Psychologie expérimentale : De la théorie à la validation scientifique


Vous avez certainement déjà entendu parler de ces études psychologiques réalisées par différents corps de recherche pour prouver ou au contraire réfuter certaines hypothèses. Mais aussi pour mieux comprendre les différents phénomènes sociaux et psychiques. Aussi, vous savez sûrement que pour offrir des résultats à la fois précis et concluants, les chercheurs utilisent souvent diverses méthodes scientifiques. La majeure partie d’entre elles se base sur des expériences menées en laboratoire. Mais également, des tests sous contrôle, des variables désignées, des sujets et des résultats statistiques. Ce que vous savez peut être moins, c’est que ces procédés font partie des principaux domaines d’intérêt de la psychologie expérimentale. Découvrons cela plus en détail !

Psychologie expérimentale : en quoi ça consiste ?

Pour la petite histoire, la première utilisation du terme psychologie expérimentale remonte dans le début du 19e siècle. En effet, le terme sera retrouvé pour la toute première fois dans l’ouvrage de Charles Darwin « l’origine des espèces » . Toutefois, ce ne sera qu’à la moitié du XIXe siècle qu’il fera véritablement son entrée dans les sciences humaines. Notamment grâce aux psychologues pionniers comme Wilhelm Wundt, Edward Titchener ou Charles Bell.

En principe, la psychologie expérimentale n’est pas à proprement parlée une branche spécifique de la psychologie. Il s’agit d’une méthodologie d’observation et d’acquisition de connaissances sur les phénomènes et de processus psychologique. Pour cela, elle utilise des méthodes de recherche empirique et scientifique fondées sur des faits. A savoir : la collecte de données, les hypothèses vérifiables et les corrélations variables.

Mais pas seulement, la psychologie expérimentales comme son nom l’évoque, s’appuient énormément sur les expériences menées dans des environnements contrôlés. Telle que les laboratoires de recherche universitaires.

Par ailleurs, à la différence des autres méthodes d’analyses psychologiques, la psychologie expérimentale se consacre globalement sur la recherche. En effet, elle se base uniquement sur l’analyse scientifique des phénomènes psychologiques donnant lieu aux comportements et attitudes et non à la compréhension.

Autrement dit, son but principal est de permettre de créer et de vérifier des hypothèses. Mais aussi, de développer des théories qui permettent à chaque catégorie de personne de mieux se connaître. Et ce n’est pas tout ! Elle donne également la possibilité aux chercheurs de décrire, d’expliquer voire de prédire ou de changer certains comportements humains.

Pour arriver à une conclusion sûre, la psychologie expérimentale explore ainsi, les concepts de base de la psychologie. Telle que la mémoire, la motivation, les sensations, la perception, l’attention ou l’introspection. Sans oublier, la cognition et les émotions.

Quel est le rôle de l’expérimentation en psychologie ?

La psychologie expérimentale a de nombreux avantages puisque même en étant considérée comme modeste, elle permet d’éliminer tous les préjugés. Ceci en permettant d’en apprendre plus sur une situation qu’un volume de spéculation. Par exemple, les travaux de recherche d’un certain nombre de grands psychologues expérimentaux ont permis de démentir les allégations sur les sujets souffrant d’épilepsie et de schizophrénie. En effet, avant l’entrée de l’expérimentation en psychologie, les épileptiques étaient considérés durant des siècles comme possédés. Alors que tous les schizophrènes étaient catalogués de psychopathe.

Ensuite, l’expérimentation permet également de donner une image claire et non équivoque d’une hypothèse. Dans le but de pouvoir en tirer des conclusions scientifiquement validées et légitimes à partir des résultats recueillis.

Enfin, l’expérimentation permet de guider la pratique du psychologue. Mais surtout de conférer à chaque professionnel des approches thérapeutiques concrètes et prouvées dans leur efficacité. En effet, il ne faut pas oublier que les expérimentations en psychologie ont pour but de soigner. Tout simplement parce qu’ils permettent de trouver des réponses.

