Développement personnel

Référence externe : la reconnaître et apprendre à réagir

La référence externe est une subdivision du cadre de référence. Ce dernier figure parmi les différents métaprogrammes mis au grand jour par les experts de la PNL. Le cadre de référence joue un rôle prépondérant sur notre manière de prendre des décisions. Une personne peut être en référence interne ou externe. La connaissance de ces métaprogrammes complexes permet de prévoir plus ou moins avec exactitude la réaction d’une personne. Voyons de quoi il retourne et comprenons davantage notre propre manière de percevoir, d’analyser une information et de réagir en contrepartie.

Brève définition du métaprogramme pour mieux comprendre la référence externe

Les métaprogrammes sont des éléments de notre faculté cognitive qui dictent notre manière d’interpréter une information ou un fait. Ils auront également une influence sur notre capacité à réagir. Il s’agit en fait d’outils qui nous aident à mieux nous connaître parce qu’ils nous aident à nous situer dans le monde où nous vivons. Connaître les métaprogrammes revient également à comprendre le sens de notre existence.

Il existe de nombreux métaprogrammes, dont le cadre de référence. Et comme nous l’avons mentionné plus haut, la référence externe est une subdivision de ce dernier. Elle a une influence majeure sur notre manière de décider, dans le sens où il s’agit des critères sur lesquels une personne se base pour interagir.

Comment réagit une personne référencée en externe

Il est avant tout utile de savoir que ce type de personnage se focalise plus sur des éléments extérieurs pour orienter ses décisions. En d’autres mots, l’individu se base sur les avis des autres, sur les messages envoyés par les médias pour réagir face à une situation déterminée. Il en résulte alors un manque de confiance en soi. L’on constate en effet à travers les prises de décisions de ces personnes un manque de constance. Mais en plus, l’individu en référence externe change facilement d’avis et a une fâcheuse tendance à s’effacer. Si la personne en question n’est pas guidée par un facteur extérieur déterminant, elle ne pourra tout simplement pas décider de son propre chef. Ce genre de personnage voit alors son sens de l’initiative s’amenuiser.

Néanmoins, être référencé en externe n’est pas forcément une mauvaise chose. Il s’agit tout simplement de savoir maîtriser son référencement. Savoir le réduire ou le renforcer en temps et en heure sera pour vous un atout majeur dans l’amélioration de vos relations sociales, familiales et professionnelles.

Les avantages d’être une personne en référence externe

En parlant des avantages de ce type de référencement, nous parlerons plutôt des conséquences de l’altération de l’aptitude de ces personnes à trancher. Effectivement, en voulant constamment chercher des informations à l’extérieur avant de décider, les personnes référencées en externe sont plus ouvertes aux autres. Elles développent alors une grande aptitude à s’ouvrir à tous les conseils et à tous les enseignements. S’ajoutent à cela une grande capacité d’adaptation et un besoin d’aller au contact d’autrui. Cependant, ces personnes disposent de bien d’autres arguments. Notamment, cette formidable capacité de facilement accepter le changement. Voilà qui n’est autre que le résultat inconscient de leur incapacité à faire face.

Apprendre sur soi, admettre la référence externe que nous développons et gérer les décisions

En fait, il n’y a pas de bon ou de mauvais cadre de référencement. Vous devez tout simplement prendre conscience de leur influence sur votre comportement et sur vos choix. En agissant ainsi vous faites preuve d’une grande ouverture d’esprit, car vous n’aurez plus peur de choisir une option qui vous est étrangère.

Nous connaître mieux ne peut pas nous être nocif. En effet, pour une vie harmonieuse au sein de notre société, cherchons à en savoir plus sur notre personne. Nous pourrons ainsi mieux adapter notre façon d’être en fonction des conjonctures. Par ailleurs, être une personne référencée en externe ne peut pas être une faiblesse si l’on ne devait considérer que le fait de pouvoir très vite accepter le changement.

Lorsque nous aurons pris conscience de notre cadre de référencement, n’essayez pas de changer du jour au lendemain. Apprenez plutôt à canaliser nos métaprogrammes. Pour ce faire, visualisez le contexte et le lieu dans lequel vous vous trouvez. Analysez ensuite la possibilité de faire les choses différemment. Demandez-vous s’il est réellement nécessaire de consulter l’avis d’une tierce personne lorsque vous vous trouvez dans une situation plus ou moins délicate. Dans le cas où vous jugez qu’il est inutile de chercher des informations extérieures, décidez par vous même. Évidemment, cela s’apprend et requiert un travail personnel pointu et rigoureux. Pour vous aider dans ce sens, l’autohypnose se montre extrêmement efficace.

L’intérêt de connaître la référence externe

Parce que ce cadre de référencement a une influence importante sur notre confiance en soi, il devient vite important de prendre conscience de son existence. Nous aurons alors plus confiance en nous et nous pourrons affûter notre capacité à prendre des décisions. Mais en outre, la connaissance de ce métaprogramme peut vous pousser à vous aventurer en dehors de votre zone de confort sans craindre de subir des représailles. Mis à part tout cela, vous aurez une vision plus approfondie de votre propre personne. Il vous sera alors plus facile de tracer votre chemin et de vous faire une idée précise de la place que vous occupez dans ce monde.

Néanmoins, il ne s’agit pas de tuer votre cadre de référencement pour basculer vers un autre qui vous est complètement inconnu. Comme parleraient les pratiquants de la PNL, tout est question d’équilibre. D’ailleurs, la référence externe n’est pas votre seul métaprogramme, il en existe d’autres à reconnaître. Ces derniers sont aussi complexes que le cadre de référencement.

Et si l’on agissait !

À présent que nous avons eu le temps de réfléchir sur la question, il est temps de réagir. Que nous soyons en référence interne ou externe, faisons le point sur notre personne et sur notre manière d’être afin de mieux apprécier notre entourage. Il s’agit en fait de faire un retour sur soi pour mieux se connaître, accepter le changement et agir en conséquence.

Si vous avez des connaissances relatives au sujet, partagez-les en faisant un commentaire.

0

À propos de l'auteur:

Ingénieur de formation, Mathieu Vénisse décide, en février 2012, de changer de vie. Il crée Penser-et-Agir.fr, le site sur lequel il développe son approche innovante du développement personnel baptisée "Le développement personnel par l'Action". Aujourd'hui, Penser et Agir est reconnu comme étant le blog leader sur la thématique du changement de vie avec plus de 400 000 visiteurs par mois, plus de 60 000 abonnés à la newsletter et plus de 3 000 personnes qui ont déjà fait confiance à Mathieu et suivi ses formations en ligne. Vous souhaitez aller plus loin ? Découvrez comment redonner du SENS à votre vie en téléchargeant gratuitement le Kit des Actionneurs - « Parce qu'un seul choix peut tout changer... » - Mathieu Vénisse

Ajouter un commentaire