Anxiété sociale : quand les autres deviennent des ennemis

Que ce soit dans le monde professionnel ou dans la vie quotidienne, nous sommes tous les jours amenés à interagir avec les autres. Prendre la parole en public, commander un café à la cafétéria, demander son chemin à un inconnu ou encore passer un entretien d’embauche en sont des exemples. Autant de situations qui parfois peuvent nous faire ressentir une gêne voire même une petite anxiété. Évidemment, pour la majorité d’entre nous, ce sentiment d’inquiétude et de crainte souvent assimilé au trac ou à la timidité n’a rien de pathologique. En revanche, pour les personnes vivant avec le trouble de l’anxiété sociale (TAS), ces appréhensions deviennent envahissantes et se transforment en une véritable peur panique incontrôlable.

Lisez la suite de cet article pour en apprendre davantage sur cette affection qui touche aujourd’hui 4 à 5 % de la population.

Anxiété sociale, qu’est ce que c’est ?

Le trouble de l’anxiété sociale dénommée également phobie sociale correspond à un trouble mental dans lequel l’individu souffre de symptômes graves d’anxiété et de peur disproportionnellement intenses et invalidantes dans les situations d’interactions simples ou formelles. Et cela, que ce soit devant un groupe ou une seule personne. Par ailleurs, le sujet redoute toutes les situations dans lesquelles il est susceptible d’être :

  • Exposé au regard d’autrui ;
  • Être jugé ;
  • Critiqué ;
  • Humilié ;
  • voire, embarrassé par les personnes qui l’entourent.

Au-delà de la simple timidité, la phobie sociale est donc une pathologie handicapante qui conduit l’individu à l’évitement et interfère de façon radicale avec sa vie sociale. Une situation représente alors pour lui une très grande source de détresse au quotidien.

De fait, la personne atteinte de cette affection se retrouve tout bonnement dans l’incapacité d’effectuer normalement toutes les activités impliquant le contact avec les autres. Ainsi, bien qu’il reconnaisse le caractère excessif ou irraisonné de sa peur, le phobique social tente par tous les moyens d’éviter ces situations. Souvent, il arrive même que la simple idée de devoir agir en présence d’autres personnes (parler au téléphone, demander une simple facture à la caisse…) s’apparente pour lui à une véritable mise en danger.

D’où vient cette tendance à la phobie sociale ?

Au même titre que la peur des gens, la thanatophobie, la blemmophobie ou tout autre trouble mental, l’anxiété sociale n’est pas le fait d’une cause unique, mais la résultante d’une combinaison facteurs. En effet, la personnalité, les expériences et événements de la vie, la psychologie ou encore la génétique peuvent être impliqués dans la genèse du TAS :

La Psychologie

En effet, la plupart des personnes souffrant du TAS présentent des dénominateurs psychologiques communs qui peuvent expliquer cette pathologie :

  • Faible estime de soi ;
  • Manque de confiance en soi ;
  • Standards de réussite élevés ;
  • Sens de l’autocritique grave ;
  • Intolérance face à l’incertitude.

Facteurs génétiques

Une récente étude de l’Université de Bonn publiée dans la revue Psychiatric Genetics révèle que l’anxiété sociale aurait bel et bien une part de génétique. Il serait même inscrit dans l’ADN de certains individus souffrant à l’heure de cette pathologie. En effet, un test clinique mené sur 321 patients a prouvé que les porteurs du gène RGS2 version longue (un gène impliqué dans le transport de la sérotonine) seraient plus enclines à développer des troubles d’anxiété sociale.

Par ailleurs, il a également été révélé que l’anxiété sociale pouvait avoir des origines héréditaires. En effet, si l’on croit les résultats de nombreuses recherches scientifiques, les parents souffrant de cette pathologie seraient plus à même de le transmettre à leurs enfants.

Le petit guide pratique de la confiance en soi : l'e-book gratuit

C'EST VOTRE PREMIÈRE VISITE ?

Téléchargez gratuitement mon Nouveau Livre "Le Petit Guide Pratique de la Confiance en Soi".
Soyez vous-même en toutes circonstances :
arrêtez de faire semblant !

Les expériences et événements de la vie

Outre une éventuelle prédisposition, il a également été prouvé que ce trouble mental peut être lié à certains événements vécus par l’individu comme un traumatisme durant la période de l’enfance et plus particulièrement de l’adolescence. Il s’agit notamment :

  • Abus, intimidation ou taquineries infligés par les camarades de classe à l’école
  • Situations de rejet et d’exclusion sociale persistante ;
  • Conflits ou tensions avec les professeurs ;
  • Manque de soutien ou pression des parents.

