Métacognition et confiance en soi
0
0

Métacognition et confiance en soi : un combo gagnant !

Accueil > Auto hypnose > Métacognition et confiance en soi : un combo gagnant !

Bienvenue sur Penser et Agir ! Vous vous intéressez à l’hypnose ou à la visualisation ? Découvrez la puissance de la Visualisation Amplifiée, une nouvelle approche dans laquelle des professionnels de l’hypnose s’associent à des ingénieurs du son et à des musiciens pour repousser les limites de la visualisation traditionnelle.

Nous avons créé une expérience immersive en ligne 100% offerte pour permettre à un maximum de personne de ressentir concrètement les bénéfices de cette nouvelle approche : Cliquez ici pour tester par vous-même >

C’est gratuit, et vous pourrez vous désinscrire à tout moment.

La métacognition représente un concept qui date des années 80. À l’époque, elle faisait l’objet de nombreuses recherches scientifiques. Il s’agit principalement d’un processus durant lequel vous réguler votre propre activité cognitive. C’est une définition simple qui résume déjà l’objectif de cette approche. Elle touche autant la réalisation de tâches que l’atteinte des objectifs personnels et l’entrée en action. Ces dernières années cependant, on a commencé à s’intéresser davantage sur la relation entre métacognition et confiance en soi. En effet, cette technique implique une prise de conscience critique et une compréhension approfondie de soi-même au niveau individuel. Elle s’intéresse précisément aux processus qui prennent place dans votre cerveau pour planifier, contrôler ou encore évaluer vos comportements et vos performances. C’est justement pour cette raison qu’elle entre en jeu dans le renforcement de votre confiance en général (fiabilité des décisions, justesse des jugements, certitude de l’efficacité…).

Alors, est-ce un processus naturel qui prend place instinctivement ? Que faire pour en tirer profit ? Dans quel cas l’appliquer ? Les détails dans cet article sur la métacognition et confiance en soi.

Quelle est l’origine du concept de métacognition ?

Plusieurs articles ont traité ce sujet dans les années 80. Ferrara & Campione (1983) Baker & Brown (1984), Flavell (1985), Chartier & Lautrey (1992)… Les recherches s’inspiraient alors de différentes théories qui avaient le potentiel de nous éclairer sur le processus de pensées que nous pourrons adopter pour améliorer notre apprentissage. Elles abordaient notamment l’influence sociale lors de son opération (Vygotsky). Elles se concentraient également sur la théorie d’« abstraction réfléchissante » de Piaget. Celle-ci expliquait l’importance de la connaissance consciente.

Cette dimension permet d’ailleurs de renforcer la relation entre métacognition et confiance en soi. D’autant plus que ce concept intègre aussi une approche qui favoriserait le traitement de l’information. Cela s’avère particulièrement intéressant dans la mesure où cette régulation de la « pensée sur la pensée » participe à l’amélioration de vos compétences en matière de résolution de problème grâce au contrôle de l’activité cognitive.

Cependant, ce domaine de recherche a progressivement perdu l’intérêt des chercheurs au cours des années 90. Cela est probablement dû au fait que les spécialistes ont jusque-là eu du mal à expliquer de manière concrète et compréhensible ce que ce concept impliquant. Par ailleurs, tirer profit du combo métacognition et confiance en soi se complique aussi dans la mesure où il existe peu de documents accessibles relatant sa valeur opératoire.

Selon les spécialistes, il englobe également différents éléments parfois difficiles à apprivoiser. Campione & Brown parlaient notamment de « niveau exécutif ». Pour Sternberg, ce sera « métacomposantes ». Tandis de Anderson a choisi le terme « mémoire de travail ». Néanmoins, la mise en pratique a réellement le potentiel de favoriser le processus d’apprentissage. Les recherches ont surtout démontré qu’elle peut augmenter les capacités des élèves à s’adapter aux nouveaux contextes et tâches. Et ce, en acquérant un niveau de conscience supérieur.

Métacognition et confiance en soi : quelle relation ?

connaissances métacognitives

Le principal intérêt de la métacognition en matière de confiance en soi réside probablement dans l’importance de ses composants. Elle fait effectivement appel à 3 éléments majeurs lors de sa mise en route.

