Comment se détacher de ses parents : ma technique en 2 étapes

La perte de confiance en soi est parfois le corollaire d’un passé compliqué. Beaucoup parmi vous se demandent par exemple comment lutter contre les parents toxiques et couper le cordon. Cette question vous interpelle-t-elle vous aussi ? Risque-t-on d’abandonner ses parents en prenant de la distance ? Eh bien, lisez la suite de cet article et découvrez ce qu’il faut faire exactement pour se détacher de ses parents et être plus heureux.

Pourquoi est-ce nécessaire ?

Le pouvoir d’une femme est considérable. Celui d’une mère n’a presque pas de limites. Proverbe portugais

Commençons par rappeler quelques vérités incontestables : quel que soit votre âge, vos parents vous considéreront toujours un peu comme leur enfant. L’influence du parent est donc presque naturelle, et ne constitue pas forcément un problème tant que ceux-ci respectent vos limites. Qui plus est, il arrive que certains enfants pensent qu’il faut abandonner ses parents pour profiter de la vie. Mais ces derniers n’en deviennent que plus collants, souvent dans le but d’éviter à leur progéniture de commettre des erreurs.

Mais certains parents poussent le bouchon trop loin. Ils en viennent à vouloir régenter votre vie, et font du chantage en permanence. Il faut se détacher de ses parents quand on subit continuellement ce type de pression que font subir les parents toxiques. Mais là encore, il ne faut pas confondre prendre de la distance et abandonner ses parents.

Les phrases typiques des parents toxiques

Des phrases que renvoient les parents toxiques comme celles-ci vous disent-elles quelque chose ?

  • « Tu veux vraiment épouser cette fille ? Pas tant que je vivrais, tu m’entends ! »
  • « Tu ne viendras pas passer tes vacances ici ? Et moi, que ferais-je ? Tu agis comme quelqu’un qui veut abandonner ses parents »
  • « Tant que je suis ton père, je n’accepterais pas que tu gâches ta vie avec un tel travail »

Des situations comme celles évoquées plus haut sont souvent révélatrices de l’influence trop grande que les parents toxiques ont sur leurs enfants adultes. Il est alors nécessaire de quitter ses parents, et couper le cordon pour vivre sa vie. Pour tracer votre propre voie et être satisfaits de votre vie, il faut absolument se libérer de ce pouvoir et se détacher de ses parents.

L’histoire de Jérémie

Jérémie S., un habitant de Sochaux, a compris un peu trop tard à quel point cette démarche est nécessaire. A 40 ans, il était devenu médecin (un métier qu’il exécrait) sous la pression de son père, et en était à son 3ème divorce…parce qu’aucune de ses ex ne convenaient à sa mère. D’ailleurs, alors qu’elles vivaient avec lui, cette dernière faisait près de 100 kilomètres chaque semaine pour faire le ménage dans sa propre maison ! A sa place, auriez-vous eu le courage de rompre les cordes plus tôt ? Si vous vous demandez « comment quitter ses parents », suivez les étapes que nous proposons dans la suite de cet article.

Comment se détacher de ses parents : Reconnaissez le problème

Dès que l’esclave prend conscience qu’il ne veut plus en être un, les chaînes tombent, Gandhi

La première étape consiste à accepter l’idée que les parents toxiques vous manipulent et gèrent votre vie. Ce n’est pas si simple, car ça implique aussi que vous prendrez des mesures concrètes pour couper le cordon qui vous lie à eux.

Le petit guide pratique de la confiance en soi : l'e-book gratuit

C'EST VOTRE PREMIÈRE VISITE ?

Téléchargez gratuitement mon Nouveau Livre "Le Petit Guide Pratique de la Confiance en Soi".
Soyez vous-même en toutes circonstances :
arrêtez de faire semblant !

Voici l’un des témoignages pour se détacher de ses parents qui m’a été transmis :

« Pendant des années, je n’ai pas pu accepter que mes parents dirigeaient ma vie. Je me trouvais indigne rien qu’en y pensant, et tout ce que mes amis disaient à ce sujet n’y faisaient rien. C’est quand j’ai perdu mon travail et me suis retrouvé dans la rue parce que je voulais à tout prix leur faire plaisir que j’ai ouvert les yeux »

Avez-vous noté que la situation a perduré pendant des années, et que cette personne se culpabilisait à la seule pensée que ses parents dirigeaient sa vie ? Que faut-il en conclure ? Eh bien, plus tôt vous prenez conscience de la gravité de la situation, plus vite vous aurez le courage d’affronter le problème pour couper le cordon définitivement.

