Peur de l’abandon : un mal insidieux qui affecte toutes les sphères de la vie


« L’abandon est dans la plupart des cas la cause du mal-être et du mal de vivre. » Voilà le constat dressé par de nombreux spécialistes du développement personnel. Il est vrai que voir une personne qui compte s’éloigner, ça fait mal. Parfois, la douleur est telle que vous avez tout simplement l’impression de perdre vos repères et de ne plus savoir à quoi vous accrocher. Surtout, de ne plus savoir comment sortir la tête hors de l’eau. Rien de plus normal donc que d’avoir peur d’être abandonner. Dans le sens où le départ violent d’un proche vous a profondément marqué. Néanmoins, si la peur de l’abandon peut parfois se justifier, elle l’est moins lorsqu’elle se transforme en un handicap qui vous empêche de construire des relations saines et épanouissantes.

Là, il s’agit d’une véritable phobie de l’abandon. Un mal qui touche autant les enfants que les adultes. Et ce à n’importe quel âge.

Mieux comprendre les origines de la peur de l’abandon

Dans son livre best-seller « Les cinq blessures » qui empêchent  d’être soi-même inspiré des travaux de recherche du célèbre psychiatre américain John Pierrakos, Lise Bourbeau énumère dans l’ordre chronologique cinq blessures de l’âme qui conditionnent d’une manière ou d’une autre le bien-être et le bon fonctionnement d’un individu. Parmi ces cinq blessures majeures figurent en deuxième position la blessure de l’abandon ou la peur de l’abandon. Juste après la peur du rejet. La place que tient cette blessure dans le livre de Lise Bourbeau démontre combien l’abandon peut être ancré profondément dans l’inconscient d’une personne et générer une blessure narcissique si profonde qu’elle affecte toutes les sphères de sa vie. Par ailleurs, il faut savoir que la peur de l’abandon peut être un trouble en soi ou le symptôme d’un trouble plus sévère.

Mais alors, d’où vient exactement la peur de l’abandon ?

Les origines de cette peur

Dans la plupart des cas, la phobie de l’abandon est intimement liée à un traumatisme vécu très tôt dans la vie de la personne. Le plus souvent, au moment de l’enfance. En ce sens, il existe plusieurs situations qui peuvent provoquer le sentiment d’abandon. Il peut s’agir du décès d’une personne proche dans l’enfance. On parle alors d’abandon effectif. Ou encore, une séparation comme un départ en pension, les journées à la crèche, des vacances loin des parents, le divorce des parents… Dans ce cas, il s’agira d’un abandon ressenti.

Bien sûr, toutes les séparations ne seront pas vécues de la même manière. Effectivement, la perception d’une séparation donnée va surtout dépendre du caractère de l’enfant. Aussi, de la manière dont elle se déroule. Par exemple, pour un enfant en quête d’indépendance, une séparation momentanée avec les parents peut être perçue comme une véritable opportunité. Une opportunité de grandir, de s’épanouir et de se découvrir. Il va donc vivre cette expérience comme une étape naturelle qu’il doit franchir. Tandis qu’un enfant qui a besoin de se sentir en sécurité verra cette même situation comme un véritable abandon. Une situation qui peut entraîner de lourdes séquelles une fois adulte.

Evidemment, il faut noter que la peur de l’abandon ne survient pas toujours suite à une absence physique. Effectivement, elle peut aussi naître lorsque l’authenticité émotionnelle cesse d’exister. Par exemple lorsque l’enfant ne sent pas aimer et qu’il a l’impression de déranger. Parfois, elle survient tout simplement lorsque l’enfant prend conscience que ses parents ne sont pas et ne seront pas toujours disponibles pour lui. De même, la peur de l’abandon peut être la résultante de l’incapacité du parent à remplir ses responsabilités parentales. Plus particulièrement sur le plan affectif.

