Auto-sabotage : quand votre pire ennemi est vous-même


En tant qu’être humain, il est tout à fait normal de s’attendre à ce que nous recherchions toujours — presque par nature — activement notre propre bonheur. En particulier lorsqu’il s’agit de la quête de satisfaction personnelle ; que ce soit dans nos relations avec les autres ou dans notre vie professionnelle. Et pourtant, de nombreuses personnes agissent comme si elles veulent délibérément ruiner leurs chances d’atteindre ce « but ultime » en ayant recours à l’auto-sabotage. Il est peu de dire que ce comportement est quelquefois étrange et contradictoire.

C’est notamment le cas quand vous obtenez un entretien d’embauche au sein d’une grande entreprise ; celle où vous avez toujours voulu travailler. Vous pouvez soudainement vous trouver des excuses pour ne pas y aller. Ou encore, lorsque vous avez rencontré quelqu’un que vous aimez tant, mais vous laissez les accusations injustifiées ainsi que les explosions de colère régner dans votre couple. Comme si vous étiez en quelque sorte prêt à provoquer le triste jour où, épuisé et frustré, votre partenaire serait contraint de s’éloigner. C’est ce que l’on entend par « auto-sabotage ».

L’auto-sabotage : pourquoi est-ce si fréquent ?

Se mettre en travers de votre propre chemin, se tirer une balle dans le pied, agir contre votre propre intérêt… Quel que soit le terme que vous employez, l’ensemble de ces comportements autodestructeurs font référence à l’auto-sabotage. Vous pensez à faire passer votre relation au niveau supérieur ? C’est le moment idéal pour vous disputer sur la façon dont le papier toilette doit être accroché. Besoin d’un régime ? Vous ne parviendrez pas à perdre tous ces kilos en trop de toute façon alors pourquoi faire des efforts ? Au lieu de ranger cette pile de linge dans votre chambre, vous vous dites « Si je n’ai pas le temps de finir, il vaut mieux ne pas commencer ». Dans les situations où vous pouvez choisir d’être heureux, vous inventez une quelconque raison pour justifier votre malheur.

Bref, il existe mille et une façons de s’auto-saboter. Les plus courantes, cependant, incluent :

De telles actions sont particulièrement insidieuses parce qu’elles sont relativement petites — une seule dispute, un seul voyage au frigo, un seul verre de vin. Sur le moment, elles peuvent même sembler utiles. La vérité toutefois est comme une rivière qui érode les rochers, l’auto-sabotage crée avec le temps un Grand Canyon d’autodestruction dont il est difficile de sortir. Un cercle vicieux qui ne vous permet pas d’améliorer votre manque d’estime de soi.

Mais alors, pourquoi continuons-nous ainsi ?

Lorsque nous nous approchons de la chose que nous désirons si fort, il n’est pas rare de se sentir mal à l’aise. Et pour cause, cette situation ne nous est pas familière, et le fait est que l’être humain a toujours soif de familiarité. Résultat : quand elle n’est pas présente, le besoin de contrôle se fait sentir. Les psychologues appellent cela la dissonance cognitive. Dans ces moments-là, nous commençons à nous dire que l’échec auto-induit est meilleur que l’échec réel. Par ailleurs, l’auto-sabotage émane d’un manque d’estime de soi la plupart du temps.

En effet, il se produit lorsque le subconscient essaie de vous protéger, de prévenir la douleur et de gérer une peur profonde. La logique (le côté de vous qui dit que vous devez manger sainement et économiser de l’argent) est en désaccord avec le subconscient (celui qui crève d’envie de manger du chocolat et de faire des achats en ligne). Ce dernier est votre « anti-soi », cette voix intérieure critique qui semble vous freiner dans votre élan.

À cet égard, les pensées négatives vous envahissent pour la simple raison que vous-même vous ne croyez pas en votre capacité à réussir. Il va sans dire que cela vous éloigne de ce que vous désirez le plus dans la vie. Mais le résultat de l’auto-sabotage est que vous hésitez à sauter le pas au lieu de saisir votre chance. En fin de compte, vous savez que vous manquez une opportunité en or, mais vous n’arrivez pas à comprendre pourquoi.