Ne restez pas dans le déni quand vient l’heure de quitter ses parents

Peut-être n’avez-vous pas besoin d’interroger d’autres personnes. Instinctivement, on sait quand les parents toxiques vont trop loin. Mais quand on veut se détacher de ses parents, on est souvent partagé entre 2 sentiments : la crainte de blesser et le désir d’être plus libre.

N’oubliez pas que se détacher un peu des parents est avant tout votre propre choix. C’est parce que vous le souhaitez que vous le faites. Si vous manquez de motivation, vous n’y arriverez pas. Il est donc crucial de prendre la décision ferme de se libérer. Vos amis sont là pour rendre votre jugement plus objectif et nuancé. Mais ils ne le feront pas à votre place, et ils n’en ont pas le droit.

Analysez la qualité de vos relations avec vos parents et demandez à des amis, à votre conjoint, ou à d’autres personnes de confiance ce qu’elles en pensent. Si elles disent toutes que vos parents sont trop dirigistes, admettez-le et prenez les mesures qui s’imposent pour couper le cordon. Lesquelles ?

Comment lutter contre les parents toxiques : rompez avec le passé !

L’étape qui suit la prise de conscience est celle de la rupture. Que faut-il faire ? Tranchez dans le vif en abandonnant tout ce qui vous lie et contribue à renforcer l’influence de vos parents toxiques depuis plusieurs années.

Quoi par exemple pour se détacher de ses parents ?

  • L’emploi

Si vous avez embrassé une carrière professionnelle pour faire plaisir à vos parents, et que cette carrière ne vous rend pas heureux, quittez cet emploi. Toutefois, n’agissez pas sur un coup de tête pour vous retrouver au chômage immédiatement après. Si un autre métier vos passionne, formez-vous, postulez et décrochez ce job. Ensuite, quittez cet emploi qui ne vous convient plus.

Devriez-vous en informer vos parents ? Se détacher de ses parents, c’est aussi devenir autonome. Si vous tenez à les mettre au courant, ne sollicitez pas leur avis, et agissez uniquement après avoir quitté votre ancien emploi. Ainsi, vous ne craindrez plus de subir une pression intense pour vivre selon leurs désirs en travaillant pour satisfaire leur égo.

  • Le conjoint

Nombre de parents n’acceptent pas la vie amoureuse de leurs enfants. Mais vous devez faire preuve de courage. Si vous ne concevez pas la vie sans la personne que vous aimez, vivez votre amour sans regrets.

Peut-être devrez-vous discuter avec vos parents à ce sujet. Ils doivent savoir que même sans leur aval, vous aimerez cette personne. Précisez-leur aussi jusqu’à quel point ils peuvent faire partie de votre vie amoureuse. Par exemple, si votre mère a tendance à critiquer votre amour, dites-lui que dès qu’elle le fait la prochaine fois, vous partirez purement et simplement.

  • Le logement

Un parent trop attachant a du mal à laisser partir son enfant. Si vous vivez près de vos parents et les trouvez envahissant, déménagez. Bien sûr, ils doivent savoir que vous vivez ailleurs. Mais si vous mettez une certaine distance entre vous et vos parents, ils auront moins envie de squatter chez vous tous les week-ends.

Vos parents doivent comprendre que quitter un logement ne veut pas forcément dire quitter ses parents. Sachez qu’ils ont généralement peurs d’être abandonnés. Par conséquent, tout en choisissant un autre logement, rassurez vos parents. Peut-être est-il possible de les appeler régulièrement pour qu’ils soient sûr de ceci : quitter la maison ou un logement proche ne veut pas dire quitter ses parents.

Ces exemples montrent qu’on se libère de l’influence de parents dirigistes en prenant des décisions fortes pour couper le cordon qui vous lie à eux. N’ayez pas peur de ce qu’ils penseront. Bien sûr, vous vous sentirez sans doute mal, car personne ne prend plaisir à quitter ses parents ou s’en éloigner. Mais c’est l’étape essentielle quand on veut se détacher de ses parents.

Ne discutez plus ; agissez !

