le yin et le yang
0
52
0
52

Le yin et le yang : le symbole chinois de la création

Accueil > Spiritualité > Le yin et le yang : le symbole chinois de la création

Le principe du yin et du yang est certainement le concept le plus connu et le plus documenté de la culture chinoise. En termes simples, le yin et le yang font référence à deux moitiés qui complètent l’ensemble — une dualité qui forme un tout. Il s’agit de deux catégories complémentaires utilisées pour étudier et analyser tout ce qui se passe autour de nous. Ils constituent d’ailleurs un point de départ pour tout changement. Et pour cause, lorsqu’une chose est entière, elle est immuable et intégrale. En revanche, quand vous divisez quelque chose en deux, cela crée un déséquilibre de l’exhaustivité. Toutefois, la signification du yin et du yang dépasse cette simple notion. Vous trouverez de plus amples explications ci-après.

Le concept de base définissant le yin et le yang

La mythologie et la cosmologie orientales reposent sur la perception selon laquelle la formation et le maintien de l’univers découlent de deux forces fondamentales appelées « yin et yang ». Bien qu’ils soient distinctifs, ces deux éléments ne sont pas en conflit l’un avec l’autre. Ils interagissent constamment, réalisant un équilibre délicat. Ils œuvrent pour un objectif commun dans la sérénité et l’apaisement. Cet ensemble de notions prône la paix, l’égalité et l’équilibre. Et la nature ainsi que la société dépendent de cette stabilité pour créer une certaine harmonie.

Cette idée de deux forces cosmiques étroitement liées, le yin et le yang, date de 2 000 ans avant Jésus-Christ, voire plus tôt. Elle constitue la base du taoïsme et du confucianisme, deux des principaux courants de la philosophie et de la religion chinoises. De même, les Japonais ont, eux aussi, adopté le même concept, l’appelant cette fois In et Yô.

sérénité et apaisement

Dans la mythologie et la religion

Dans la mythologie chinoise, le principe du yin et du yang est né du chaos lors de la création de l’univers et de tous ses composants. En effet, on pense qu’ils coexistent au centre de la Terre. Au commencement, le yin et le yang se trouvaient en équilibre dans l’œuf cosmique qui a permis la naissance de Pangu (ou P’an ku), le premier être humain. De même, les premiers dieux Fuxi, Nuwa et Shennong sont nés à partir de ces deux forces à la fois opposées et complémentaires. Dans la religion chinoise, les taoïstes favorisent l’énergie yin, tandis que les confucianistes promeuvent le yang, conformément à leurs philosophies respectives. Les taoïstes mettent l’accent sur l’isolation alors que les confucianistes croient en l’importance de l’engagement dans la vie.

En tout cas, la théorie de ces éléments fondamentaux englobe l’ensemble des phénomènes observables. Autrement dit, le yin et le yang embrassent l’interaction des astres et des planètes jusqu’à l’organisation de toutes formes de vie. Ils sont nés à partir de notre perception du monde grâce à nos cinq sens. D’ailleurs, il faut savoir que ce que nous percevons n’est que la surface du monde. Toutefois, nous essayons de définir et de qualifier toutes choses, comme les formes, les objets, les humeurs, les symptômes des maladies… en les comparant.

Par ailleurs, comme indiqué dans le Yi Jing (le livre des changements), la relation en constante évolution entre les deux pôles, c’est-à-dire le yin et le yang, est responsable du flux perpétuel de la vie et de l’univers en général. Lorsqu’une fluctuation majeure survient donc, des catastrophes telles que des inondations, des sécheresses et des épidémies peuvent avoir lieu.

Dans la philosophie

En philosophie, la théorie du yin-yang chinoise conjugue l’unité à la dualité universelle. Selon cette théorie, l’idéal est d’englober l’unité et le multiple. Un texte taoïste du IIe siècle appelé Taiping jing a d’ailleurs qualifié le yang d’Un (Ciel), et le yin de Deux (Terre). Plus tard, un philosophe du XVIIe siècle a repris ce schéma, mais cette fois, le yin et le yang se voyaient qualifier de division et d’unité.

Néanmoins, l’expression de ces deux polarités n’est jamais statique. Elles n’existent qu’en tant que dynamisme. De plus, elles se manifestent par un phénomène d’opposition et doivent nécessairement passer par des périodes de croissance et de décroissance. Par exemple, la lumière et le jour chaleureux d’été succèdent l’obscurité et la nuit glaciale d’hiver. Ici, on associe l’obscurité et la nuit glaciale à le repos, au repli et à la condensation, alors que la lumière et le jour chaleureux traduisent l’expansion, l’activité et les échanges. C’est la raison pour laquelle le yin et le yang créent un perpétuel mouvement.

