Développement personnel

L’énergie ancestrale, quotidiennement à votre service

Vieille de quelques milliers d’années, la médecine traditionnelle chinoise continue d’évoluer jusqu’à présent. Elle a même trouvé sa place dans le monde occidental d’aujourd’hui. En effet, la grande diversité de théories et d’applications qu’elle propose à l’égard de la santé physique et psychologique séduit de plus en plus. Elle se repose sur un principe très simple. Tout système, lorsqu’il est bien équilibré, induit naturellement une certaine harmonie qui favorise le bien-être. Ce concept met principalement l’accent sur l’observation et la compréhension du fonctionnement de l’ensemble de l’univers au niveau le plus subtil. En ce qui concerne les êtres humains, les adeptes sont persuadés que les connaissances — bien qu’anciennes — qu’elle englobe peuvent encore être utilisées pour prévenir et guérir les différents maux. Et l’énergie ancestrale joue un rôle majeur dans ce processus.

Commençons avec un bref aperçu de l’énergie ancestrale

Pour aborder l’énergie ancestrale à proprement parler, il convient en premier lieu de faire un petit retour à la source. En médecine traditionnelle chinoise, le Qi (ou chi) fait référence à la « force vitale » qui forme et anime l’univers. Cette énergie donne vie à toute matière existante. Lorsqu’elle est correctement équilibrée, elle a le pouvoir de renforcer, dynamiser et guérir le corps. Dans l’ayurvéda, on parle plutôt de « prana », qui présente quelques similarités avec ce concept. Si ce dernier coule le long des nadis dans les principes de médecine traditionnelle indienne, le Qi emprunte plutôt les méridiens du corps dans la MTC. Au Japon, on fait référence au « ki », en Grèce « pneuma » et « ashé » chez les Yorubas (un grand groupe ethnique d’Afrique).

Pour les êtres humains, l’énergie ne se situe effectivement pas uniquement en surface, mais également dans ces canaux invisibles qui traversent le long du corps. Diverses pratiques de soins alternatifs comme l’acupuncture et l’acupression utilisent d’ailleurs ces points pour induire la guérison d’un patient. En effet, il est largement reconnu dans la culture orientale que c’est un blocage au niveau de ces lignes de flux énergétique qui entraîne les maladies. Quoi qu’il en soit, le Qi peut se former à partir de trois composantes distinctes.

À savoir

    • L’énergie de l’air (que nous captons en respirant) ;
    • L’énergie nourricière (que l’on absorbe lorsque nous mangeons) ;
    • Et l’énergie héréditaire (qui provient des ascendants).

Encore une fois, on peut les diviser en deux groupes. La première se rapporte à l’énergie dite « essentielle » qui vient du Ciel et de la Terre. C’est-à-dire l’air et l’essence alimentaire. La seconde est plutôt innée, elle nous vient de nos parents. C’est à cette dernière que l’énergie ancestrale fait référence. Si l’on veut établir une association avec la médecine occidentale, on peut parler de chromosomes. Ils portent l’hérédité et forment l’information génétique. Tout comme l’énergie ancestrale, ils ne sont pas modifiables.

Quel est le rôle de l’énergie ancestrale ?

Aussi important soit-il de comprendre le sens du Qi et de l’énergie ancestrale pour mieux apprivoiser la médecine traditionnelle chinoise, il n’y a pas réellement d’équivalent dans le monde occidental qui nous permettrait de faciliter l’explication. Les théories diffèrent d’ailleurs d’un professionnel à l’autre. Certains croient en l’efficacité de l’acupuncture — et donc naturellement les méridiens du corps. Tandis que d’autres se montrent plus perplexes. Ce qui rend la définition quelquefois compliquée. Cependant, il ne serait peut-être pas incorrect de dire qu’ils peuvent être considérés comme l’« énergie corporelle ».

C’est donc tout naturellement qu’une carence ou un déséquilibre au niveau du Qi peut avoir un impact négatif sur notre bien-être. Les adeptes de la MTC croient que pour avoir une vie saine et équilibrée — sans problèmes de santé physique ni psychologique, l’énergie vitale doit circuler correctement. En effet, ils suggèrent que les maladies ou autres conditions n’apparaissent qu’en cas de déséquilibre ou de manque. À un niveau minime, les affections sont bénignes. À un degré plus avancé, il est possible d’avoir recours aux points d’acupuncture situés sur les méridiens du corps.