La personnalité

Généralement, la phobie sociale touche les personnes aux comportements effacés. En effet, dans la plupart des cas les personnes timides ou à la personnalité faible et plutôt réservée sont souvent susceptibles de devenir socialement anxieuses.

Les manifestations de la phobie sociale

Il est important de comprendre que l’anxiété sociale empêche souvent la personne qui en souffre de vivre normalement sa vie. Il tout simplement impossible pour cette dernière de gérer la plupart des situations considérées pourtant comme « normales ». Tout d’abord, le phobique social a souvent beaucoup de peine à s’ouvrir au monde qui l’entoure et à entretenir des relations amicales, amoureuses que professionnelles.

On remarque d’ailleurs chez ce dernier l’apparition de différents symptômes caractéristiques lorsqu’il est amené à interagir avec les autres :

  • Rougissement
  • Accélération inhabituelle du rythme cardiaque ;
  • Spasmes incontrôlables
  • Tremblements visibles
  • Bouche sèche ;

Il arrive également que le simple contact avec une autre personne et parfois même son entourage puisse déclencher de façon quasi systématique une réaction d’angoisse aiguë qui peut aller jusqu’à une attaque de panique. Différents symptômes particulièrement alarmants peuvent également survenir :

  • Épisodes dépressifs ;
  • Comportement d’évitement ;
  • Anticipation anxieuse ;
  • Rumination ;
  • Idées noires ;
  • Perte de contrôle
  • Comportement agressif

Comment vaincre le Trouble d’anxiété sociale ?

Beaucoup de personnes vivent avec la peur panique de l’interaction avec les autres et pensent à tort que cette situation s’amenuise avec le temps. Or, il faut comprendre que ce trouble mental ne part jamais tout seul. Tout comme les autres formes de phobies, le sujet doit prendre les choses en main pour pouvoir s’en sortir. D’ailleurs, dans ce domaine, différents traitements existent pour aider à vaincre cette pathologie. Exercice de méditation, thérapie comportementale ou encore l’hypnose n’en sont que quelques-uns :

Exercice de méditation

Afin d’apaiser les symptômes de la phobie sociale, il est possible d’avoir recours à un exercice de méditation. Ce dernier peut apprendre à lâcher prise et se recentrer sur soi-même. Pratiquer quotidiennement, elle peut ainsi progressivement offrir une certaine sérénité intérieure. De plus, le sujet peut le faire les séances tout seul sans l’aide d’un spécialiste. Ce qui constitue un avantage non négligeable.

Thérapie comportementale

Parmi les traitements psychothérapeutiques proposés pour le traitement de l’anxiété sociale, les thérapies comportementales donnent de très bons résultats. De fait, les procédés d’exposition qu’elle suggère permet de : 

  • Modifier les fausses croyances construites par le cerveau et les comportements inadaptés
  • Réapprendre au sujet à adopter des pensées et des attitudes plus en adéquation avec la réalité.

Hypnose ericksonienne

En parallèle de la psychothérapie, l’hypnose ericksonienne est également une solution tout à fait accessible pour le phobique social. Elle permet à l’inconscient de mettre en place de nouvelles stratégies et de générer des comportements adaptés. Cela en corrigeant les fausses croyances du cerveau ou les liens à l’origine de ressentis et de comportements antisociaux.

Et vous, avez-vous d’autres conseil pour sortir de l’anxiété sociale ?

0

À propos de l'auteur:

Ingénieur de formation, Mathieu Vénisse décide, en février 2012, de changer de vie. Il crée Penser-et-Agir.fr, le site sur lequel il développe son approche innovante du développement personnel baptisée "Le développement personnel par l'Action". Aujourd'hui, Penser et Agir est reconnu comme étant le blog leader sur la thématique du développement personnel avec plus de 200 000 visiteurs par mois, plus de 50 000 abonnés à la newsletter et plus de 2 000 personnes qui ont déjà fait confiance à Mathieu et suivi ses formations en ligne. Convaincu qu'un seul choix peut tout changer, il accompagne ses clients à réaliser leurs rêves et à concrétiser leurs projets de vie quels qu'ils soient. Vous souhaitez aller plus loin ? Découvrez les formations en ligne ainsi que les séances audio d'auto-hypnose

Les personnes qui ont lu cet article vous recommandent ceux-là :

Ajouter un commentaire


Téléchargez gratuitement "Le Petit Guide Pratique de la Confiance en Soi"