Ainsi, une opposition existe indéniablement entre ces deux forces. Mais c’est l’alternance des cycles qui donne une impression d’équilibre du yin et du yang. Cependant, cette opposition ne va pas seule, mais s’associe d’une complémentarité. Si le yin croît, le yang décroît, et inversement. De cette manière, ils sont perçus comme étant à force égale.

Dans la médecine chinoise

Dans la médecine, seul le concept yin-yang explique la création de l’univers. Ces deux notions restent indissociables, opposées et complémentaires comme la mythologie, la religion et la philosophie les ont décrites. L’équilibre entre le yin et le yang est le but recherché par la médecine traditionnelle chinoise. En effet, les mouvements de ces deux forces sont harmonieux chez un individu en bonne santé. En revanche, si l’une s’affaiblit, l’autre gagne le dessus et provoque des symptômes qui lui sont propres. Par exemple, un yang affaibli peut se manifester par un teint pâle, une frilosité, etc. (À noter que la pâleur et la froideur sont des signes caractéristiques du yin.)

En outre, la pensée chinoise considère la présence des notions yin-yang dans la nature, mais aussi dans l’anatomie et la physiologie. De ce fait, le yin et le yang ont une importance particulière dans la pratique de la médecine. Plus encore, cette médecine traditionnelle considère les organes et les éléments comme étant source de phénomènes dépassant leur seule fonction reconnue dans notre anatomie et notre pensée traditionnelle.

En réalité, ce concept est vu comme une représentation du monde ayant pour origine les deux forces. Chaque mouvement est régi par le passage du yin au yang ou du yang au yin. Pour la médecine traditionnelle, il est donc tout simplement impossible de parler de pathologie, de diagnostic ou de traitement sans faire référence au yin-yang.

symbole divin

Quelques idées fausses sur le yin et le yang

Ces deux notions sont souvent considérées telles des opposés uniquement. Et pourtant, ce n’est pas tout le concept. Ici, il s’agit plutôt d’une interdépendance. Il est facile de confondre cela surtout lorsque nous essayons de prendre des exemples pour expliquer la signification du yin et du yang. Cependant, les parties d’un même exemple quelconque peuvent encore se sous-classer en yin et en yang.

Plus concrètement, une fleur est un peu yin, surtout si elle est comparée à un tigre. Toutefois, cette plante est bien plus que cela. Mais bien que le yin et le yang peuvent représenter n’importe quel élément, la tige exprimerait le yang (ou serait-ce le yin, compte tenu de sa densité et de sa structure ?) et le pollen collant décrirait le yin. Et ainsi de suite. Vous pouvez le faire avec n’importe quel exemple que vous aimez.

Ils ne représentent pas le mal et le bien

En premier lieu, ce concept ne représente pas un jugement de valeur. En d’autres termes, le yin n’est ni bon ni mauvais. La même chose s’applique au yang. Ce sont de simples descriptions de l’existence, comme lorsque vous décrivez une tasse. Le yin et le yang ne peuvent pas être associés aux qualités ou aux défauts de la tasse. De plus, déterminer si c’est une bonne ou une mauvaise tasse dépend de nombreux facteurs. Quoi qu’il en soit, une tasse sera toujours une tasse.

Un autre exemple concerne les différentes phases du cycle de vie d’une personne. Si nous voyons la jeunesse comme le printemps — le yang, l’âge peut être interprété comme étant le yin ou l’hiver. Dans ce cas, il est donc juste question d’étapes dans un cycle de vie. On n’affirme pas que l’un est supérieur à l’autre. Dans le yin et le yang, il n’est donc pas question de déterminer qui est le meilleur. Si vous prenez en compte la vitalité, être jeune peut être préférable. Mais quand vous parlez de sagesse, vous favoriserez sûrement les personnes plus matures. Sans parler du fait que l’âge est une perception individuelle. De même, lorsque vous n’êtes pas en accord avec les deux, cela peut se traduire par la peur de vieillir.

Ils ne représentent pas deux caractéristiques opposées

On ne peut pas qualifier le yin de nuit et le yang de jour, de même que le yin de froid et le yang de chaud. Le yin et le yang ne peuvent pas non plus représenter comme l’homme ou la femme. Il faut plutôt les concevoir comme le mouvement féminin pour le yin, dans sa capacité de résistance, de calme et de réflexion. Et comme le mouvement masculin pour le yang, dans son aspect impulsif et spontané.

