psychologie positive
6
81
6
81

La psychologie positive, pour atteindre plus facilement le bonheur

Accueil > Epanouissement personnel > La psychologie positive, pour atteindre plus facilement le bonheur

La psychologie positive constitue un des piliers du développement personnel. Mais savez-vous qu’il existe une discipline récente consacrée à cette attitude et connue sous le même nom ? Élaborée par Martin Seligman pour insuffler un nouveau cap à la psychologie classique, la psychologie du bonheur invite chacun à s’intéresser à l’épanouissement de son être. Et ce, à l’aide d’une série de rituels à appliquer au quotidien à l’instar de la culture d’une pensée positive et la création d’un journal du bonheur.

Explorez donc les lignes qui suivent pour en connaître plus sur cette science et ainsi, vivre pleinement votre vie.

Psychologie positive : comment le concept est-il né ?

Un matin, alors que Martin Seligman arrachait les mauvaises herbes dans le jardin, sa fille Nikki âgée de cinq ans jouait en criant, dansant et courant plein d’enthousiasme dans tous les sens. Perturbé par le bruit qu’elle émettait, il lui demande de se taire.

Quelques minutes plus tard, la fille revint vers son père et lui confia sa tristesse par rapport à la réprimande. Elle révéla à celui-ci qu’elle avait envie de pleurer et c’est d’ailleurs une réaction qu’elle avait l’habitude d’avoir auparavant. Néanmoins, l’enfant adopta une « psychologie positive » en affirmant qu’elle ne se comporterait pas de la sorte, car elle se considérait à son âge comme une grande. De même, elle ajouta à son père que si elle a pu combattre ses sanglotements et les contrôler, lui aussi pourrait contenir sa mauvaise humeur.

Ces confessions de la fille du psychologue furent le déclic qui conduit Martin Seligman à fonder la psychologie du bonheur. Notez cependant que même s’il reste l’un des pionniers de cette nouvelle science, il n’en est pas pour autant le premier penseur. Auparavant, Abraham Maslow avait déjà formé une théorie sur la psychologie positive sans preuve empirique ni méthodologique. Et c’est grâce à cet héritage que Martin Seligman a mis au point cette nouvelle discipline.

Qu’est-ce que la psychologie du bonheur ?

psychologie du bonheur

À la base, la psychologie s’occupe de ce qui ne va pas chez l’homme. En d’autres termes, tout ce qui concerne les maladies mentales et les traitements qui l’accompagnent. Celle-ci (la psychologie) considère d’ailleurs l’individu comme le résultat des traumatismes de l’enfance, des instincts malsains et d’autres facteurs qu’il ne contrôle pas. Néanmoins, pour Martin Seligman, une personne ne se réduit pas simplement à cette théorie. Voilà pourquoi la psychologie positive, sa discipline, se concentre sur l’épanouissement de l’homme. De fait, plutôt que de s’intéresser à tous ces paramètres, la psychologie du bonheur se définit comme la science qui cherche à comprendre et favoriser tout ce qui prend part au développement personnel de l’homme.

Pour Shelly Gable et Jonathan Haidt, « La psychologie du bonheur est l’étude des conditions et processus qui contribuent à l’épanouissement ou au fonctionnement optimal des individus, des groupes et des institutions ».

En somme, il ne s’agit plus d’aider la personne à passer de l’échelle négative à zéro. Mais, de l’amener de zéro vers le positif. Psychologie positive, psychologie du bonheur, quel que soit son nom, c’est une discipline révolutionnaire qui s’intéresse à la cause du bonheur des gens. Elle permet à l’individu de vivre sa vie en harmonie avec ses aspirations profondes et elle développe en lui :

  • les capacités d’aimer et d’être aimé ;
  • la prise de responsabilité devant tout ce qu’il peut changer ;
  • le lâcher-prise face à tout ce qu’il ne peut pas contrôler ;
  • les capacités d’améliorer ses propres forces ainsi que ses ressources psychologiques.

