4 mesures pratiques pour vaincre la peur de l’échec et avancer

Comment vaincre la peur de l’échec ? Tout le monde ou presque ne le voit pas d’un bon œil, et c’est logique. Qui aimerait échouer dans ses entreprises ?

Parfois, l’échec peut même vous inhiber complètement, vous empêcher d’avancer et d’atteindre vos objectifs. Pourtant, échouer est tout à fait normal pour ceux qui souhaitent atteindre le sommet.

Voici 4 mesures pratiques pour vaincre la peur de l’échec et révolutionner votre existence.

La peur d’échouer est un frein à votre réussite personnelle

Si vous avez peur de l’échec, il y a beaucoup de choses que vous vous empêcherez de faire. Certaines femmes par peur de l’échec refusent de reconnaître et de s’engager auprès d’un éventuel partenaire.

D’autres ratent ou refusent d’exceptionnelles occasions professionnelles. La peur de l’échec n’épargne pas les jeunes élèves et les étudiants, qui finissent vraiment par échouer parce qu’ils ne parviennent pas à donner le meilleur d’eux-mêmes. Il est donc essentiel d’apprendre à vaincre cette peur paralysante.

Mais comment ?

Si vous suivez Penser et Agir depuis quelques temps, vous savez déjà que la peur de l’échec n’existe pas… Si vous n’avez jamais lu cet article, je vous invite à le lire en introduction à celui-ci.

Vaincre la peur de l’échec en pensant différemment

« L’esprit est tout. Vous devenez ce que vous pensez. » — Bouddha

La peur de l’échec naît à l’intérieur de vous. Puis, ce sentiment occupe vos pensées au point de vous convaincre que vous ne valez rien et échouerez toujours. Pour vous en sortir, il est donc  essentiel de réfléchir différemment, de porter un autre regard sur votre situation.

Le petit guide pratique de la confiance en soi : l'e-book gratuit

C'EST VOTRE PREMIÈRE VISITE ?

Téléchargez gratuitement mon Nouveau Livre "Le Petit Guide Pratique de la Confiance en Soi".
Soyez vous-même en toutes circonstances :
arrêtez de faire semblant !

Vous devez notamment vous convaincre que vous pouvez réussir ; que l’échec n’est pas votre seul modus operandi.

Mais comment y parvenir concrètement ? Eh bien, pourquoi ne pas appliquer ces différentes suggestions :

  • Avant d’entreprendre un projet, répétez intérieurement ou en chuchotant l’expression « Je peux le faire ! ». Cela peut vous sembler puéril mais à force, vous vous convaincrez de votre capacité à affronter la difficulté.
  • N’écoutez plus ceux qui vous découragent et démoralisent. Il peut s’agir de collègues, d’amis ou de parents. S’ils ont le don pour vous décourager, ne les mettez plus au courant de vos projets ; ou ne le faites que bien plus tard, lorsque les résultats de votre projet sont disponibles.
  • Lisez les histoires de personnes qui ont réussi dans la vie, alors que tout était contre elles. Les biographies d’Einstein ; d’Henri Ford ; de Michael Jordan ou d’autres personnes que vous connaissez peut-être peuvent être particulièrement inspirantes, et contribuent à réduire la peur de l’échec. Dans un autre article je vous expliquait notamment l’importance d’avoir des mentors pour vous inspirer.

Vaincre la peur de l’échec en prenant du plaisir dans votre entreprise

« Celui qui apprécie la vie n’est jamais un échec. »— William Feather

L’un des moyens les plus efficaces pour vaincre la peur de l’échec consiste à faire les choses par plaisir. Dans le plaisir, on ne ressent pas la pression de l’échec, puisqu’on fait d’abord les choses pour s’amuser.

Prenez un exemple : vous voudriez devenir un athlète professionnel, mais à cause de la concurrence, vous pensez ne pas pouvoir y arriver. Eh bien, n’importe quel coach professionnel vous recommandera d’abord de trouver du plaisir à vous entraîner. Et plus vous serez affûté, moins vous craindrez d’aller plus loin.