  • Les connaissances métacognitives recensent premièrement tout ce que vous savez sur un sujet. Si vous devez par exemple monter un meuble, vous faites appel à vos savoirs en matière de bricolage pour ne pas devoir tout recommencer au milieu du travail. Cependant, il convient de rappeler que l’on ne parle pas uniquement des faits prouvés dans ce cas. L’efficacité de l’association métacognition et confiance en soi nécessite également la reconnaissance de l’implication des croyances, des expériences et ses souvenirs lors de ce processus.
  • On retrouve aussi les compétences métacognitives qui se concentrent plus particulièrement à la prise de conscience de l’activité cognitive en elle-même. C’est au cours de cette démarche que vous évaluez la pertinence de vos actions. Faites-vous réellement ce qu’il faut pour monter ce meuble ? Pareillement, c’est ici que vous apprenez à identifier les éventuelles erreurs. Cela vous incitera à ajuster ou à modifier votre plan d’action si nécessaire. L’observation fait aussi partie intégrante de l’exercice pour tirer profit de la combinaison métacognition et confiance en soi.
  • Enfin, on a les expériences métacognitives. Celles-ci s’activent soit par le déclenchement conscient des connaissances métacognitives, soit par la régulation volontaire de l’activité cognitive. Elles se rapportent ainsi à la fois aux connaissances et aux expériences. Dans ce cas encore, tout se déroule de manière consciente, ce qui permet de travailler autour de l’objectif présenté. Vous devriez sûrement aussi vous pencher sur vos émotions et vos motivations lors de ce processus.

Tout cela pour dire qu’il s’agit d’une notion exhaustive qui considère la personne dans son entièreté. D’où l’intérêt du concept métacognition et confiance en soi d’ailleurs.

S’agit-il d’un sujet relativement récent ?

L’étude de la métacognition remonte, comme l’on a pu s’apercevoir, aux années 80. Cependant, les recherches sur le sujet se concentraient principalement sur son efficacité dans le cadre de l’apprentissage scolaire. Les travaux s’adressaient alors essentiellement aux professionnels de l’enseignement. Ces derniers pouvaient ainsi favoriser l’autorégulation des élèves, ce qui était censé augmenter leur confiance en eux-mêmes.

D’ailleurs, la maîtrise de cette approche contribuerait à l’encouragement de ces jeunes apprenants dans la poursuite de leurs buts dans la salle de classe. Et tout cela, grâce à l’exploitation de la relation entre métacognition et confiance en soi. Ce qui signifie qu’ils étaient aussi beaucoup susceptibles d’améliorer leurs performances. Une boucle vertueuse prend ensuite place.

En ce qui concerne la confiance en soi, les recherches sur le sujet datent d’aussi loin que la première apparition de la psychologie sociale. Le premier à avoir présenté l’importance de l’étude et le développement de la confiance en soi est toutefois William James (1890). Il aborde ce concept dans un ouvrage intitulé « The principles of Psychology ». On recense également quelques études relatives à la psychologie cognitive et clinique qui se focalise sur l’intérêt de renforcer cet aspect de votre caractère.

Métacognition et confiance en soi prennent ainsi tout leur intérêt. En réalité, lorsque vos croyances sont contraires à vos actions, les actions ne risquent pas de produire un résultat positif. Si vous êtes par exemple persuadé de ne pas être capable de monter le meuble, vous n’allez même pas essayer de vous y mettre. Au mieux, l’effort s’avère moindre et la réussite a moins de chance de se présenter. C’est d’ailleurs pour cette raison aussi qu’il est essentiel de croire en soi dans ce que l’on fait.

Pourquoi est-ce important d’en prendre conscience ?

On peut s’attendre à ce que les recherches sur le combo métacognition et confiance en soi se démultiplient dans les années qui suivent. Pour cause, on a déjà assisté à l’approfondissement de la confiance en soi grâce aux neurosciences cognitives et computationnelles. Il ne serait donc pas étonnant si de nouvelles théories naissent. Cependant, il s’avère difficile d’ignorer le fait qu’il s’agit d’un concept particulièrement complexe. Cela ne veut pourtant pas dire qu’il ne présente pas d’avantages. Bien au contraire, maitriser le processus d’autorégulation vous permettra certainement de décupler vos performances dans la vie quotidienne.