À cet effet, Christophe André disait « La psychologie positive ne sert pas à nier le fait qu’il y a des problèmes ni à éviter les souffrances, mais à être plus fort et plus motivé pour les surmonter. »

Les principes de la psychologie du bonheur

La psychologie du bonheur repose sur des principes de vie. En effet, selon cette approche de Martin Seligman, les axiomes ci-après s’avèrent indispensables pour vivre pleinement votre vie au quotidien.

Pour gérer les émotions, il faut les comprendre

« Si vous voulez être libre de vos émotions, il faut avoir la connaissance réelle, immédiate de vos émotions ». Arnaud Desjardins

La psychologie positive vous invite à comprendre avant tout vos sentiments pour garder un équilibre affectif où le positif surpasse le négatif. Pour accéder à l’épanouissement personnel, les émotions positives doivent en effet vous aider à relever la pente, à tenir le coup face aux épreuves de la vie. Dans le cas contraire, affronter les circonstances de la vie se révèlerait très dur.

Ainsi, entre la peur, la colère, la tristesse et les autres émotions, chacun doit apprendre à les distinguer dans toutes les situations. Cette reconnaissance permet d’accepter les ressentis et de laisser facilement les émotions négatives s’en aller.

Principe de la psychologie positive : « Pour vivre heureux, il faut agir »

« L’action libère, l’action vivifie, l’action récompense ». Reine Malouin

Pour voir un changement positif dans la vie, il n’y a qu’une seule solution : l’action. C’est de cette façon que l’individu apprend sur lui-même. À savoir :

Pour faire court, à travers l’action, l’homme découvre ses capacités et ses « limites ». Cette expérience lui offre ainsi l’occasion de se surpasser chaque jour. Autrement dit, selon la psychologie positive, l’action vous pousse à faire de votre mieux, et ce, aussi bien dans le monde professionnel que dans la vie privée. Et quand vous donnez le meilleur de vous-même, vous vivez au summum du bonheur.

Malgré les circonstances actuelles, tout change dans la vie

« Il n’existe rien de constant si ce n’est le changement ». Bouddha

En dépit de la situation, au lieu de se focaliser sur le négatif, mieux vaut toujours porter son attention sur le positif. De fait, se concentrer sur les côtés négatifs n’engendre que la baisse de motivation, la déprime et la tristesse.

Pour la psychologie positive, le bonheur dépend avant tout de la manière dont vous percevez la vie, et ce, peu importe les obstacles et le tournant que celle-ci prend. Bien entendu, le salaire, le confort, les conditions sociales contribuent également à cet état, mais tout part de votre façon de penser.

Psychologie selon Martin Seligman et pensée positive

Il n’est pas rare de voir les gens confondre la nouvelle psychologie et les pensées positives. Pourtant, même si elles veulent le même objectif : l’épanouissement de l’homme, il s’agit bien de deux méthodes différentes. En effet, la psychologie positive et la pensée positive ne résultent pas d’une même recherche et surtout, elles n’utilisent ni les mêmes méthodes ni les mêmes techniques.

  • D’un côté, la psychologie du bonheur, discipline reconnue par de nombreux psychologues, met à la disposition de chacun des principes de vie à appliquer et des exercices à pratiquer au quotidien (les détails dans le prochain paragraphe).
  • D’un autre côté, la pensée positive consiste à se doper d’inspirations positives pour vivre heureux. En conséquence, elle ne prend pas en compte tous les paramètres de l’approche de Martin Seligman.

Comment pratiquer la psychologie positive ?

La psychologie du bonheur a pour objectif de transformer l’état du cerveau vers une sérénité et un bonheur hors norme. Pour y parvenir, Martin Seligman livre quelques exercices qui participent à l’épanouissement optimal de la personne.

Voici donc les exercices à pratiquer pour améliorer votre niveau de bien-être global.

Cultiver des attitudes positives

Il est important de cultiver des attitudes positives dans la vie. Ceci reste valable même dans les moments les plus difficiles.