Par conséquent, apprenez à prendre du plaisir dans le cadre de vos activités quotidiennes et professionnelles. Si votre travail vous horripile ou vous semble trop stressant, cherchez le moyen de le rendre plus ludique, plus plaisant. Vous aurez moins peur d’atteindre les objectifs qui vous sont fixés.

Même les plus jeunes s’en sortent mieux quand ils envisagent les choses sous cet angle. Je connais de jeunes étudiants qui craignaient de ne pas pouvoir décrocher leurs diplômes. Qu’est-ce qui les a aidés ? Le plaisir de découvrir de nouvelles choses. Beaucoup de ceux qui se concentraient avant tout sur la joie qu’ils ressentaient à étudier retenaient mieux leurs leçons et obtenaient de meilleures notes.

Vaincre la peur de l’échec : Simplifiez, simplifiez et simplifiez

« Il n’est nulle grandeur là où manque la simplicité » Léon Tolstoï

Qui niera que les choses compliquées font peur ?

C’est bien là que réside cette peur de l’échec qui peut complètement vous inhiber. Vous avez parfois la conviction que les choses sont particulièrement complexes, et vous pensez que vos efforts n’aboutiront pas. Le secret pour s’en sortir consiste à simplifier les choses au maximum. Plus facile à dire qu’à faire, dites-vous ?

Eh bien non, pas vraiment. Supposons que votre patron vous confie une tâche qui vous semble trop lourde, et que vous hésitiez à accepter par peur de l’échec. Pourquoi ne pas réfléchir à une solution viable par étapes ? Demandez-vous avant tout ce qu’il faut faire dans l’immédiat, puis dans un deuxième temps, et enfin dans un troisième temps. En séquençant votre réflexion, la tâche devient immédiatement moins compliquée, n’est-ce pas ? Et vous avez sans doute moins de crainte à affronter la difficulté.

Pour faire cela vous pouvez utiliser la méthode des divisions successives détaillées dans cet vidéo.

Le même principe s’applique aux difficultés et aux peurs quotidiennes. Si vous avez peur d’agir, simplifiez la tâche, répartissez chaque action et concentrez-vous sur l’une d’entre elles sans réfléchir à autre chose. Lorsque c’est fait, passez à autre chose. Vous aurez nécessairement moins peur en vous concentrant sur une seule chose simple à la fois.

Faites de l’échec votre force pour vaincre la peur de l’échec

« Nous gagnons en force, courage et confiance dans toutes les expériences où nous regardons la peur en face » — Eleanor Roosevelt

Voilà la dernière astuce pour vaincre la peur de l’échec : servez-vous en.

Mais comment ? Pour commencer, acceptez ce qu’affirme Eleanor Roosevelt dans la citation ci-dessus. Elle revient à dire que dans les faits, vous ne pouvez vaincre la peur de l’échec…qu’en affrontant le problème en question.

Rappelez-vous que personne au monde ne réussit indéfiniment. Un jour ou l’autre, on échoue et cet échec permet de gagner en expérience. En retour, l’échec  vous rend plus fort et plus apte à affronter le prochain problème. Donc, même si vous avez peur, lancez-vous. Et s’il y a échec, faites un bilan. Notez ce que l’expérience vous a appris, et écrivez vos résolutions pour la prochaine fois.

Il y a fort à parier que le prochain défi de la même nature ne vous posera pas autant de problèmes…Oui, l’échec peut bel et bien être une force facile à apprivoiser.

Une petite vidéo pour vaincre vos échecs passés

En complément de cet article, je vous propose de regarder cette vidéo que j’avais réalisée à Nantes :

À vous de jouer !

Et vous, comment faites-vous face à la peur de l’échec ? Faites-nous part de vos impressions, et proposez cet article sur les réseaux sociaux s’il vous a plu.