Cela vous apprendra en réalité à aiguiser vos compétences concernant la métacognition et confiance en soi. Cela inclut principalement :

  • La planification de l’activité cognitive,
  • Le suivi de celle-ci,
  • L’exploitation des stratégies d’apprentissage,
  • La résolution de problèmes.

Aussi, vous vous familiariserez avec les stratégies qui ont pour objectif de développer vos compétences. Au fil du temps, il deviendra naturel pour vous de réguler la cognition et le comportement. Vous parviendrez pareillement à exploiter les connaissances mises à votre disposition. Tout cela participera à l’amélioration globale de votre fonctionnement personnel. De plus, vous serez capable de comprendre et de maitriser vos émotions. Ce qui est essentiel pour tirer profit de l’association métacognition et confiance en soi.

D’ailleurs, cela vous sera probablement utile dans votre objectif d’amélioration continue. Lorsque vous prenez conscience de vos pensées et quand vous parvenez à les réguler pour qu’elles soient à votre avantage, vous avez plus de facilité à créer des situations qui jouent en votre faveur. Cela signifie que vous vous adapterez plus aisément… Peu importe l’environnement dans lequel vous vous trouvez. Cela joue également un rôle important dans l’optimisation de vos capacités de mémorisation. Pour cause, vous apprenez, vous vous souvenez, mais vous traitez surtout l’information de la bonne manière.

Comment tirer profit de la combinaison « métacognition et confiance en soi » ?

La métacognition bénéficie surtout aux élèves qui souhaitent développer leur plein potentiel. Toutefois, vous pouvez tout aussi bien vous en servir pour vivre une vie plus saine et épanouie émotionnellement parlant. Mais comment l’utiliser plus concrètement ? Tout simplement en apprenant à nourrir l’optimisme. En réalité, de plus en plus d’entre nous se laissent aujourd’hui submerger par les croyances limitantes et les pensées négatives. Cela accentue encore plus l’anxiété et le stress. Ce qui nuit à la confiance en soi. Et il est bien connu que celle-ci prend racine dans la tête.

Alors, comment allier métacognition et confiance en soi ? En vous concentrant sur la situation et sur vos connaissances. Prenons un exemple pour faciliter l’explication. Vous avez échoué à un entretien d’embauche. Les pensées axées sur la métacognition vous amèneront tout d’abord à différencier la situation de votre identité. C’est-à-dire que cet échec ne vous définit pas en tant qu’être humain. En aucun cas il n’est la preuve de votre « nullité irrémédiable ». Il veut juste dire qu’il vous manque quelque chose. À vous de le découvrir !

La question à se poser est donc : « Que s’est-il passé ? » Comment exploiter l’association métacognition et confiance en soi ? À partir de ce constat, décidez juste d’apprendre de vos erreurs. Vous seriez également en mesure de dépasser les obstacles qui sont sur votre route. Pour que ce processus soit pleinement efficace, vous devez également accueillir sans jugement les émotions désagréables qui peuvent s’ensuivre. Après tout, un échec n’est jamais réjouissant. Accepter ce que vous ressentez vous permettra ainsi de vous encourager à faire mieux. Cela implique également de surmonter la peur de l’échec. C’est le seul moyen pour vous de vous ouvrir à la nouveauté, l’innovation, la créativité et l’inconnu.

Métacognition et confiance en soi : est-ce un processus volontaire ou un réflexe ?

activité cognitive

La métacognition est à la fois un acte volontaire et un réflexe. Elle a effectivement un aspect intrinsèquement conscient dans la mesure où vous décidez en toute connaissance de cause d’exploiter et d’utiliser les ressources qui sont à votre disposition. Les connaissances acquises jusqu’à maintenant vous permettront alors de décupler les chances de réussite. Et ce, qu’il s’agisse de la réalisation d’une tâche en particulier ou de la résolution de problèmes. Cette méthode peut d’ailleurs venir en appui à d’autres pratiques ancestrales.

On peut notamment démontrer le lien entre métacognition et confiance en soi en se basant sur les travaux de Gilles Thibert (2001). Il a démontré le lien entre méditation et métacognition. Et comme nous le savons déjà, méditation et confiance en soi forment un duo particulièrement intéressant. Quoi qu’il en soit, le fait même que vous accordez votre attention volontairement aux processus cognitifs nous permet de dire que c’est un acte volontaire. C’est même la base de cette technique.