« La vie inflige les mêmes contretemps et tragédies à l’optimiste et au pessimiste, mais l’optimiste y résiste mieux. » Martin Seligman

Appliquer la psychologie positive signifie adopter une attitude positive. Il convient de préciser en effet que les difficultés et les souffrances ne nous rendent pas triste. C’est plutôt la manière dont nous percevons ces entraves qui provoque la déprime.

Toutefois, promouvoir des émotions positives durables prend en compte plusieurs paramètres. Premièrement, nul ne peut prétendre adopter des attitudes positives sans avoir comblé ses besoins de bases comme le relate si bien la pyramide de Maslow.

Parmi ces besoins primaires, citons :

  • L’alimentation ;
  • La sécurité ;
  • L’affiliation ;
  • La renaissance.

Par ailleurs, adhérer à la psychologie positive vous pousse également à trouver l’équilibre entre le passé, le présent et le futur. Comme vous vous en doutez, les émotions, les vécus et les traumatismes du passé peuvent former des obstacles pour votre épanouissement. D’où l’importance de faire la paix avec vos histoires anciennes et de vivre uniquement dans l’instant présent.

Pour y arriver, Martin Seligman nous donne encore quelques pistes. Ici, il nous parle de la gentillesse et du pardon. En toute chose, vous devez lâcher prise et faire table rase de ce qui s’est déroulé dans le passé.

Appliquer la psychologie positive : développer la connexion avec les autres

altruisme

Les gens deviennent plus heureux lorsqu’ils sont en compagnie d’autres êtres humains. Le pionnier de la psychologie du bonheur affirme d’ailleurs que le simple fait de chercher la joie de vivre ne suffit pas pour accéder à un bien-être durable. Bien plus que cela, vous devez pouvoir communiquer ce bonheur à votre entourage et vous servir de ce que vous avez de mieux pour aider les autres. Tout cela pour dire que le bonheur est réellement contagieux et qu’il s’accroît quand vous le partagez avec vos proches et vos connaissances.

Ainsi, en psychologie positive, l’altruisme figure parmi les valeurs fortement mises en avant. Afin de construire un bien-être durable, prenez soin de vous-même, mais pensez également aux autres en :

  • Partageant des valeurs d’amour ;
  • Rendant service ;
  • Réalisant de bonnes actions ;
  • Ayant de l’empathie et de la compassion envers les autres.

Ce qui revient à dire qu’en aidant les autres, vous vous aidez vous-même. Bien entendu, il ne s’agit pas non plus de proposer des services que vous n’êtes pas en mesure d’accomplir. Commencez par les gestes les plus simples comme remercier quelqu’un.

Appliquer la psychologie positive : exprimer la reconnaissance au quotidien

« Au lieu de souffrir toujours de ce qui vous manque, apprenez à vous réjouir de ce que vous avez. » Omraam Mikhael Aivanhov

Nul ne peut nier qu’au cours d’une journée, la plupart des gens se focalisent plus sur les événements négatifs que le contraire. Pourtant, au fur et à mesure que vous pensez de cette manière, vous commencerez petit à petit à perdre l’équilibre de votre bien-être.

Dans l’optique de combattre cet automatisme et perpétuer la gratitude chaque jour, portez plutôt votre attention sur trois choses positives durant la journée. Cette psychologie positive vous aidera à vous concentrer essentiellement sur les bons côtés de la vie. Pour ne citer que ce collègue qui vous a félicité pour votre performance au travail.

Comment exprimer votre gratitude ? Ce ne sont pas les méthodes qui manquent. À vous de choisir la manière qui vous convient entre les approches suivantes.

  • Tenez un journal de reconnaissance.
  • Écrivez une lettre pour communiquer votre reconnaissance (même si c’est à vous-même).
  • Complimentez les autres.
  • Restez attentif et présent.
  • Partagez vos connaissances et vos compétences.
  • Encouragez votre entourage.

