Médecine traditionnelle indienne : la plus ancienne des systèmes de santé


Alors que l’Organisation mondiale de la Santé (l’OMS) vient tout récemment de reconnaître les pharmacopées locales comme un vecteur d’accès au soin et de promotion de la santé. Et plus particulièrement dans les régions du monde où l’allopathie reste inaccessible pour une grande majorité de la population. La société occidentale s’ouvre de plus en plus aux médecines orientales. Parmi elles, la médecine traditionnelle indienne se hisse aujourd’hui au rang d’incontournable. Et l’on comprend bien pourquoi ! Officiellement reconnue depuis 1982 comme une méthode de soin à part entière, celle-ci permet de corriger bon nombre de troubles fonctionnels et d’accéder à un mieux-être. Découvrons ensemble cette médecine non conventionnelle.

La médecine traditionnelle indienne en quelques notions clés

Apparue il y a près de 5000 ans, la médecine traditionnelle indienne ou ayurvéda est un système thérapeutique très vaste visant à la prévention, le diagnostic et le traitement des maladies. Selon l’histoire, cette médecine non conventionnelle trouve sa source dans le Véda. Il s’agit d’un ensemble de textes sacrés sanskrit révélé aux sages Rishis durant la civilisation védique. Toutefois, la médecine traditionnelle indienne est aussi une médecine très actuelle. D’ailleurs, elle parvient aujourd’hui à des résultats stupéfiants dans le traitement de pathologies qui pourtant sont réputés incurables en médecine moderne. De fait, ce système thérapeutique a beaucoup évolué au fil des années pour dénouer les problématiques les plus coriaces de notre époque. Elle s’est notamment débarrassée des rites, des incantations et des sacrifices.

Par ailleurs, à la différence de l’allopathie, la médecine traditionnelle indienne propose une conception totalement différente du corps humain. De fait, selon les préceptes traditionnels hindouistes, l’être humain est un élément de l’univers au même titre que les cinq éléments que sont l’air, le feu, l’espace, l’eau et la terre. Appelés mahabhuta, ces derniers composent l’énergie vitale qui traverse le corps au travers des méridiens. L’objectif principal de l’ayurvéda est donc d’assurer une bonne circulation des énergies.

Plus généralement, la médecine traditionnelle indienne est une approche holistique de la médecine. Effectivement, lors d’un soin ayurvéda, l’individu est considéré comme « un tout » indissociable. Ainsi, cette approche s’intéresse aussi bien à la santé physique, émotionnelle que spirituelle. Aussi, l’ayurvéda s’appuie sur le caractère unique de chacun. De ce fait, cette approche a également pour objectif de définir le « Prakruti ». En d’autres mots, la nature profonde de l’individu, sa constitution individuelle et le principe régissant son métabolisme. Ceci, afin d’évaluer ses besoins et comprendre les déséquilibres à l’origine de ses troubles et de son mal-être.

Les doshas : clé de voûte de la médecine traditionnelle indienne

Selon la croyance hindouiste, tout comme l’univers, l’être humain est composé de quatre états de la matière, Vayu (l’air), Agni (le feu), prithivi (la terre) et Jala (l’eau). Ces quatre éléments coexistent à l’intérieur d’un 5 élément l’Ether ou Akasha (l’espace vital). Ces 5 éléments se combinent par paires pour former 3 humeurs biologiques qui créent le corps, le font fonctionner et le détruisent. On les appelle les doshas ou plus précisément les tridoshas. Ses tridoshas s’apparentent à trois grandes forces biologiques intelligentes émanant du prana. Concrètement, il s’agit donc de trois formes de prana qui ont pour objectif de gérer les états de matières. Chaque dosha est ainsi associé à un ou deux éléments :

  • Vata ou le dosha de l’air est l’association de Vayu  et d’éther ou akasha
  • Pitta ou le dosha de feu est la combinaison de Agni  et Jala
  • Kapha ou le dosha de la terre formé par jala  et prithivi

Par ailleurs, ses doshas gouvernent également les processus physiologiques et psychologiques du corps et de l’esprit. En effet, selon le principe ayurvédique, une maladie ou une affection résulte d’un déséquilibre des doshas. Tandis qu’un état harmonieux et équilibré entre ces 3 doshas sera créateur d’équilibre et de santé.  En outre, il faut savoir que chaque dosha possède des attributs reflétant directement votre profil ayurvédique. Effectivement, selon les médecins et praticiens Ayurvédiques, chaque personne est une combinaison unique de trois énergies fondamentales. Ainsi, les doshas permettent de mettre en évidence votre bagage génétique, votre nature innée ainsi que vos points forts et vos points faibles. Autrement dit, de déterminer leur Prakriti et in fine de comprendre pourquoi votre corps est sain ou, au contraire, fonctionne mal.