Les manifestations de la peur de l’abandon

Vous l’aurez compris, les problèmes d’attachement ainsi que les interactions marquées par l’insécurité intérieur durant l’enfance sont souvent les sources de la peur de l’abandon à l’âge adulte. Évidemment, celle-ci ne se manifeste pas de la même manière chez tout le monde et se retrouve à différents degrés. Tout d’abord, l’adulte souffrant de cette phobie de l’abandon va généralement avoir des difficultés à se stabiliser sur le plan relationnel. Et cela aussi bien dans ses relations amoureuses, familiales que sociales et parfois professionnelles. Dans certains cas, le sujet peut également développer une véritable phobie de l’engagement.

Ensuite, selon John Pierrakos, certaines personnes vont adopter des comportements excessifs vis-à-vis des autres pour compenser l’angoisse liée à cette peur. Généralement, c’est au niveau de la sphère sentimentale que l’on constate le plus des comportements inadaptés. Voire même insupportable pour le partenaire. Pour ne citer que la jalousie excessive ou encore la dépendance affective.

On peut également constater chez le sujet un véritable penchant pour le renoncement à soi et le repli sur soi-même. Au quotidien, la peur de l’abandon s’accompagne d’une forte souffrance, une très grande tristesse, un manque de confiance en soi ainsi que d’une angoisse difficile à gérer tant le sujet se sent piégé dans un environnement insécure. Dans les cas les plus sévères, le sentiment d’abandon peut même se traduire par un état dépressif sévère. Celui s’accompagne le plus souvent de différents troubles du comportement. A l’instar des troubles alimentaires. L’adulte souffrant de manque affectif peut également user du chantage affectif dans le but d’attiser l’attention des autres et faire en sorte que l’on s’occupe de lui.

Outre ses manifestations, on constate également :

  • La facilité à dramatiser
  • L’angoisse à l’idée d’être seul
  • Difficulté à faire confiance
  • La peur du rejet
  • Sentiment de solitude
  • La difficulté à s’affirmer

Phobie de l’abandon : comment s’en défaire ?

Angoisses de la séparation, manque de confiance en soi, incapacité de s’engager dans une relation durable et sérieuse, difficulté à faire confiance, peur du rejet, dépendance affective la phobie de l’abandon s’illustre de bien des manières. Néanmoins, quelle que soit la façon dont elle se manifeste, celle-ci fragilise la personne qui en souffre autant qu’elle met à mal ses relations avec les autres. Compte tenu des dégâts que la peur de l’abandon peut provoquer, il est primordial de le prendre en main. Et le plus tôt sera le mieux.

Ainsi, face à la peur de l’abandon, il est nécessaire d’entamer un travail sur soi afin de déceler l’origine de ce malaise. Pour ce faire, il est fortement conseillé de consulter un spécialiste. En ce sens, une séance d’hypnose contre la peur avec un thérapeute spécialisé peut être une excellente alternative. Et pour cause, l’hypnose contre la peur non seulement vous permettra de trouver l’élément déclencheur du traumatisme. Cela, en remontant dans l’enfance. Mais, une thérapie d’hypnose contre la peur est également une bonne manière de reprendre confiance en soi. Surtout, de rationaliser la situation.

0

About the Author:

Ingénieur de formation, Mathieu Vénisse décide, en février 2012, de changer de vie. Il crée Penser-et-Agir.fr, le site sur lequel il développe son approche innovante du développement personnel baptisée "Le développement personnel par l'Action".Aujourd'hui, Penser et Agir est reconnu comme étant le blog leader sur la thématique du changement de vie avec plus de 400 000 visiteurs par mois, plus de 60 000 abonnés à la newsletter et plus de 3 000 personnes qui ont déjà fait confiance à Mathieu et suivi ses formations en ligne.Vous souhaitez aller plus loin ? Découvrez le livre, les formations vidéo en ligne et les séances audio d'auto-hypnose amplifiée« Parce qu'un seul choix peut tout changer... » - Mathieu Vénisse

Add a Comment