Risques psychosociaux : Véritable danger pour travailleurs et entreprise


Très souvent confondus avec le stress au travail, les risques psychosociaux peuvent être dangereux pour le salarié et l’entreprise elle-même. Des études récentes démontrent que l’environnement du travail peut agir sur la santé mentale des travailleurs tout en ayant un impact sur la performance et la productivité de l’entreprise. Pour ce fait, beaucoup d’entreprises se conforment désormais aux dispositions légales relatives aux RPS pour améliorer les conditions de travail et préserver la santé mentale de leurs salariés. Alors quels sont les différents facteurs de risques ? Est-il possible de prévenir les risques en question ? C’est ce que je vous propose de découvrir dans cet article.

Que veut dire « risques psychosociaux » ?

Ils peuvent être définis comme l’ensemble des risques susceptibles de porter atteinte à la santé mentale et à l’intégrité physique des salariés dans leur environnement professionnel. Il s’agit des préjudices psychiques et/ou physiques que peut subir un travailleur dans l’exercice de ses fonctions. Ces dommages découlent de différents facteurs liés à la situation de travail. Cette définition permet de faire la différenciation entre deux notions essentielles :

  • le risque qui est la prévision plus ou moins de l’apparition d’un danger appréhendé. Il s’agit ici des atteintes à la santé mentale et physique ou dysfonctionnements sociaux.
  • les facteurs de risque sont les éléments liés au travail. Ils constituent la source du risque ou les éléments qui l’augmentent.

Les risques psychosociaux peuvent se manifester sous diverses formes. On distingue le stress, les violences, le syndrome d’épuisement professionnel ou burn-out, le harcèlement… Ils sont à la base de plusieurs maux plus ou moins graves. Ce sont les troubles de sommeil, dépression, troubles musculo-squelettiques, maladies psychosomatiques, etc.

RPS : les différents facteurs de risques

La complexité des troubles psychosociaux se trouve dans le fait que de multiples facteurs en sont à la base. Pour faire simple, je vais vous présenter les six axes principaux élaborés par le Collège d’expertise mandaté par le ministère du Travail pour réaliser des indicateurs de suivi des risques psychosociaux.

Les exigences du travail 

Le stress au travail provient des situations qui intensifient et compliquent la réalisation des tâches professionnelles demandées. C’est le cas lorsque vous recevez une quantité de travail qui dépasse votre charge normale (surcharge de travail). Il peut également s’agir de la pression temporelle c’est-à-dire que vous disposez de très peu de temps pour exécuter une tâche. D’un autre côté, il se peut que l’on vous confie un travail complexe dont les objectifs n’ont pas été clairement définis. Par ailleurs, devoir travailler, en étant souvent interrompu, ou subir de nombreuses contraintes de rythme peut agir sur votre concentration mentale et votre santé.

Les exigences émotionnelles 

C’est un facteur de risques psychosociaux qui regroupe plusieurs aspects. Il s’agit pour le salarié de gérer et de maîtriser ses émotions pendant l’exercice de ses fonctions. Certains métiers sont particulièrement pénibles émotionnellement : s’occuper des malades, intervenir auprès des blessés, etc. D’autres par contre vous exposent constamment à la peur : peur d’être agressé par exemple. Se maîtriser émotionnellement au travail, c’est aussi masquer ses ressentis devant les clients pour les rassurer.

Le manque d’autonomie et de marge de manœuvre 

Vous disposez très peu de liberté pour gérer votre travail comme il se doit. Il y a constamment un supérieur sur votre dos qui décide de tout. Le manque d’autonomie est un facteur qui favorise les risques psychosociaux, car il est générateur de stress au travail. Vous ne pouvez même pas interrompre pendant un moment le travail quand vous le voulez.

D’autre part, le défaut de marge de manœuvre dans l’exécution du travail est source de frustration. C’est également le cas lorsqu’il s’agit d’ exécuter des tâches monotones et répétitives qui peuvent conduire au burn-out. Ce n’est pas aussi bien pour la santé mentale de travailler avec des objectifs non clairement définis, impossibles à changer.