Cependant, certaines études ont aussi démontré que ce processus s’active parfois de manière automatique. Notamment lorsque vous faites face à un contexte spécifique. Cela signifie que l’engagement de l’attention dans le domaine de métacognition et confiance en soi peut aussi être exogène. Dans ce cas, les pensées cognitives prennent place plus rapidement. Toutes les étapes se déroulent presque immédiatement. Néanmoins, votre capacité et vos performances sont ici plus limitées.

Que retenir ?

La métacognition, expliquée sommairement, décrit une faculté cognitive qui vous encourage à réfléchir sur vos pensées. Cela vous permet de prendre conscience de votre activité cognitive et vos processus mentaux. Les avantages de cette démarche sont d’ailleurs très nombreux. Si elle est généralement appliquée dans le cadre de l’enseignement et de l’apprentissage, on peut aussi établir un lien entre métacognition et confiance en soi.

En effet, la confiance en soi est nourrie par les pensées positives. En soignant votre discours interne, vous pourriez ainsi renforcer votre conviction que vous êtes capable de faire mieux… De faire plus. De là, une boucle vertueuse prendra place. Et vous aurez beaucoup plus de chance d’atteindre vos objectifs… Quels qu’ils soient.

Et voilà tout ce qu’il y a à savoir sur ce sujet. Si l’article vous a plu, cliquez sur le bouton de partage. Et si vous voulez ajouter d’autres informations, n’hésitez pas à laisser un commentaire.

Partager cet article !

Redécouvrez le Pouvoir de votre Inconscient !

La Visualisation Amplifiée est une nouvelle approche dans laquelle des professionnels de l’hypnose s’associent à des ingénieurs du son et à des musiciens pour repousser les limites de la visualisation traditionnelle.

Testez par vous-même :

Visualisation Amplifiée : Redécouvrez le pouvoir de votre esprit !

C’est gratuit, et vous pourrez vous désinscrire à tout moment.

Cet article vous a plu ? C’est le moment d’aller plus loin :

Redécouvrez le Pouvoir de votre Esprit grâce à la

Visualisation Amplifiée

auto hypnose

Vous vous intéressez à l’hypnose ou à la visualisation ?

Découvrez la puissance de la Visualisation Amplifiée, une nouvelle approche dans laquelle des professionnels de l’hypnose s’associent à des ingénieurs du son et à des musiciens pour repousser les limites de la visualisation traditionnelle.

Nous avons créé une expérience immersive en ligne 100% offerte pour permettre à un maximum de personne de ressentir concrètement les bénéfices de cette nouvelle approche.

C’est gratuit, et vous pourrez vous désinscrire à tout moment.

A propos de l’auteur

Après avoir obtenu mon Master en Sciences à l’Université de Nantes en 2009, je travaille pendant 4 ans en tant qu’ingénieur d’études auprès des plus grands noms français de l’aérospatiale, du nucléaire et du militaire. En février 2012, alors que je ne trouve plus aucun sens dans mon métier, je crée Penser et Agir. C’est ainsi que je renoue avec mes passions : la psychologie, le développement personnel et l’entrepreneuriat. J’adapte à la psychologie et au développement personnel la logique et la structure des raisonnements que j’ai acquis en tant qu’ingénieur d’études pour créer ma propre approche : Le développement personnel par l’Action. Aujourd'hui, Penser et Agir, c'est plus de 100 000 visiteurs par mois, plus de 150 000 abonnés à la newsletter et plus de 3 000 personnes qui m'ont déjà fait confiance en suivant mes programmes en ligne. Pour en savoir plus : Qui est Mathieu Vénisse ?

Commentaires

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Redécouvrez le Pouvoir de votre Esprit !

La Visualisation Amplifiée est une nouvelle approche dans laquelle des professionnels de l’hypnose s’associent à des ingénieurs du son et à des musiciens pour repousser les limites de la visualisation traditionnelle.

Parce qu’un seul choix peut tout changer…

OFFERT : Redécouvrez le Pouvoir de votre Esprit grâce à la Visualisation Amplifiée :