Développement personnel

Stress prénatal : comment gérer le stress durant la grossesse ?

La grossesse constitue une expérience très particulière dans la vie d’une femme. Elle peut être excitante, fascinante et frustrante à la fois. Mais une chose est sure, il n’y a rien de tel que de faire naître un bout de votre être quelque soit les circonstances de sa venue. Ou de voir toute simplement le fruit d’un amour que vous vivez depuis quelques temps déjà. Quoi qu’il en soit, être enceinte peut susciter une variété d’émotions qui diffèrent souvent selon la personne. Cependant, cela implique également d’énormes changements auxquels vous devez vous adapter. C’est pour cela que la joie et l’excitation qui y sont généralement associées s’accompagnent de stress prénatal la plupart du temps. Mais qu’entend-on par là exactement ? Et comment faire face à ce problème ? Voici un tout d’horizon sur ce phénomène.

Le stress prénatal en quelques lignes

Tout d’abord, comme son nom l’indique, le stress prénatal se réfère à un ensemble de perturbations non spécifiques que l’organisme d’une future mère connaît face à un ou plusieurs facteurs de stress durant la grossesse. Celles-ci peuvent être dues à des évènements négatifs ponctuels ou par des difficultés environnementales qui entraînent souvent une tension chronique. Il va sans dire que lorsque cette dernière commence à interférer dans le quotidien, c’est généralement le signe qu’elle constitue un réel problème qu’il faut combattre impérativement.

Et pour cause, plusieurs recherches scientifiques suggèrent que le stress prénatal n’affecte pas uniquement le bien-être de la maman, mais peut également avoir un impact néfaste sur la croissance fœtale. Certes, il n’existe aucune connexion neurale directe qui vous relie à votre enfant. Ce qui signifie que vos pensées ne peuvent en aucun cas être transmises au fœtus. Néanmoins, vos émotions provoquent diverses réactions hormonales dans votre corps, et celles-ci affectent grandement votre enfant. Et les effets indésirables persisteraient même après l’accouchement selon quelques études. D’où l’importance d’adopter des techniques efficaces pour la gestion du stress.

Pour la mère, ne pas réussir à lutter contre le stress de manière efficace peut notamment favoriser l’apparition de problèmes de santé comme l’hypertension artérielle et les maladies cardiaques. Votre système immunitaire se retrouve aussi affaibli et vous développerez ainsi une plus grande susceptibilité aux infections. À son tour, cela incitera votre corps à produire plus de cytokines. Ce qui augmentera les risques d’avoir un bébé prématuré ou de faible poids à la naissance. Combiné avec la hausse du taux du CRH (de l’anglais corticotroping-releasing hormone) dans l’organisme, tous les facteurs sont remplis pour stimuler l’apparition de contractions précoces.

Quels sont les potentiels facteurs de stress prénatal ?

Mettre au monde un nouveau-né n’est pas une mince affaire. Après tout, une vie est entre vos mains. C’est probablement pour cette raison que les futures mères ont généralement tendance à s’inquiéter de tout. « Les aliments que je mange sont-ils suffisamment sains pour mon bébé ? Est-ce réellement une bonne idée de faire de l’exercice physique en étant enceinte ? Comment ferais-je pour concilier vie de famille et vie professionnelle après l’accouchement ? » Ce genre de pensées se bousculeront sans doute dans votre tête.

En règle générale, le stress prénatal peut émaner de plusieurs facteurs différents, dont les plus courants sont liés à votre état-même de femme enceinte. Bien évidemment, la grossesse n’est pas une maladie. Cependant, quelques désagréments peuvent être rencontrés. C’est notamment le cas pour :

    • Les gênes physiques (telles que les nausées matinales, la fatigue, les mictions fréquentes, l’enflure des chevilles ainsi que les douleurs lombaires) ;
    • La vulnérabilité émotionnelle causée par les changements hormonaux ;
    • La peur de l’accouchement, de la parentalité et de la santé du bébé.

Il en est de même pour des évènements majeurs qui ont causé de grands changements dans la vie. Comme le décès d’un proche, un divorce ou la perte de votre emploi ou de votre domicile, par exemple. Certaines difficultés persistantes telles que les problèmes financiers, les soucis médicaux, la dépendance ou la dépression sont pareillement susceptibles de vous rendre encore plus à cran. Il se peut aussi que vous n’ayez pas encore fait le deuil d’une précédente fausse couche ou même l’angoisse de vivre une telle expérience pour la première fois. Bref, les facteurs de stress prénatal peuvent être aussi nombreux que divers. Ne vous en faites pas cependant ! Cela est tout à fait normal. Le tout est d’apprendre à lutter contre le stress excessif.

Les diverses techniques utiles pour gérer le stress prénatal

En ce qui concerne la gestion du stress prénatal, la première chose à faire — et la plus importante d’ailleurs — est de prendre soin de vous. Faites de votre bien-être une priorité en toute situation ; que ce soit au niveau physique ou psychologique. Lorsque vous vous sentez à l’aise dans votre peau et heureux, vous serez plus à même de lutter contre le stress. Ce faisant, il est peu probable qu’il ait des effets graves sur vous ou votre bébé. Accordez-vous des petits moments de détente lorsque vous le pouvez. Par exemple, un bain moussant de temps à autre ne vous ferez pas de mal.

Sélectionnez quelques musiques apaisantes si nécessaire pour induire plus facilement la relaxation. Essayez de consacrer quelques instants chaque jour pour vous reposer et mettre de côté tous vos soucis. Trouvez un endroit calme pour profiter de ce moment. Pour certaines, il peut s’agir d’une petite promenade dans le parc d’à côté. Ce qui aura en plus l’avantage de faciliter le travail. Pour d’autres, c’est tout simplement s’asseoir avec un bon libre sur la terrasse. En résumé, tout ce qui fonctionne pour vous habituellement serait parfait.

Pareillement…

Vous pouvez vous initier au yoga prénatal qui présente de nombreuses vertus étonnantes. Cette pratique vous permettra par exemple de vivre votre grossesse sereinement en préparant votre corps à accueillir tous les changements qui se produiront au niveau de votre corps durant les neuf mois à venir. Les exercices de respiration inclus peuvent aussi vous être utiles lors de l’accouchement. De même, la méditation peut constituer une excellente technique pour la gestion du stress prénatal dans la mesure où elle vous permettra de vous recentrer sur l’essentiel.

Enfin, restez en bonne santé et en forme. Privilégiez les aliments sains et équilibrés. Ayez des périodes de repos et un sommeil adéquat. La phytothérapie pourra certainement vous aider dans ce cas. Restez actifs, faites de l’exercice régulièrement (avec l’accord de votre médecin bien sûr). Parlez-en à votre obstétricien si jamais quelque chose vous préoccupe, si vous avez des questions sur la grossesse ou autre.

0

À propos de l'auteur:

Ingénieur de formation, Mathieu Vénisse décide, en février 2012, de changer de vie. Il crée Penser-et-Agir.fr, le site sur lequel il développe son approche innovante du développement personnel baptisée "Le développement personnel par l'Action". Aujourd'hui, Penser et Agir est reconnu comme étant le blog leader sur la thématique du changement de vie avec plus de 400 000 visiteurs par mois, plus de 60 000 abonnés à la newsletter et plus de 3 000 personnes qui ont déjà fait confiance à Mathieu et suivi ses formations en ligne. Vous souhaitez aller plus loin ? Découvrez comment redonner du SENS à votre vie en téléchargeant gratuitement le Kit des Actionneurs - « Parce qu'un seul choix peut tout changer... » - Mathieu Vénisse

Ajouter un commentaire