Psychologie expérimentale : les grands principes

Avant tout de chose, il faut comprendre que la psychologie expérimentale a pour objectif premier de trouver la réponse à une théorie ou une question. Cette dernière devra ensuite conduire à une observation systématique de la réalité. Mais aussi, à la recherche de lien entre des phénomènes. Malheureusement, la grande difficulté réside dans la recherche d’une hypothèse ou une théorie significative et accessible à l’investigation. Ainsi, les chercheurs ont mis en place 4 principes de base qui permettent de reconnaître une hypothèse fiable et effective :

Le déterminisme 

En ce sens, l’hypothèse dont donner la possibilité d’examiner les différents paramètres d’une situation. Ensuite, d’évaluer la façon dont celle-ci est affectée par d’autres situations annexes. Plus précisément, il doit mettre en évidence comment la présence ou l’absence d’un facteur peut influencer un autre. Ceci afin d’établir les liens de causalités entre les différentes variables qui reflètent des processus mentaux ou des comportements.

L’empirisme 

Selon cette notion, seules les choses observables peuvent être étudiées. En effet, en psychologie expérimentale, les phénomènes non observables sont des événements mentaux (raisonnement, intuition ou révélation).

La parcimonie 

Cette idée repose sur le concept que toutes les recherches doivent se faire sur les théories les plus simples. En ce sens, l’expérimentateur doit réaliser des recherches à partir de la théorie la plus basique.

La probabilité 

Enfin, un résultat scientifique n’est fiable si que si l’on peut remettre en question l’expérience qui l’a fait naître. En ce sens, les hypothèses et théories doivent pouvoir être confrontées au fait au fil du temps. Si, une hypothèse ou théorie ne pas peut être prouvée, reproduit, testée et réfutée, elle n’a pas lieu d’être.

Les méthodes de psychologie expérimentale 

Comme nous l’avons évoqué, la psychologie expérimentale vise à contrôler de façon très pointue la véracité d’une hypothèse de recherche. Pour ce faire, l’expérimentateur a à sa disposition une large panoplie de méthodes et d’outils recherches. Parmi eux, 3 approches présentent un intérêt particulier qu’il est important de mettre en évidence : 

Méthode d’introspection provoquée : 

La méthode d’introspection provoquée est une méthode d’observation et d’analyse de soi. Son but est de permettre à l’individu d’acquérir une bonne connaissance de soi et d’apprendre à se connaître. Toutefois, au-delà d’apprendre à mieux se connaître, elle permet également d’observer les processus mentaux. En effet, en psychologie, la connaissance de soi est utilisée pour comprendre l’influence de la conscience et l’intuition. D’ailleurs, cette méthode basée sur connaissance de soi qui permet de mieux se connaître était la principale méthode utilisée dans la recherche psychologique. Évidemment, elle ne suffit pas à établir une réponse claire et effective à une hypothèse.

Méthode corrélationnelle dans la psychologie expérimentale :

Cette méthode permet d’étudier non seulement les relations qui existent entre les comportements, processus cognitifs et traits de personnalité. Mais elle permet aussi d’établir les différences entre les individus. Pour ce faire, la méthode se base d’abord surl’observation naturaliste. Ensuite, le calcul de corrélation entre les fonctions cognitives et les bases neurales. Et enfin, les statistiques obtenues grâce aux études de cas, archives, enquêtes ou tests psychologiques.

Méthodologie expérimentale : 

La méthode expérimentale consiste en une manipulation des différents facteurs de façon à mesurer les effets d’une variable manipulée sur une variable dépendante. Et ceci, tout en contrôlant les variables externes qui pourraient potentiellement avoir une influence. Elle permet donc de vérifier efficacement les relations de cause à effet entre les variables.

0

About the Author:

Ingénieur de formation, Mathieu Vénisse décide, en février 2012, de changer de vie. Il crée Penser-et-Agir.fr, le site sur lequel il développe son approche innovante du développement personnel baptisée "Le développement personnel par l'Action".Aujourd'hui, Penser et Agir est reconnu comme étant le blog leader sur la thématique du changement de vie avec plus de 400 000 visiteurs par mois, plus de 60 000 abonnés à la newsletter et plus de 3 000 personnes qui ont déjà fait confiance à Mathieu et suivi ses formations en ligne.Vous souhaitez aller plus loin ? Découvrez le livre, les formations vidéo en ligne et les séances audio d'auto-hypnose amplifiée« Parce qu'un seul choix peut tout changer... » - Mathieu Vénisse

Add a Comment