Théorie de la synchronicité : le lien de sens et de ressemblance


On connaît tous la définition de la coïncidence, on sait que c’est un concours de circonstances n’ayant pas de lien de causalité apparent se produisant au même moment. Mais, selon le médecin psychiatre suisse Carl Gustav Jung, certains concours d’événement ne le sont pas des coïncidences, car elles sont plus complexes et sont plus significatives à l’égard des témoins. À ce moment là, c’est ce que l’on appelle la synchronicité. Jung considère celle-ci comme une réponse universelle. En fait, c’est au cours de ses années de pratique que Jung a développé la Théorie de la synchronicité. Ce concept permet de créer une connexion entre l’esprit et la matière, entre le psyché et le monde extérieur. Plus de précision dans les lignes suivantes.

La théorie de la synchronicité : Quesaco ?

La synchronicité est une sorte de hasard signifiant et créateur, et qui a des répercussions sur notre vision du monde et de l’univers ainsi que de nous-mêmes. En fait, tout est relié sans que des causes soient visibles. Ainsi, les êtres et les choses sont reliés entre eux par le sens et la ressemblance et pas de cause à effet.

Les différents types de coïncidences

Pour mieux comprendre les synchronicités de Jung, il faut tout d’abord savoir le distinguer des autres concours de circonstances.

Les simples coïncidences

Dans nos vies, les coïncidences se produisent naturellement de temps à autre. En d’autres termes, des événements simultanés qui se ressemblent apparaissent à un rythme sans que quelqu’un le provoque. Puis, les coïncidences dites simples sont généralement banales et les calculs des probabilités peuvent les expliquer. Ainsi, nous pouvons rencontrer des amis ou de la famille dans le restaurant où nous allons. Parce que nous n’avons pas eu le temps pour cuisiner, par exemple.

Les synchronicités ou les coïncidences signifiantes

Parfois nous sommes témoins de coïncidences qualifiables de mystérieux, qui nous laissent dans un sentiment de trouble indéfinissable. En fait, il s’agit d’une réponse universelle que Jung a appelée la synchronicité. On dit alors que la coïncidence est signifiante, qu’elle est chargée de sens. À ce titre, le psychisme du témoin est plus impliqué, ce qui n’est pas le cas lorsqu’il est confronté à une simple coïncidence. En outre, les chances que cela puisse se produire sont infimes.

La loi des séries

La loi des séries est une répétition d’événements, de choses, etc. dans l’espace et dans le temps. Alors, on peut considérer celle-ci comme une série de coïncidence voire même comme une synchronicité tout dépend du contexte où elle se produit.

Théorie de la synchronicité : les différentes sortes de synchronicités

Il y a plusieurs sortes de synchronicités en dehors de la définition classique, à savoir :

  • La synchronicité dans le temps, aussi appelée prémonitions ;
  • La synchronicité dans l’espace également connu sous le nom de clairvoyance ;
  • Les pensées qui coïncident entre deux ou plusieurs personnes ou la télépathie.

Notez qu’il existe d’autres types de synchronicités, notamment, historiques, généalogiques, etc.

Qu’est qu’est-ce qui explique les synchronicités de Yung ?

Selon Jung, il existe un inconscient collectif situé dans une dimension autre que la nôtre, hors de l’espace-temps. De ce fait, cet inconscient est à la fois la mémoire de l’humanité et l’âme de l’univers. Alors, c’est une sorte de conscience supérieure cosmique à laquelle nous sommes tous reliés par le biais de notre inconscient personnel.

Aussi, des « centres d’énergie psychique potentielle » appelés archétypes se constituent dans cet inconscient collectif. Ces centres d’énergie sont neutres et c’est au contact de la conscience de la personne qu’elle devient bonne ou mauvaise.