Élaborer un journal du bonheur

Dans la pratique de la psychologie positive, Martin Seligman et ses confrères préconisent la tenue d’un journal dit du bonheur. Au moins une fois par semaine, vous devez tenir ce journal et y mettre tout ce qui vous est arrivé de positif et comment vous y avez contribué.

Pour moi, le plus important dans cette fiche sur la psychologie du bonheur reste l’enseignement de Nikki. Si à son si jeune âge, elle a été capable de décider de ce qu’elle voulait, cela signifie que nous avons tous une aptitude naturelle au bonheur. En conséquence, le choix de devenir heureux et de pratiquer la psychologie positive vous appartient. N’est-ce pas aussi simple que ça ?

Et vous alors ? Pratiquez-vous la psychologie du bonheur au quotidien ? Qu’en pensez-vous ? Partagez avec les autres lecteurs votre expérience et votre avis sur le sujet.

Partager cet article !

A propos de l’auteur

Après avoir obtenu mon Master en Sciences à l’Université de Nantes en 2009, je travaille pendant 4 ans en tant qu’ingénieur d’études auprès des plus grands noms français de l’aérospatiale, du nucléaire et du militaire. En février 2012, alors que je ne trouve plus aucun sens dans mon métier, je crée Penser et Agir. C’est ainsi que je renoue avec mes passions : la psychologie, le développement personnel et l’entrepreneuriat. J’adapte à la psychologie et au développement personnel la logique et la structure des raisonnements que j’ai acquis en tant qu’ingénieur d’études pour créer ma propre approche : Le développement personnel par l’Action. Aujourd'hui, Penser et Agir, c'est plus de 100 000 visiteurs par mois, plus de 150 000 abonnés à la newsletter et plus de 3 000 personnes qui m'ont déjà fait confiance en suivant mes programmes en ligne. Pour en savoir plus : Qui est Mathieu Vénisse ?

Commentaires

6 Commentaires

  1. Marine

    Bonsoir,

    C’est agréable de lire un article permettant de différencier ces notions de psychologie et de pensée positive 🙂

    Je me permet d’ajouter un complément concernant la pensée positive : une personne qui a apporté beaucoup à ce domaine est Emile Couet. Pharmacien à la fin du XIXè – début XXè, il a notamment été l’initiateur de l’effet placebo. Puis il a fait avancer la « thérapie orientée solutions » avec sa méthode d’autosuggestion consciente et positive : « l’autosuggestion, c’est s’implanter une idée en soi-même par soi-même ». Il a même été surnommé “le marchand de bonheur” aux États-Unis.
    Pour lui : Notre subconscient est à l’origine de nos états physiques et mentaux ; c’est par notre imagination que nous pouvons communiquer avec notre subconscient. Nous avons la liberté et la capacité d’imaginer le possible et le positif.

    Résumé pratique pour une autosuggestion générale : répéter à voix haute 10 fois de suite et 3 fois par jours la phrase suivante : « Tous les jours, à tous points de vue, je vais de mieux en mieux. »

    Excellente journée /soirée,
    Marine

    Réponse
    • Mathieu

      Bonjour,

      Merci pour ton commentaire (et surtout pour tes précieuses précisions)
      Ravi que cet article te plaise

      A très vite sur Penser et Agir

      Mathieu

      Réponse
  2. Cabrignac

    Bonjour Matthieu,
    Merci pour cet article inspirant, il est très important en effet de noter ses expériences positives pour s’en rappeler objectivement !
    À bientôt
    Nicolas de Labo Sciences Co’

    Réponse
    • Mathieu

      Bonjour,

      Merci pour ton commentaire
      Ravi que cet article te plaise

      A très vite sur Penser et Agir

      Mathieu

      Réponse
  3. hadil

    thank you very nice website article

    Réponse
    • Mathieu

      Hello Hadil,

      Thanks for your feedback.

      It gives me pleasure ! 🙂

      See you soon,

      Mathieu

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rejoignez le club des Actionneurs

La première plateforme en ligne qui vous accompagne de A à Z pour redonner du SENS à votre vie.

Parce qu'un seul choix peut tout changer...