Comment booster son cerveau : l’outil le plus complexe de l’univers !

Cet article vous explique comment booster votre cerveau, il est écrit par David Barbion du blog Je contrôle mon cerveau.

Votre cerveau est probablement la structure la plus complexe de l’univers connu. Cent milliards de neurones forment la matière grise de celui-ci avec dix et quarante mille connexions entre chaque neurones. Tandis que vous lisez ces mots, des centaines de millions de neurones sont en train d’échanger entre vos deux oreilles des éléments d’informations sous forme de messagers chimiques et de signaux électriques.

Les 5 longueurs d’ondes de votre cerveau

Votre cerveau est un véritable générateur d’électricité. La simple tension électrique que vous générez en vous adonnant à la lecture de cet article peut d’ailleurs être mesurée par un appareil qui s’appelle un électro-encéphalogramme (EEG). Il mesure en Hertz les différentes fréquences de votre activité électrique cérébrale (entre 0 et 50 Hertz).

Il y a dans votre cerveau cinq types de fréquences d’ondes : les ondes Bêta, Alpha, Thêta, Delta et Oméga.

Nous n’étudierons pas ici les ondes Oméga car ce sont des ondes très spécifiques que l’on a pu repérer uniquement chez les grands pratiquants de méditation (type moines bouddhistes…) mais qui sont inaccessibles à la plupart d’entre nous, cela ne concerne donc pas la majorité des lecteurs de cet article.

Ces fréquences d’ondes cérébrales correspondent à l’activité de votre cerveau et les longueurs d’ondes mesurées sont plus ou moins rapides en fonction de l’état mental dans lequel vous vous trouvez. En clair, plus vous êtes stressé(e), plus les ondes sont rapides et plus vous allez vers le sommeil, plus elles sont lentes.

Le monde extérieur… avec les ondes bêta

Ce sont les ondes les plus rapides, celles de l’état de veille quotidien, lorsque votre esprit est orienté vers l’extérieur. Votre cerveau enregistre un maximum de données du monde extérieur par vos cinq sens, traite les informations et les analyse.

Alors que vous lisez ces mots, vous pouvez voir aussi l’écran dans son ensemble et ce qu’il y a autour, vous ressentez en même temps la température de l’air sur votre visage, le contact de vos pieds là où ils sont posés et vous enregistrez également tous les bruits de votre environnement. C’est l’état de veille normal quotidien.
Cet état est cependant différent en fonction que vous vous sentez détendu(e), concentré(e) ou stressé(e) par exemple. Ce qui implique trois différents sous-types d’ondes Bêta qui sont :

Les ondes Bêta de haute fréquence (de 22 à 50 Hertz)

Ce sont les ondes du stress quand vous êtes en « mode survie » et que tout ce qui compte c’est de gérer l’urgence ! (exemple : Aïe! Je suis en retard à mon rdv!!)

Les ondes Bêta de moyenne fréquence (de 16 à 22 Hertz)

Votre attention est focalisée sur quelque chose, comme lorsque vous êtes concentré(e) sur un travail ou un apprentissage (exemple : j’apprends l’anglais).

Les ondes Bêta de basse fréquence (entre 13 et 15 Hertz)

Elles correspondent à un niveau d’attention intéressée et détendue, comme lorsque vous faites une activité plaisante (exemple : je regarde mon émission préférée à la télé).

Vers le monde intérieur… avec les ondes alpha

Dès que vous fermez les yeux, vous vous coupez instantanément de la plus grande partie des informations qui arrivent de votre environnement extérieur par le visuel, ce qui vous permet de vous orienter naturellement vers votre monde intérieur. Comme moins d’informations parviennent à la conscience, vos ondes cérébrales vont automatiquement ralentir. C’est un état d’apaisement et de relaxation légère. L’extérieur devient moins présent et le rythme des pensées s’apaise un peu, au profit d’un rythme intérieur.

Vos ondes cérébrales ralentissent progressivement et elles passent assez rapidement à des cycles plus calmes (de 8 à 13 Hertz). La conscience est toujours présente mais vous rentrez peu à peu dans ce que l’on appelle l’état méditatif où le corps se détend et le mental peut faire une pause.

Sans forcément fermer les yeux, c’est ce qui se passe lorsque vous êtes « ailleurs ». Cet état de décalage léger de la conscience, que l’on expérimente en moyenne deux heures par jour, sert en fait à intégrer les informations que vous avez enregistrées de l’extérieur. Votre inconscient décide à un moment donné qu’il est temps pour vous de vous retirer en vous-même pour consolider à l’intérieur les informations enregistrées à l’extérieur grâce à des images mentales.