Savoir et ne pas agir, c’est ne pas savoir, Cosmopolis de Don DeLillo

Vous devez sans doute voir vos parents de temps à autre, car quitter ses parents définitivement est exclu et contre-productif. Leurs tentatives pour avoir plus d’emprise sur vous ne cesseront pas de sitôt. Que faut-il donc faire ? Lorsque vous avez à faire à ces derniers, ne discutez plus, agissez. Avec le temps, ils comprendront que c’est essentiel de se détacher de ses parents, et leurs plaintes n’y changeront rien. A moins que ces derniers ne présentent un risque, on ne devrait pas songer à abandonner ses parents pour vivre mieux.

Tenez un autre cas concret : Alice était obligée de rendre visite à sa mère chaque dimanche. Mais elle ratait presque toujours son train au retour. Pourquoi ? Parce qu’à l’heure du départ, sa mère se plaignait tellement de ce que la visite était courte que notre amie se sentait obligée de rester encore 10 minutes, puis 10 autres, au point de manquer le train. Désormais, elle ne raisonne plus sa mère. Un simple au revoir, un baiser sur les 2 joues, et elle claque la porte. Voilà comment elle a coupé le cordon et parvient à quitter ses parents, surtout sa mère.

L’exemple d’Alice montre qu’on peut se détacher de ses parents, sans que cela ne s’apparente au fait d’abandonner ses parents. A la vérité, on est plutôt malheureux quand on se risque à abandonner ses parents sous le prétexte d’être plus libre ou plus heureux.

Et si vous faisiez comme Alice ?

Si vous prenez de telles mesures, et persistez dans la durée, vos parents seront contraints d’accepter votre nouvelle liberté. Donc, chaque fois que c’est possible, vous devez agir en conséquence. Dès que vous manifestez votre désapprobation parce que vos parents s’immiscent dans votre vie amoureuse, ou dans n’importe quel autre domaine, vous les poussez à comprendre que les choses ont changé. C’est ainsi qu’on parvient à se détacher des parents et à couper le cordon.

Par peur de les décevoir, certaines personnes hésitent à prendre des décisions fortes. Mais il faut vous dire la vérité : vos parents ne mourront pas parce que vous prenez votre liberté. Ils s’y attendent, mais essaient de retarder l’échéance au maximum. Ils savent aussi que votre liberté ne signifie pas qu’on aspire à abandonner ses parents. Quand on veut se détacher de ses parents, les disputes et les accrocs sont inévitables. Mais plus vous tenez ferme, plus ils s’espacent. C’est un fait naturel.

À vous de jouer !

D’autres idées ont-elles marché dans votre cas ? Partagez vos astuces avec nous dans l’espace réservé aux commentaires, juste au bas de cette page. Et si cet article vous a aidé, voudriez-vous nous dire en quoi, et le partager sur les réseaux sociaux ?

10

À propos de l'auteur:

Ingénieur de formation, Mathieu Vénisse décide, en février 2012, de changer de vie. Il crée Penser-et-Agir.fr, le site sur lequel il développe son approche innovante du développement personnel baptisée "Le développement personnel par l'Action". Aujourd'hui, Penser et Agir est reconnu comme étant le blog leader sur la thématique du développement personnel avec plus de 200 000 visiteurs par mois, plus de 50 000 abonnés à la newsletter et plus de 2 000 personnes qui ont déjà fait confiance à Mathieu et suivi ses formations en ligne. Convaincu qu'un seul choix peut tout changer, il accompagne ses clients à réaliser leurs rêves et à concrétiser leurs projets de vie quels qu'ils soient. Vous souhaitez aller plus loin ? Formations en ligne - Auto-hypnose

Les personnes qui ont lu cet article vous recommandent ceux-là :

Commentaires

  1. Ogier DOLLÉ  juillet 26, 2016

    Super article Mathieu !
    Nos parents ont des phrases qui marquent.
    Leur voix nous a éduqué, appris les fondamentaux de nos vies.
    Ton article appelle à notre vigilance pour utiliser le mieux de leur influence !

    Merci !

    répondre
    • Mathieu  juillet 27, 2016

      Merci Ogier pour ton retour :)

      À bientôt,
      Mathieu.

