Développement personnel

La respiration inversée : de quoi peut-il bien s’agir ?

Cela peut surprendre la plupart d’entre nous, mais il existe en fait plusieurs types de respiration auxquels notre corps a recours. Notre façon d’inspirer et d’expirer change effectivement tout au long de l’année et de notre vie. Bien souvent, cette modification se fait en fonction de notre état émotionnel. Dans certains moments, nous sommes même en mesure de la manipuler consciemment afin d’améliorer notre santé physique et psychologique. La respiration inversée, par exemple, constitue une variante particulièrement intéressante dans la mesure où elle peut nous aider à induire la relaxation. Il s’agit d’une technique pour réduire le stress qui nous vient tout droit de la culture taoïste. Mais qu’en est-il vraiment question ? Et comment la mettre en application ? Éléments de réponse.

Le principe de la respiration inversée

Il y a de fortes chances que, lorsque vous voyez « respiration inversée », la première question qui vous vient à l’esprit est : pourquoi l’adjectif « inversé » au juste ? Eh bien, la raison est toute simple. Le diaphragme représente le principal muscle qui contrôle cet acte chez l’être humain. Pendant l’inspiration normale, il se tire vers le bas pour laisser plus de place dans la poitrine pour que les poumons se dilatent. La poitrine semble alors s’agrandir. À l’expiration, il se déplace vers le haut, poussant l’air hors des poumons.

Lorsque vous effectuez cette respiration taoïste, ce schéma s’interchange. Ce qui signifie que durant l’inspiration, la poitrine se contracte. Et pendant l’expiration, elle se dilate. De manière générale, la grande majorité d’entre nous y ont recours — inconsciemment, toutefois — à un moment ou un autre. C’est notamment le cas lorsque vous éprouvez des émotions fortes (comme quand vous pleurez ou riez). Dans de telles circonstances, la réaction est automatique pour que vous soyez paré à fuir, à crier ou à attaquer, selon la situation. Il en est de même lorsque vous bâillez.

Par ailleurs, la respiration inversée se produit également lorsque votre esprit se concentre beaucoup dans l’exercice d’une tâche qui exige une attention particulière. Comme quand vous essayez de pousser ou de déplacer un objet lourd, par exemple. Cependant, comme il s’agit ici d’un effort inconscient, les bienfaits ne sont pas nécessairement perceptibles. Dans le cadre de la pratique du Chi Gong, du Tai Chi ou même du yoga, en revanche, elle s’effectue de façon délibérée et contrôlée.

Les effets de la respiration inversée

Réguler la respiration pour promouvoir le bien-être individuel n’est pas un concept nouveau. Cela est même considéré comme une pratique essentielle à la vie quotidienne dans de nombreuses cultures. Comme toute autre forme de respiration consciente, cette version présente aussi de multiples avantages pour ses adeptes. Certains d’entre eux parlent de « massage interne » qui vous détend, réduit le stress, améliore la digestion et calme votre esprit. De même, la respiration inversée vous permet de prendre conscience de vos émotions et d’accroître votre concentration méditative. Elle vous fournit également l’opportunité de diriger le chi vers les blessures pour encourager la guérison. Puisque cet exercice vous demande de travailler vos muscles abdominaux les plus cachés, vous serez aussi en mesure de les tonifier.

En outre, l’augmentation de l’apport en oxygène contribue à un meilleur fonctionnement des différentes parties du corps. Ce qui renforce votre système immunitaire. Ce processus permet ainsi de se débarrasser des bactéries et des virus nocifs. C’est pareillement ce qui vous offre la possibilité d’atténuer certains désagréments, comme :

    • Le manque de vitalité ;
    • La faiblesse musculaire ;
    • La mauvaise posture ;
    • Les problèmes respiratoires (emphysème, asthme, allergies au pollen…) ; etc.