8

À propos de l'auteur:

Ingénieur de formation, Mathieu Vénisse décide, en février 2012, de changer de vie. Il crée Penser-et-Agir.fr, le site sur lequel il développe son approche innovante du développement personnel baptisée "Le développement personnel par l'Action". Aujourd'hui, Penser et Agir est reconnu comme étant le blog leader sur la thématique du développement personnel avec plus de 200 000 visiteurs par mois, plus de 50 000 abonnés à la newsletter et plus de 2 000 personnes qui ont déjà fait confiance à Mathieu et suivi ses formations en ligne. Convaincu qu'un seul choix peut tout changer, il accompagne ses clients à réaliser leurs rêves et à concrétiser leurs projets de vie quels qu'ils soient. Vous souhaitez aller plus loin ? Découvrez les formations en ligne ainsi que les séances audio d'auto-hypnose

Les personnes qui ont lu cet article vous recommandent ceux-là :

Commentaires

  1. Taha  septembre 6, 2016

    Merci pour cette article très utile pour diminuer les effets de la peur de l’echec !

    J’aime ton conseil sur le fait de se focaliser sur le plaisir dans ce que l’on fait.
    Ceux qui sont passionnés et qui aiment ce qu’ils font ont plus de chances de réussir à mon avis !
    Personnellement, je réduis au maximum la difficulté de mes tâches quotidiennes comme tu le dis.
    Je préfère être régulier et n’avancer que 5 minutes de mon projet, plutôt que de ne rien faire.

    En plus de cela, j’écris mes réussites et mes fiertés à la fin de la journée pour me motiver.
    De cette manière, on peut fêter ses réussites et se focaliser sur ce que l’on a fait, plutôt que ce que l’on redoute.

    répondre
    • Mathieu  septembre 21, 2016

      Bonjour Taha,

      Je partage la même idée que toi sur l’action continue.
      Il faut en faire tous les jours même si ce n’est que 5 minutes et que ça parait « inutile ».

      Pour aller plus loin, cela permet aussi de configurer ce que les chercheurs en neurosciences appellent le « système réticulé activateur » :)

      À bientôt,
      Mathieu.

  2. Virginie  septembre 17, 2016

    Bonjour Mathieu,
    Merci beaucoup pour cet article!
    Il arrive à point nommé dans ma vie! Du coup, il m’a donné envie d’aller jeter un coup d’œil sur mes objectifs et je me suis rendue compte que le chemin était aussi important que le but dans ma démarche.
    Ca m’a reboostée! La peur a pris un K.O. dans les dents!
    Merci!
    A bientôt de vous lire.
    Virginie.

    répondre
    • Mathieu  septembre 21, 2016

      Ravi de t’avoir reboosté Virginie :-) !

      Allez hop maintenant il faut passer à l’action et avancer sur tes objectifs !

      À bientôt,
      Mathieu.

  3. Sarah  janvier 26, 2017

    Bonjour Mathieu,
    J’ai parcouru quelques uns de vos articles et j’avoue que ça motive beaucoup. Mais moi j’ai un soucis particulier. Je suis en classe de terminale et depuis ma seconde mes rendements scolaires frôlent l’excellence  » loin de me jeter des fleurs » et c’est un peu ça mon soucis. Avant j’étais loin d’être l’élève modèle et depuis que mes résultats se sont améliorés mes parents attendent un peu trop de moi. Je suis heureuse de voir qu’ils ont confiance en moi mais depuis que j’ai réalisé que le BAC est a quelques mois j’ai une grande peur. Limite je suis terrifiée et j’en pleur les nuits. J’ai peur d’echouer et de decevoir mes parents, j’ai peur de redevenir comme avant et vu que j’ai repris ma 4eme je me dis qu’il est possible de reprendre ma terminale. Même quand revise j’ai peur, j’ai constamment peur et je sais que ce état d’esprit peut me déstabiliser le jour de l’examen. Je sais pas quoi faire. J’ai trop misé sur ce exam, reprendre me fera descendre au plus bas. J’ai besoin d’aide. Merci

    répondre
  4. Hugo  avril 11, 2017

    Très bon article.

    répondre
    • Mathieu  novembre 14, 2018

      Bonjour,

      Merci pour ton commentaire
      Ravi que cet article te plaise

      A très vite sur Penser et Agir

      Mathieu

Ajouter un commentaire


Téléchargez gratuitement "Le Petit Guide Pratique de la Confiance en Soi"