dont l’hypnose pour vaincre ses peurs. L’hypnose pour vaincre ses peurs consiste à traiter cette peur de l’engagement directement à la source dans votre inconscient. Une fois fait, l’hypnose pour vaincre ses peurs va vous aider à modifier vos schémas de pensées limitantes. Mais surtout, à vous permettre de remplacer vos comportements nocifs par des attitudes positives.

2

About the Author:

Ingénieur de formation, Mathieu Vénisse décide, en février 2012, de changer de vie. Il crée Penser-et-Agir.fr, le site sur lequel il développe son approche innovante du développement personnel baptisée "Le développement personnel par l'Action".Aujourd'hui, Penser et Agir est reconnu comme étant le blog leader sur la thématique du développement personnel avec plus de 200 000 visiteurs par mois, plus de 50 000 abonnés à la newsletter et plus de 2 000 personnes qui ont déjà fait confiance à Mathieu et suivi ses formations en ligne.Convaincu qu'un seul choix peut tout changer, il accompagne ses clients à réaliser leurs rêves et à concrétiser leurs projets de vie quels qu'ils soient.Vous souhaitez aller plus loin ? Découvrez les formations vidéo en ligne ainsi que les séances audio d'auto-hypnose amplifiée

Comments

  1. Julie  juillet 8, 2019

    Merci pour cet article. J’ai eu quelques expériences difficiles mais je n’avais pas vraiment réalisé que je faisais partie de ses handicapés de l’engagement…

    reply
    • Mathieu  juillet 9, 2019

      Bonjour,

      Merci pour votre commentaire.

      Ravi que l’article vous plaise.

      A très vite sur Penser et Agir,
      Mathieu

Add a Comment