La respiration inversée en pratique

Comme dans l’exercice de la respiration abdominale normale, vous devez vous prendre quelques dispositions avant de pratiquer la respiration inversée. Ainsi, choisissez un endroit avec le moins de nuisance sonore possible. Veillez également à ce que votre posture reste confortable et que votre dos soit droit. Tout cela vise à promouvoir la concentration. De même, vous pouvez décider de vous asseoir ou de rester debout, selon votre convenance. Le Sukhasana (la position du tailleur) et le Tadasana (posture de la montagne) conviendraient parfaitement.

Passons maintenant à la pratique qui se déroule en quelques étapes.

    1. Fermez les yeux.
    2. Ouvrez votre poitrine en ramenant les épaules vers l’arrière.
    3. Placez une main sur le ventre et l’autre sur la poitrine et commencez à respirer lentement et profondément 6 à 8 fois en vous concentrant sur le mouvement de l’abdomen et de la poitrine.
    4. Ensuite, prenez une grande inspiration. En même temps, rentrez votre ventre et contractez le périnée.
    5. Juste après, retenez votre souffle pendant environ 3 à 5 secondes.
    6. Puis, en expirant, soufflez très fort par la bouche. Commencez à contracter l’abdomen à nouveau, sans bouger les épaules.

Poursuivez ce processus de respiration inversée en effectuant d’abord des mouvements lents et réguliers. Pour les débutants, une session de 5 cycles peut suffire. Au fur et à mesure que vous avancez dans votre pratique, vous pouvez progressivement accroître la durée jusqu’à 5 minutes.

Les précautions à prendre lors de l’exercice

Bien que la respiration inversée présente de nombreux avantages, il est important de faire preuve de prudence lors de la mise en application. En effet, ce genre d’exercice n’est pas facile à apprivoiser du fait qu’il n’est pas inné. Ainsi, dès que vous ressentez une quelconque tension ou malaise, reprenez votre respiration abdominale normale. Si vous souhaitez prolonger la session, procédez petit à petit. Quoi qu’il en soit, restez toujours à l’écoute de votre corps et de vos ressentis pour ne pas aller au-delà de ses limites. De même, n’essayez pas de remplacer le schéma naturel de votre respiration par cette technique dans le but de décupler l’effet. En effet, quelques minutes de séances régulières suffisent largement pour ce faire.

Par ailleurs, il est vrai que maîtriser la respiration inversée demande beaucoup de rigueur au début. Toutefois, il ne faut jamais vous forcer. Il est important que les sessions se fassent avec un minimum d’efforts possible. Cela signifie que vous ne devez exercer aucune pression supplémentaire au niveau de vos muscles. Laissez plutôt la réaction de votre corps se faire naturellement. Aussi, il serait probablement plus judicieux de consulter votre médecin avant de vous initier si vous souffrez de problèmes de santé particuliers, tels que :

    • L’hypertension artérielle ;
    • Les troubles cardiaques ;
    • Les migraines ;
    • Les gastrites chroniques ; etc.

Éviter également la respiration inversée si vous êtes enceinte. Quoi qu’il en soit, vous gagnerez toujours à vous faire accompagner par un maître taoïste qualifié pour la première séance.

0

À propos de l'auteur:

Ingénieur de formation, Mathieu Vénisse décide, en février 2012, de changer de vie. Il crée Penser-et-Agir.fr, le site sur lequel il développe son approche innovante du développement personnel baptisée "Le développement personnel par l'Action". Aujourd'hui, Penser et Agir est reconnu comme étant le blog leader sur la thématique du changement de vie avec plus de 400 000 visiteurs par mois, plus de 60 000 abonnés à la newsletter et plus de 3 000 personnes qui ont déjà fait confiance à Mathieu et suivi ses formations en ligne. Vous souhaitez aller plus loin ? Découvrez comment redonner du SENS à votre vie en téléchargeant gratuitement le Kit des Actionneurs - « Parce qu'un seul choix peut tout changer... » - Mathieu Vénisse

Ajouter un commentaire