En réalité, ce concept doit être perçu tel un couple formé par deux impulsions solidaires qu’il est plus judicieux de présenter suivant des verbes d’action. Entre autres remplir et vider, alourdir et alléger, accumuler et disperser… Leur signification va au-delà des concepts de ce que les choses sont.

Le yin et le yang, un symbole divin

Le symbole yin-yang — aussi appelé taijitu — est lié à l’ancienne méthode utilisée pour suivre les mouvements de la lune, du soleil et des étoiles tout au long de l’année. Par ailleurs, cette représentation est remplie d’informations. La courbe en S illustre le flux graduel du chi passant d’un état à un autre. Avec le calendrier, elle montre plutôt l’énergie des saisons. Le yang culmine au solstice d’été (le pic du soleil). Les graines de yin commencent immédiatement après et poussent jusqu’au solstice d’hiver où l’énergie du yin est à son apogée. À ce stade, le yin et le yang entament un processus simple : le yin (couleur noire) cède la place au yang (couleur blanche). Par extension, ces deux forces montrent également les cycles du jour et la durée de vie de tous les êtres vivants.

En outre, les taches sombres et claires de chaque côté sont une partie importante du symbole. Elles indiquent que tout se connecte et même dans les moments les plus froids, il y a toujours de la chaleur, ne serait-ce qu’une infime possibilité. Dans l’obscurité de la nuit, il peut encore y avoir de la lumière. Le yin et le yang peuvent servir pour faire face aux obstacles de la vie. Ce concept renforce aussi leur principe selon lequel chaque forme n’a pas d’absolu.

Les caractéristiques du yin et du yang

D’une manière générale, on attribue 4 caractéristiques au symbole du taijitu.

  1. On parle avant tout de complémentarité, car ces deux notions sont indissociables. Il ne peut y avoir de yin sans yang, et l’inverse est aussi valable. Par un exemple simple, si la notion de jour n’existe pas, alors la notion de nuit non plus.
  2. La seconde caractéristique est l’opposition. De fait, le yin et le yang se retrouvent dans toutes les manifestations naturelles, à l’instar du chaud et du froid, du haut et du bas… Par contre, leur opposition ne crée rien de négatif puisqu’elle contribue au juste équilibre.
  3. Par ailleurs, ils ont une croissance/décroissance proportionnelle à leur opposé. Plus précisément, il n’y a pas de changements immédiats, car il faut attendre une phase de croissance du yin pour observer une phase de décroissance du yang, ou bien le contraire. Prenez exemple en observant une journée. Le passage du jour à la nuit ne se fait pas en un instant, le yin et le yang ne se transforment pas sur le moment. Ainsi, l’apparition progressive du jour entraine la disparition progressive de la nuit.
  4. Enfin, il existe une transformation mutuelle entre ces deux forces. En effet, à leur extrême, chacune peut donner naissance à son opposé. Le yin à son extrême peut se transformer en yang, le yang à son extrême peut se transformer en yin. Contrairement à son aspect de croissance/décroissance qui est un changement quantitatif, cette transformation mutuelle est plus un changement qualitatif.
Partager cet article !

A propos de l’auteur

Après avoir obtenu mon Master en Sciences à l’Université de Nantes en 2009, je travaille pendant 4 ans en tant qu’ingénieur d’études auprès des plus grands noms français de l’aérospatiale, du nucléaire et du militaire. En février 2012, alors que je ne trouve plus aucun sens dans mon métier, je crée Penser et Agir. C’est ainsi que je renoue avec mes passions : la psychologie, le développement personnel et l’entrepreneuriat. J’adapte à la psychologie et au développement personnel la logique et la structure des raisonnements que j’ai acquis en tant qu’ingénieur d’études pour créer ma propre approche : Le développement personnel par l’Action. Aujourd'hui, Penser et Agir, c'est plus de 100 000 visiteurs par mois, plus de 150 000 abonnés à la newsletter et plus de 3 000 personnes qui m'ont déjà fait confiance en suivant mes programmes en ligne. Pour en savoir plus : Qui est Mathieu Vénisse ?

Commentaires

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Téléchargez gratuitement le Kit des Actionneurs

15 fiches Action pour redonner du SENS à votre vie

Parce qu'un seul choix peut tout changer...