De plus en plus profond… avec les ondes thêta

C’est le domaine de l’inconscient (de 4 et 8 Hertz) et un état de relaxation profonde. Entre la veille et le sommeil, le corps dort déjà tandis que cerveau bascule progressivement dans l’inconscient, comme lorsqu’on s’endort. L’esprit critique est moins présent et au-delà d’un certain seuil, s’absente complètement. Il n’y a alors plus vraiment de pensées rationnelles, c’est l’imaginaire qui prend le dessus.

C’est l’état mental que l’on recherche notamment en hypnose profonde car l’esprit critique est moins présent et les suggestions peuvent alors être enregistrées plus facilement. Le changement peut ainsi s’installer plus rapidement sans être entravé par les résistances du conscient.

Enfant, c’est l’état d’esprit dans lequel on est la plupart du temps entre deux et six ans. L’imaginaire est maitre à bord et si vous dites à un enfant de quatre ans qu’il est un oiseau, il va alors passer son après-midi à battre des ailes et à faire cuicui ! C’est aussi un âge fragile car l’esprit critique n’est pas encore présent et l’information rentre sans filtre. Dites à un enfant que c’est mal de demander de l’argent et il sera incapable de négocier une augmentation à son patron trente ans après…

A l’âge adulte, c’est l’état dans lequel on se trouve au moins deux fois par jour, lors du réveil et de l’endormissement (état hypnagogique et hypnopompique) quand on est encore endormi mais en même temps en train de se réveiller. On est déjà conscient du monde extérieur mais en même temps, il serait très facile de repartir dans le sommeil…

Jusqu’au sommeil profond… avec les ondes delta

C’est un état totalement inconscient, l’état naturel du sommeil profond (ondes cérébrales entre 0,5 et 4 Hertz). Le corps et la conscience dorment tandis que l’inconscient rêve. On digère les émotions de la journée et le corps se répare.

Le poison de votre cerveau

Le stress est le mal de notre époque. La complexité de nos vies et la multitude d’informations qui nous assaillent en permanence de toute part crée inévitablement ce poison pour notre esprit. Les ondes cérébrales s’emballent et notre cerveau à tendance à fonctionner de plus en plus en fréquence haute, dans les ondes Bêta les plus rapides (entre 22 et 50 hertz).

Le mental en mode de survie permanent s’échauffe, générant toujours plus de production d’hormones de stress tels que le cortisol, l’adrénaline et la noradrénaline et le corps prend dans ses ressources qui s’épuisent au fur et à mesure avec des conséquences connues (fatigue, irritabilité, incapacité à vivre le moment présent, pathologies de stress, problèmes de sommeil, maladies psychosomatiques, burn out…).

Vous fatiguez physiquement et mentalement et devenez de moins en moins performant.

Vous vivez dans le Futur

Quand vous êtes stressé(e), votre mental semble bloqué dans une course effrénée vers le futur, comme je l’évoque dans la vidéo Comment gérer votre stress au quotidien.

Votre esprit se demande ce qui va être écrit à la fin de cette ligne, ce que vous allez faire juste après la lecture de cet article, ce qu’il va se passer dans une heure, dans un jour, dans un an… L’activité des ondes cérébrales est totalement désynchronisée et l’état du mental peut alors se comparer à un bureau sans dessus dessous. L’esprit est désorganisé et il ne peut pas bien travailler dans ces conditions. Rien de bon ne se fait à ce moment-là.

A l’inverse, quand les ondes du cerveau ralentissent, on observe qu’elles ont alors tendance à se synchroniser. Le mental s’apaise et le cerveau peut alors fonctionner beaucoup plus sereinement et efficacement. Comme lorsqu’on travaille sur un bureau bien rangé.

Devenez le Cowboy

Heureusement votre cerveau stressé – qui fonctionne en ondes cérébrales Bêta rapides et désynchronisées – peut se rééduquer!

Il est tel un cheval sauvage. Le mental a tendance à partir dans toutes les directions de manière aléatoire, comme le cheval qui hennit, cabre et donne des coups de sabots. Tel le cheval, votre mental a une grande puissance qui pourrait être mise au profit de vos performances mais, comme ce cheval, il ne veut pas se faire dompter.

En vous forçant, par un exercice mental, à orienter votre attention du monde extérieur vers le monde intérieur, vous permettez à vos ondes cérébrales de ralentir et de descendre en ondes Alpha et éventuellement Thêta, sans aller plus loin dans le sommeil, et ainsi vous apprenez votre mental à s’apaiser et se resynchroniser. Vous devenez le cowboy qui, petit à petit, va calmer le cheval sauvage et l’éduquer pour en faire un compagnon fidèle et précieux.

L’hygiène du cerveau

Ce rééquilibre entre le monde extérieur (que nous percevons quand notre cerveau fonctionne en ondes cérébrales Bêta) et notre monde intérieur (lorsque nous sommes en ondes Alpha, Thêta ou Delta) peut se retrouver par une pratique méditative quelle qu’elle soit. Que ce soit simplement en marchant les pieds dans l’herbe, en focalisant son esprit sur un point, une pensée, un son ou une sensation, que ce soit de la méditation zazen, transcendantale ou pleine conscience, l’important est de pratiquer régulièrement.