En plus, ne pas pouvoir donner son point de vue en tant que salarié sur l’organisation et les conditions de travail est un facteur possible. Par ailleurs, les troubles psychosociaux peuvent découler du fait que vous n’avez pas la possibilité d’employer et de développer toutes vos compétences.

Les rapports sociaux et relations de travail 

Les risques psychosociaux peuvent trouver leur origine dans le manque de solidarité entre collègues. La socialisation au travail est un facteur très important qui peut agir sur la santé mentale selon le cas. Un salarié qui n’a pas le soutien de ces collègues ou de sa hiérarchie peut perdre le sens du travail d’équipe. La violence au travail, l’absence de bienveillance ou une situation de harcèlement peuvent impacter sérieusement le bien-être et la santé mentale au travail.

Les conflits de valeur

La santé mentale d’un travailleur peut être affectée s’il est contraint de travailler d’une façon qui heurte sa conscience professionnelle ou ses principes personnels. Les risques psychosociaux peuvent donc naitre de certaines situations de « conflits éthiques ». Le conflit de valeur, c’est aussi le fait de ne pas disposer des moyens pour effectuer un travail de qualité pour des raisons de productivité.

L’insécurité de l’emploi et du travail 

L’insécurité de l’emploi constitue un facteur de RPS, car elle réduit le sentiment de maîtrise de la situation ainsi que l’estime de soi. La peur de perdre son emploi, de changer de poste ou de devoir travailler jusqu’à la retraite sont autant de facteurs de risques. Certains salariés sont soumis aux troubles psychosociaux lorsqu’ils sont confrontés à des changements qui demandent de s’adapter (réorganisation, déménagement, délocalisation, changement de poste, modifications des procédures de travail…).

Risques psychosociaux : quelles sont les conséquences

Deux types de conséquences sont à distinguer lorsque le travailleur est soumis à l’un ou l’autre de ces facteurs. Nous avons d’une part l’impact sur la santé du salarié. Ce sont les préjudices physiques et mentaux qui se traduisent par un mal-être, une souffrance au travail, des conduites addictives, etc. On distingue les : troubles musculo-squelettiques, maladies cardiovasculaires, troubles de santé mentale (épisode dépressif, troubles anxieux, état de stress post-traumatique, tendances suicidaires)… L’impact touche également l’entreprise d’autre part à travers une :

  • hausse de l’absentéisme ;
  • manque de discipline ;
  • réduction de la performance ;
  • dégradation du climat social ; etc.

Comment prévient-on les RPS ?

Le véritable souci avec les risques psychosociaux, c’est qu’il est difficile d’en stopper les conséquences, une fois que les éléments déclencheurs se manifestent. Les employeurs se retrouvent souvent face au mur et ne savent pas comment réagir. L’autre souci est le caractère subjectif des différents facteurs. En effet, une situation qui constitue un stress pour un salarié ne l’est pas toujours pour un autre. Il est important de mettre en place une stratégie de prévention centrée sur l’individu et les éventuelles sources de risques pour améliorer les conditions de travail ainsi que la qualité de production de l’entreprise, peu importe sa taille. Justement, la loi demande aux employeurs de gérer les risques psychosociaux au même titre que les autres risques pour la santé et la sécurité au travail.

Avez-vous aimé cet article, n’hésitez pas à le partager sur vos réseaux sociaux préférés. Alors que savez-vous des troubles psychosociaux ? Avez-vous déjà été confronté aux facteurs de risques ? Il serait intéressant de partager vos avis avec nous dans la partie réservée au commentaire.

0

About the Author:

Ingénieur de formation, Mathieu Vénisse décide, en février 2012, de changer de vie. Il crée Penser-et-Agir.fr, le site sur lequel il développe son approche innovante du développement personnel baptisée "Le développement personnel par l'Action".Aujourd'hui, Penser et Agir est reconnu comme étant le blog leader sur la thématique du changement de vie avec plus de 400 000 visiteurs par mois, plus de 60 000 abonnés à la newsletter et plus de 3 000 personnes qui ont déjà fait confiance à Mathieu et suivi ses formations en ligne.Vous souhaitez aller plus loin ? Découvrez le livre, les formations vidéo en ligne et les séances audio d'auto-hypnose amplifiée« Parce qu'un seul choix peut tout changer... » - Mathieu Vénisse

Add a Comment