Se laisser aller de temps à autre : un impératif pour vivre heureux


Souvent, une entrevue d’emploi, un rendez-vous à l’aveugle ou toute autre situation qui suscite l’anxiété laisse la plupart d’entre nous à cran. Nous ruminons sur les mille et une façons dont cela pourrait mal se produire, provoquant ainsi un état de stress chronique. Il en est de même pour un évènement passé. Le sentiment de culpabilité pour telle ou telle raison nous envahit longtemps. De plus, il y a quelque chose dans la nature humaine qui nous pousse à nous concentrer davantage sur les aspects globalement négatifs du quotidien. Sans ce penchant, il serait pourtant probablement beaucoup plus facile de voir chaque nouvelle journée avec émerveillement, plutôt qu’avec un si grand sérieux. D’autant plus que se laisser aller par moment peut s’avérer primordial pour vivre sa vie pleinement.

Se laisser aller : en quoi cela est-il si important ?

« C’est par la souffrance que l’on grandit le plus ». Cela ne paraît peut-être pas si évident que ça. Cependant, cette citation du pianiste et compositeur québécois André Mathieu est particulièrement intéressante. Pourquoi ? Le développement personnel — sous toutes ses formes — est douloureux. Si vous voulez optimiser votre force physique, vous devez supporter des entraînements rigoureux. Si vous voulez grandir mentalement, vous devez vous efforcer de toujours apprendre. Et si vous voulez grandir émotionnellement, vous devez faire un travail sur vous-même.

Néanmoins, nous nous perdons souvent dans cette mission de toujours « vouloir grandir », coûte que coûte. Nous sommes si occupés à atteindre cet objectif que nous oublions qu’il est également indispensable de se laisser aller, de lâcher prise, de prendre un répit et de simplement vivre sa vie. En effet, se sentir constamment pressé, débordé se révèle épuisant à la longue. Pareillement, ce sentiment nous rend cyniques, antipathiques et irritables. Cela constitue une charge pesante, quoiqu’inutile, que nous traînons chaque jour. De ce fait, se débarrasser de ce détail superflu nous libère et nous permet de vivre une existence plus paisible. Aussi, le passé est le passé — nourrir votre sentiment de culpabilité ne vous servira à rien. Il en est de même pour l’avenir — l’anxiété anticipatoire n’est certainement pas indispensable.

Une confiance en soi à toute épreuve : la première clé pour se laisser aller

« Il faut avoir confiance en soi et, autant que possible, sans vanité. » Comme il s’agit d’un ingrédient essentiel dans l’épanouissement de soi, il serait probablement judicieux de veiller à ce qu’elle soit toujours au meilleur de ses formes. Pour ce faire, il suffit d’un petit changement de perspective — se laisser aller de temps en temps et vivre sa vie comme elle vient. Au lieu de vous concentrer sur ce qui pourrait ou a pu mal tourner, focalisez votre attention sur les points positifs. Vos forces peuvent vous aider dans presque toutes les situations si vous les identifiez et les exploitez. Il en est de même pour vos faiblesses si vous savez comment arrêter de culpabiliser et apprendre de vos erreurs. S’il vous est difficile de reconnaître vos qualités, le fait de penser à vos précédents aboutissements peut très bien vous aider.

Réfléchissez à toutes ces choses positives que vous avez à offrir au monde. Si vous avez du mal à dresser une telle liste, essayez de prendre du recul et de réfléchir à la façon dont vos proches vous décriraient. Vous pouvez pareillement le faire en imaginant des moments de votre vie où vous avez réussi. Comment avez-vous eu du succès dans cette situation ? Quelles sont les qualités qui vous ont aidé ? Se concentrer sur ces forces peut vous être utile pour vous sentir plus confiant et moins tendu. C’est également ce qui a permis à tant de personnes de prendre leur courage à deux mains, de ne pas se préoccuper continuellement de ce qui est hors de leur contrôle et de ce fait, de se laisser aller quand il le faut.

Maintenant, que faire pour se laisser aller ?

La pierre angulaire d’une vie épanouie réside dans le fait d’être capable de se laisser aller. Cela ne consiste pas à prendre une respiration profonde, à répéter des affirmations ou à frapper des oreillers. Certes, ces activités peuvent vous donner un sentiment de soulagement temporaire. Néanmoins, elles ne changent pas votre état d’esprit à long terme. Si vous voulez que ce sentiment perdure, libérez votre âme d’enfant. L’expression « enfant intérieur » est rejetée et on se moque beaucoup d’elle à cause de son utilisation insipide dans la psychologie pop.

Cependant, être tendu est le résultat de l’ego et de la peur qui se mettent en travers de l’expression naturelle de votre âme. Si vous voulez expérimenter des changements permanents, vous devez le laisser s’exprimer. En effet, les enfants sont généralement signe de liberté. Ils sont bêtes, adorent jouer, se réjouissent facilement des plus petites merveilles et n’ont pas du mal à se laisser aller et à lâcher prise. Ils oublient vite et savent très bien comment arrêter de culpabiliser quand ce n’est plus nécessaire. Le bonheur naturel d’un enfant n’est pas une folie, c’est l’innocence et la pureté. Les enfants ne naissent pas fâchés, tristes ou blasés — ce sont des mécanismes d’adaptation qu’ils apprennent des adultes qui les entourent. C’est encore moins un signe de maturité ; c’est une attitude défensive.

Alors, comment y arriver ?

Pour ce faire, rien de plus simple ! Laissez votre âme vous diriger, plutôt que votre ego. Elle est infiniment intelligente, mais aussi infiniment heureuse. Vous pouvez y parvenir en recréant ce que vous adoriez faire quand vous étiez petit. Peut-être aimiez-vous grimper aux arbres, jouer au trampoline, câliner des ours en peluche ou manger du potage de lait et de gruau chaud. Prenez le temps d’inclure dans votre vie actuelle toute activité que vous chérissiez autrefois. Un petit plaisir au quotidien qui le rendra plus gai…

Il est important que vous preniez l’habitude de ce « temps de jeu » et que vous exploriez toute gêne ou sottise que vous ressentez à son égard. Débarrassez-vous ensuite de tout sentiment de culpabilité et apprenez à lâcher prise. Il est tout à fait normal de se sentir un peu idiot au début, mais il est important de garder l’esprit ouvert pour pouvoir se laisser aller. Un voyage intérieur peut s’avérer extrêmement efficace dans ce cas. Mais surtout, arrêtez d’exagérer tout et n’importe quoi. Avez-vous fait une erreur ? Et alors ? Excusez-vous sincèrement et ne le répétez tout simplement plus. Vous êtes-vous trompé lors de cette présentation au bureau ? Ne laissez pas la rumination mentale vous envahir, focalisez-vous plutôt sur comment faire mieux la prochaine fois. Le bonheur réside dans le fait de savoir comment arrêter de culpabiliser.

0

About the Author:

Ingénieur de formation, Mathieu Vénisse décide, en février 2012, de changer de vie. Il crée Penser-et-Agir.fr, le site sur lequel il développe son approche innovante du développement personnel baptisée "Le développement personnel par l'Action".Aujourd'hui, Penser et Agir est reconnu comme étant le blog leader sur la thématique du changement de vie avec plus de 400 000 visiteurs par mois, plus de 60 000 abonnés à la newsletter et plus de 3 000 personnes qui ont déjà fait confiance à Mathieu et suivi ses formations en ligne.Vous souhaitez aller plus loin ? Découvrez le livre, les formations vidéo en ligne et les séances audio d'auto-hypnose amplifiée« Parce qu'un seul choix peut tout changer... » - Mathieu Vénisse

Add a Comment