Alors, comment se défaire à jamais de l’auto-sabotage ?

Pour mettre fin à l’auto-sabotage, vous devez d’abord prendre conscience de vos propres comportements. Pour ce faire, pensez à des objectifs que vous avez depuis longtemps, mais que vous n’avez jamais atteints. Y a-t-il des domaines particuliers dans lesquels vous remettez toujours à plus tard une décision ? Souffrez-vous d’un manque de motivation, même pour des choses importantes ?

De même, réfléchissez à une chose à laquelle vous échouez souvent, sans raison évidente. Y a-t-il une activité ou une tâche qui vous harcèle et vous cause de l’insatisfaction parce que vous savez que vous pourriez la faire, ou la faire mieux ? Il peut être douloureux de se poser ce genre de questions, mais c’est important. Ainsi, soyez attentif aux situations problématiques afin de mieux comprendre ce qui se passe.

Identifiez ensuite leur cause. S’agit-il d’une blessure ou d’un échec passé ou souffrez-vous du syndrome de l’imposteur ? Ou peut-être avez-vous peur de l’abandon ? Ou est-ce tout simplement le résultat de votre manque d’estime de soi ? Les origines de l’auto-sabotage peuvent être aussi diverses que nombreuses. En distinguant la cause exacte, vous pouvez faire un travail là-dessus.

Changez ensuite votre attitude pour vous débarrasser de l’auto-sabotage

Lorsque vous prenez conscience des émotions, comportements et pensées négatives qui déclenchent l’auto-sabotage, vous pouvez commencer à les remettre en question. Et si vous pouvez changer l’un de ces trois aspects, les deux autres changeront aussi plus facilement. Pareillement, modifiez vos hypothèses et adoptez une perspective plus positive de la vie. Puis, reliez ce nouveau discours à ce que vous pouvez et voulez accomplir. Lorsque vos compétences, vos croyances et votre attitude sont alignées, vous pouvez créer les états mentaux, émotionnels et physiques nécessaires pour faire tout ce que vous voulez.

En outre, lorsque vous aurez identifié et commencé à vaincre les fausses raisons de vos comportements d’auto-sabotage, vous pourrez certainement commencer à reconstruire votre estime de soi. Pour ce faire, considérez les questions suivantes :

    • Que pouvez-vous vous dire qui soit positif ou encourageant sur cette situation ?
    • Quelles sont les options qui s’offrent à vous ?
    • Pouvez-vous prendre confiance en vous en fixant et en atteignant des ambitions plus modestes, sur la voie de la réalisation d’objectifs plus importants ?

Utilisez ensuite vos réponses pour trouver un message qui vous inspire à aller de l’avant. Par exemple, « Même si je ne termine pas ce projet à temps, je sais que j’ai les ressources et les compétences nécessaires pour m’en sortir. » « Lorsque je commencerai à m’attaquer à cette mission, je sais que je vais me libérer d’une grande partie du stress et de l’anxiété que j’ai accumulés en tergiversant ».

0

About the Author:

Ingénieur de formation, Mathieu Vénisse décide, en février 2012, de changer de vie. Il crée Penser-et-Agir.fr, le site sur lequel il développe son approche innovante du développement personnel baptisée "Le développement personnel par l'Action".Aujourd'hui, Penser et Agir est reconnu comme étant le blog leader sur la thématique du changement de vie avec plus de 400 000 visiteurs par mois, plus de 60 000 abonnés à la newsletter et plus de 3 000 personnes qui ont déjà fait confiance à Mathieu et suivi ses formations en ligne.Vous souhaitez aller plus loin ? Découvrez le livre, les formations vidéo en ligne et les séances audio d'auto-hypnose amplifiée« Parce qu'un seul choix peut tout changer... » - Mathieu Vénisse

Add a Comment