  2. stéphanei  juillet 27, 2016

    Certes ,il faut savoir à un moment casser l’emprise des parents et couper le cordon ombilical. Mais quoiqu’il en soit et quelque soit les parents qu’on a eu,ils ont fait de nous ce qu’on est aujourd’hui.Quoiqu’il aient été ,ça nous a fait développer en nous des qualités qu’on aurait pas développer si on avait pas eu les parents qu’on a eu. La vie équilibre parfaitement les choses et si on perd d’un coté,on gagne de l’autre ,même si les bénéfices apparaissent souvent cachés .Mais il y a toujours des bénéfices alors gratitude pour la vie qu’on a .

    répondre
    • Mathieu  juillet 27, 2016

      Bonjour Stéphanei,

      Je suis entièrement d’accord avec ton analyse.
      C’est une vision positive et réaliste de la vie.

      Malgré toutes les qualités il se trouve parfois qu’on reste « enfermé » dans un certain « désordre émotionnel » due à l’influence de sa famille.
      Il est souvent intéressant de casser les liens au moins un temps pour se construire.
      Quitte à revenir ensuite avec beaucoup plus de force pour résister à certaines influences.

      À bientôt,
      Mathieu.

  3. Aurélie  juillet 27, 2016

    Bonjour Mathieu,

    Tu abordes là un sujet très important. En effet, la dépendance affective vis à vis de ses parents est souvent un frein à la prise de conscience de la toxicité potentielle de certaines relations. Dans certains cas extrêmes, il est parfois nécessaire de rompre tout contact de manière définitive afin de vivre sa vie comme on le souhaite et d’être heureux et épanoui.

    Bonne soirée

    répondre
    • Mathieu  août 23, 2016

      Merci pour ton retour Aurélie :)

      À bientôt,
      Mathieu.

  4. Marine  août 5, 2016

    Salut Mathieu,

    article important à mon sens, l’influence des parents, de la famille en général, peut être tellement dommageable pour la vie d’une personne.

    Les parents nous considèrent toujours comme leur enfant (normal) et nous on les considère toujours comme nos parents (normal). Le hic, c’est qu’avec les parents, le passage au stade « adulte » ne se fait pas ou pas assez.

    Certains parents ont toujours tendance à vouloir contrôler un maximum la vie de leur enfant. OK ça part d’une « bonne intention » mais cela ne fait pas tout. C’est même ce qui rend le fait de se détacher de ça si difficile. Et nous on peut toujours être dans le truc de se dire qu’on doit leur obéir, faire comme ils nous disent, comme quand on était petit. Ce n’est pas parce que c’est nos parents qu’ils savent forcément ce qui est le mieux pour nous

    Je ne pense pas qu’il faille systématiquement de « grosses cassures », mais il est clair que dans certains cas, même si cela fait mal, même si c’est difficile et qu’on cherche à nous culpabiliser, c’est essentiel à notre bien-être.

    Globalement, même si on aime certaines personnes qui sont « négatives », il est souvent judicieux de s’en détacher au moins un peu, pour le bien de tout le monde.

    Bref, merci pour cet article Mathieu :)

    répondre
    • Mathieu  août 23, 2016

      Merci pour ton retour Marine :)

      Bien entendu il n’est pas nécessaire de toujours cesser totalement le contact, ce n’est pas ce que j’ai voulu dire dans cet article.
      Mais tu fais bien de le préciser.

      En effet il n’y a jamais de solutions systématiques quelque soit le challenge rencontré.
      Mais il faut savoir que « se détacher à 100% » d’un membre de sa famille, ce n’est pas forcément quelque chose de « mal » lorsque ça s’avère nécessaire pour son propre bien-être.

      Merci pour ton retour argumenté en tout cas.

      À bientôt,
      Mathieu.

  5. durand  octobre 16, 2018

    Moi j’ai 53 ans et je suis la mère d’une jeune fille de 19 ans qui a coupé les ponts, les contacts avec moi.
    Je ne crois pas que rompre tous les liens, échanges, contacts soient la solution. Je trouve que dans cette société, on traite ses parents comme des objets, on les consommes, on les jette, on les reprend.
    Bref, on peut ne pas être d’accord, mais il y a parents toxiques et les autres. Donc je prends votre article avec bcp de discernement et de précaution.

    répondre
    • Mathieu  octobre 25, 2018

      Bonjour,

      Merci pour ton commentaire
      Bien sûr, il s’agit là de parents toxiques, non des autres.

      A très vite sur Penser et Agir

      Mathieu

Ajouter un commentaire


Téléchargez gratuitement "Le Petit Guide Pratique de la Confiance en Soi"