Les archétypes dans la théorie de la synchronicité

Les archétypes catalysent les synchronicités de Jung par une relation en miroir entre un état psychique et l’univers objectif extérieur. Celui-ci renvoie à la personne un reflet de ses préoccupations. Par exemple, sa situation présente ou future, sous forme d’événements marqués de symboles de synchronicité. C’est comme si quelqu’un vient demander à l’univers quelque chose à votre place. Puis, qu’une réponse universelle vous est donnée.

Nous pouvons classer les archétypes de la façon suivante d’après Jung :

Théorie de la synchronicité : les archétypes des structures du psychisme

Il existe plusieurs archétypes qui correspondent au psychisme de la personne, à savoir :

  • la personna, qui représente le « moi » ;
  • l’ombre, qui est l’inconscient personnel ;
  • l’anima, c’est la représentation féminine chez l’homme ;
  • l’animus, c’est la représentation masculine chez la femme.

Théorie de la synchronicité : Les archétypes correspondant à des thèmes

Ces archétypes tirent leurs origines dans les mythes, les images symboliques, les rêves de l’humanité, et même des modèles de comportement instinctif. Pour en faire l’inventaire, retrouvons notamment :

  • Le cosmique,
  • L’ange gardien,
  • Le paradis,
  • Le conte de fées,
  • Le diable,
  • L’enfer,
  • La nuit,
  • La mère,
  • Le père,
  • La grand-mère,
  • Le vieux sage,
  • Le héros,
  • L’homme fort,
  • Le séducteur,
  • La femme fatale,
  • La femme idéale,
  • L’enfant,
  • La famille,
  • La bête,
  • La naissance,
  • La mort,
  • L’amour,
  • La haine,
  • etc.

Théorie de la synchronicité : les conditions favorables

Plusieurs conditions sont propices à l’apparition des synchronicités, par exemple :

  • Être soi-même médium,
  • Pratiquer le mysticisme,
  • La méditation,
  • L’introspection personnelle,
  • Les liens affectifs et empathiques puissants,
  • Les situations dramatiques,
  • Les maladies graves,
  • Le fait de demander à l’univers
  • Les difficultés sociales et familiales,
  • Les troubles psychiques,
  • La recherche spirituelle,
  • Les créations artistiques,
  • Les découvertes scientifiques,
  • Les présages,
  • Une aide ou protection archétypale.

 La théorie de la synchronicité dans l’univers

De surprenantes coïncidences de type anthropique viennent appuyer que l’univers ait été conçu de manière à permettre l’existence de la vie et de la conscience. Puis, que celui-ci est lié à la synchronicité. Citons par exemple :

  • Le fait ne soit pas séparable en physique quantique est en fait une forme de synchronicité ;
  • Les coïncidences des constantes et conditions initiales de l’univers le sont tout aussi bien ;
  • Le fait que les nombres atomiques et astronomiques coïncident ;
  • Les coïncidences entre les nombres inventés par l’homme et qui résultent de l’observation de l’univers.

Enfin, la synchronicité nous donnerait accès à des réalités intemporelles qui dépassent l’entendement humain. En effet, ce phénomène transcende le monde des formes et phénomènes qui nous poussent à toujours chercher les causes des choses. De ce fait, elle est comme la lumière qui éclaire l’unité cachée entre toute chose : nous-mêmes, les êtres, les choses et le Tout.

0

About the Author:

Ingénieur de formation, Mathieu Vénisse décide, en février 2012, de changer de vie. Il crée Penser-et-Agir.fr, le site sur lequel il développe son approche innovante du développement personnel baptisée "Le développement personnel par l'Action".Aujourd'hui, Penser et Agir est reconnu comme étant le blog leader sur la thématique du changement de vie avec plus de 400 000 visiteurs par mois, plus de 60 000 abonnés à la newsletter et plus de 3 000 personnes qui ont déjà fait confiance à Mathieu et suivi ses formations en ligne.Vous souhaitez aller plus loin ? Découvrez le livre, les formations vidéo en ligne et les séances audio d'auto-hypnose amplifiée« Parce qu'un seul choix peut tout changer... » - Mathieu Vénisse

Add a Comment