Ce faisant, l’énergie se redirige vers les parties atteintes. Dans ce cas, le Qi protecteur et le Qi nourrissant sont mis à contribution. Lorsqu’ils ne sont pas de quantité suffisante, l’énergie ancestrale entre en jeu. Elle constitue le dernier rempart qui défend notre organisme contre les agressions externes. Or, la qualité de celle-ci n’est pas la même pour chaque individu. Pour certains, elle est plus faible ; ce qui se traduit par une vulnérabilité face aux maladies qui sont susceptibles de se manifester à un âge précoce. Tandis que pour d’autres, elle est meilleure ; ce qui est associé à une résistance plus accrue.

Peut-on renforcer l’énergie ancestrale ?

La particularité de l’énergie ancestrale est qu’elle est connue pour être antérieure à la naissance. Elle se forme dès la rencontre du spermatozoïde et de l’ovule. Au fur et à mesure que nous prenons de l’âge cependant, notre « stock » — quelle que soit sa qualité — diminue également. Et l’on ne peut rien y faire ! On ne peut pas en créer de nouvelles ou reconstituer les anciennes. Comme on ne peut pas non plus modifier notre « bagage génétique ». Pourtant, les affections causées par une carence au niveau de l’énergie ancestrale s’avèrent généralement sérieuses. Encore une fois, comme les maladies héréditaires.

Alors que peut-on donc faire ? Si l’on ne peut booster l’énergie ancestrale, il est tout à fait possible de conserver la qualité de l’énergie essentielle. Pour ce faire, il suffit de mettre en application quelques techniques simples.

Voici quelques exemples

    • Faites régulièrement de l’exercice physique, y compris une pratique qui se concentre sur votre respiration. Le yoga constitue un excellent choix à cet égard. En plus de favoriser l’apport de l’oxygène dans votre corps, cette technique a aussi l’avantage de réguler le Qi. Il existe également plusieurs autres méthodes — comme la respiration abdominale — qui peuvent vous être utiles. Celle-ci peut s’effectuer dès le réveil ou avant de vous coucher.
    • Essayez le tai-chi ou le Qi gong. Non seulement ces exercices doux vous aideront à lutter contre le stress, mais ils peuvent également donner plus de légèreté à votre corps.
    • Ayez recours à l’acupuncture ou à l’acupression pour débloquer le Qi qui peut être coincé dans certains méridiens du corps.
    • Gardez une alimentation saine et nutritive. C’est un élément crucial pour avoir une énergie essentielle équilibrée.
    • Prenez soin de votre santé mentale. Si vous ne vous sentez pas serein dans votre tête, la santé physique en pâtira aussi.
    • Dormez suffisamment. La fatigue est un signe précurseur d’une carence en Qi. Promouvoir un sommeil réparateur peut donc être crucial.
2

À propos de l'auteur:

Ingénieur de formation, Mathieu Vénisse décide, en février 2012, de changer de vie. Il crée Penser-et-Agir.fr, le site sur lequel il développe son approche innovante du développement personnel baptisée "Le développement personnel par l'Action". Aujourd'hui, Penser et Agir est reconnu comme étant le blog leader sur la thématique du changement de vie avec plus de 400 000 visiteurs par mois, plus de 60 000 abonnés à la newsletter et plus de 3 000 personnes qui ont déjà fait confiance à Mathieu et suivi ses formations en ligne. Vous souhaitez aller plus loin ? Découvrez comment redonner du SENS à votre vie en téléchargeant gratuitement le Kit des Actionneurs - « Parce qu'un seul choix peut tout changer... » - Mathieu Vénisse

Commentaires

  1. Alexandre  avril 16, 2020

    Merci pour cette introduction intéressante. J’aime bien en particulier les ponts jetés entre Médecine Traditionnelle Chinoise et médecine occidentale, que l’on oppose souvent inutilement. Je crois que dans les deux approches, il y a un danger commun qui serait de penser que notre santé ne dépend que de facteurs qui nous échappent largement (l’énergie ancestrale d’un côté, les médicaments de l’autre). Alors que nous avons la main sur une partie des actions qui peuvent aider à la préserver (alimentation, activité physique, gestion du stress…). A ce titre, nous avons une forme de responsabilité personnelle dans le maintien de notre capital santé, ce qui n’est pas toujours facile à accepter.

    répondre
    • Mathieu  avril 17, 2020

      Bonjour Alexandre,

      Merci pour tes éclaircissements. Et oui ! La gestion de notre santé passe par beaucoup de facteurs en effet.

      Bien à toi,
      Mathieu.

Ajouter un commentaire