Comme il est important de se laver tous les jours pour ne pas sentir mauvais et de se brosser les dents pour éviter d’avoir des caries et une haleine de chacal, La méditation est l’hygiène du cerveau. Elle va lui permettre de se déparasiter de toutes les pensées polluantes, inutiles et désagréables. Toutes ces informations et pensées qui viennent de l’extérieur (de l’environnement, des autres…) mais aussi de l’intérieur (dialogue intérieur négatif) créent de la confusion mentale.

En pratiquant régulièrement une technique de méditation, vous permettez à vos ondes cérébrales de ralentir régulièrement et au mental de s’apaiser. l’esprit n’est plus focalisé sur les limites du corps physique, l’environnement extérieur agressif et le temps qui passe trop vite mais plutôt sur des sensations intérieures de connexion, de complétude et d’équilibre.

Le cerveau peut alors travailler plus efficacement. Un recul s’établit entre l’urgence aveugle du mode survie de l’état de stress et une perspective plus large sur ce qui est vraiment important pour nous. Vous reprenez progressivement le contrôle sur votre cerveau et sur votre vie.

Pour bien débuter

Vous pouvez avoir tout lu sur les techniques de méditation mais si vous ne pratiquez pas, ça ne vaut rien. La connaissance, c’est bien. La compétence, c’est mieux.
Quelque soit la technique que vous choisissez d’utiliser, le plus important c’est la régularité de votre pratique. Un peu comme en sport, mieux vaut pratiquer un peu régulièrement.

Donc commencer petit. Donnez-vous un objectif de méditer cinq minutes par jour par exemple puis lorsque cette nouvelle habitude sera intégrée dans votre emploi du temps et que vous en aurez ressenti les effets bénéfiques, passer à dix minutes. Puis dix minutes matin et soir (en début et fin de journée), jusqu’à vingt minutes matin et soir.

Progressivement, vous allez prendre du plaisir à cette nouvelle habitude d’hygiène mentale et elle va bientôt vous semblez aussi indispensable que de vous brosser les dents. Celui ou celle qui n’a pas pu se brosser les dents un jour sait de quoi je parle!

Une technique simple

Installez-vous confortablement dans un endroit où vous êtes assis(e) le dos bien droit.
Assurez-vous de ne pas être dérangé(e) pendant cinq minutes (vous vous isolez, le téléphone est éteint, aucune sollicitation extérieures n’est possible).
Utilisez juste votre portable pour régler la fonction “minuteur” sur le temps que vous souhaitez pour cette méditation.
Fermez vos yeux et portez votre attention simplement sur votre respiration.
Comptez mentalement chaque cycle respiratoire (un cycle = un inspire et un expire) et essayant de compter le plus loin possible sans perdre le fil.
Le but est de rester fixé(e) sur le compte des respirations en évitant de partir dans les pensées.

Votre mental qui est comme un cheval sauvage va essayer par tous les moyens de vous détourner du décompte des respirations. Essayez de maintenir le cap, ce n’est pas simple. Chaque fois que vous perdez le fil et que vous avez un doute sur le nombre de respirations que vous comptiez, c’est que votre mental vous a embarqué dans des pensées. Le cheval sauvage s’est échappé de l’enclos… Ramenez avec bienveillance votre attention sur la respiration et reprenez le compte au début. Comme le cowboy qui éduque patiemment le cheval sauvage pour en faire un cheval bien dressé.

Comptez sur votre cerveau pour améliorer vos performances

Ce n’est pas un exercice facile car la méditation, ce n’est pas de la détente! Le corps se relâche, certes, mais l’esprit s’aiguise et se dépollue.
Persévérez et vous sentirez rapidement les bénéfices dans votre vie quotidienne.

Quand le mental s’apaise et se resynchronise, le dialogue intérieur négatif diminue, la confusion de l’esprit disparait au profit d’une énergie physique et mentale de meilleure qualité.
Stressé ne veut pas dire dynamique et quand le stress diminue, l’efficience augmente dans le travail et la vie en général.

Votre cerveau est l’outil le plus complexe de l’univers mais aussi le plus intime et le plus performant qu’il soit. Alors peut-être est-il temps d’en prendre soin vraiment soin ?

Merci d’avoir lu cet article jusqu’au bout.
En complément de cet article, si vous souhaitez découvrir comment mieux utiliser votre cerveau pour améliorer votre vie, vous pouvez aller visiter mon blog Je contrôle mon cerveau.

0
LES PERSONNES QUI ONT LU CET ARTICLE VOUS RECOMMANDENT CEUX-LA :

Ajouter un commentaire


CommentLuv badge