Les bienfaits de la médecine traditionnelle indienne

En traitant l’individu dans toute sa globalité et en s’intéressant à sa santé au sens large, la médecine traditionnelle indienne offre de nombreux bienfaits :

  •  Évacuer le stress
  • Apaiser le corps et l’esprit
  • Calmer le mental
  • Améliorer la circulation sanguine et lymphatique
  • Faciliter l’élimination des toxines du corps
  • Revitaliser le corps et l’esprit en optimisant les capacités naturelles et les défenses du corps
  • Assurer une meilleure harmonie et une meilleure santé

ayurvéda : bien plus qu’une médecine préventive

En effet, en plus de traiter l’individu de manière à éviter les maladies, la médecine traditionnelle indienne est également une médecine curative. De fait, elle vise à lutter contre de nombreuses pathologies. Telle que :

  • L’arthrose et l’arthrite rhumatoïde
  • L’asthme
  • Le diabète
  • La maladie de parkinson
  • Rétinopathie
  • L’athérosclérose

Ainsi, la partie curative de la médecine traditionnelle indienne se compose de huit branches. A savoir :

  • La médecine interne ou le Kaya Chikitsa
  • La maladie de la tête et du cou ou le Shalakya Tantra
  • Le traitement des empoisonnements ou la Science des antidotes (Agadatantra)
  • La chirurgie ou le Shalya
  • La pédiatrie ou le Kaumara Bhritya
  • Le rajeunissement  ou science des élixirs  (Rasayana)
  • L’utilisation des aphrodisiaques ou la puissance sexuelle et la fertilité (Vajikarana)
  • La Science des esprits malins  (Bhutavidya) ou la psychologie

Évidemment,  même s’il existe des branches et des domaines de prédilection, les concepts de spécialité telle que vous les connaissez dans la médecine occidentale ne s’applique pas dans la médecine traditionnelle indienne. Tout simplement parce que cette pratique ancestrale prend toujours en compte l’être humain dans son ensemble.

Comment se déroule une première séance avec un praticien ayurvédique ?

À l’instar de toutes les autres thérapies, la première consultation avec le praticien consiste en un entretien de quelques dizaines de minutes. Celui-ci permet d’établir un bilan ayurvédique. Durant cette étape, le praticien peut recourir à de nombreux outils tels que la prise de pouls, l’observation de la langue, l’interrogation sur les évacuations (selles, urines, sueur), les habitudes alimentaires et de vie, la digestion, la peau, les ongles, le sommeil ou encore le passif. Ceux-ci ont pour objectif de l’aider à mettre en place un programme sur-mesure adapté à votre profil, de vos dysfonctionnements et de vos besoins.

Une fois le bilan ayurvédique établi, de nombreuses techniques pourront être utilisées pour rétablir l’équilibre des doshas. Pour ne citer que :

0

About the Author:

Ingénieur de formation, Mathieu Vénisse décide, en février 2012, de changer de vie. Il crée Penser-et-Agir.fr, le site sur lequel il développe son approche innovante du développement personnel baptisée "Le développement personnel par l'Action".Aujourd'hui, Penser et Agir est reconnu comme étant le blog leader sur la thématique du changement de vie avec plus de 400 000 visiteurs par mois, plus de 60 000 abonnés à la newsletter et plus de 3 000 personnes qui ont déjà fait confiance à Mathieu et suivi ses formations en ligne.Vous souhaitez aller plus loin ? Découvrez le livre, les formations vidéo en ligne et les séances audio d'auto-hypnose amplifiée« Parce qu'un seul choix peut tout changer... » - Mathieu Vénisse

Add a Comment