Prendre une décision : comment les 4 astuces de Richard Branson peuvent vous y aider ?

Déménager ou rester dans la même ville ? Accepter ce nouveau job ? Lui demander sa main ? Inscrire Théo dans une nouvelle école ? Telles sont quelques-unes des décisions qu’on est amené à prendre à un moment donné de la vie. Pour certains, prendre une décision relève un peu de l’exploit. Il est pourtant nécessaire de le faire, à condition d’utiliser les bonnes ressources. Cet article propose des techniques et astuces précises pour prendre une décision et s’y tenir.

Pourquoi faut-il prendre des décisions ?

Quel que soit le domaine, prendre des décisions ne peut que mener au succès. La vie est faite de choix, et tous ne sont pas nécessairement bons. Si vous voulez mener à bien vos entreprises et projets, vous devez apprendre à prendre de bonnes décisions. En effet, mieux vaut avoir des remords que des regrets.

C’est plus facile à dire qu’à faire pour certains. De nombreuses personnes ont pris l’habitude de se faire conseiller par d’autres. Quelques autres ont si souvent pris de mauvaises décisions qu’ils ne veulent plus s’y risquer, par peur des conséquences. Enfin, nous préférons souvent faire porter à d’autres la responsabilité de nos décisions. Pour cette raison, on a souvent du mal à prendre des décisions, même quand elles s’imposent d’elles-mêmes.

Quelle que soit la raison qui vous inhiberait, retenez ceci : si vous ne prenez pas une décision, d’autres les prendront à votre place et à votre détriment. Voilà pourquoi vous devez vous rappeler ceci : mieux vaut avoir des remords que des regrets.

Ceci dit, les craintes qui vous empêchent de prendre la bonne décision existent. Il faut apprendre à les surmonter, ou mieux, les anticiper. Les conseils qui suivent en ont aidé plus d’un à maîtriser l’art de prendre une décision. Dans la suite de cet article je vous présente les conseils d’un homme qui prend des décisions difficiles au quotidien : le milliardaire Richard Branson.

Prendre une décision : évitez le trop-plein d’informations

Ce qui complique parfois la tâche, c’est un excès d’informations qui vous plonge dans l’embarras. Prenons un exemple. Vous recherchez du lait pour vos enfants et entrez dans un supermarché. Devant la profusion de marques alignées dans le rayon, vous hésitez, n’est-ce pas ? En fait, s’il n’y avait que 2 ou 3 marques dans le rayon, vous vous décideriez plus rapidement.

Le même phénomène se produit quand on doit prendre une décision difficile. Déménager par exemple. Si vous décidez de partir pour une autre ville, et comptez acquérir une maison, il vaut mieux se limiter à 2 ou 3 offres. Lorsque vous consultez un catalogue de 10 ou 12 maisons disponibles, le choix est plus difficile.

Concentrez-vous donc sur l’essentiel. Ne vous attardez pas sur les détails accessoires. Réduisez le champ des possibles pour choisir plus facilement. Reprenons un exemple pour illustrer : vous visitez une seule maison pour un achat. Comment prendre une bonne décision ? Si vous prêtez trop d’attention aux détails, vous vous appesantirez sur la taille des chambres, l’allure des escaliers, le type de carreaux dans la salle de bains, l’agencement des meubles, etc.

Au moment de prendre n’importe quelle décision, demandez-vous : qu’est-ce qui est essentiel, et qu’est-ce qui est accessoire ? Ensuite, prenez une décision en considérant les facteurs essentiels. Rappelez-vous toujours que dans tous les cas, mieux vaut avoir des remords que des regrets

Faire les bons choix

Vous ne Ferez plus jamais les Mêmes Choix...

C'EST VOTRE PREMIÈRE VISITE ?

Découvrez les 2 Types de Choix Totalement INCONSCIENTS que vous Effectuez au QUOTIDIEN et qui Conditionnent 95% de Votre Vie...

...et comment les CONTRÔLER

Rationalisez avec l’exercice à 3 colonnes

Pour prendre une décision, il est utile de se pencher sur les choix opérés auparavant. S’ils étaient probants et rationnels, ils ont sans doute produit de bons résultats. Pour procéder à cette analyse, prenez une feuille et divisez-la en 3 colonnes. Dans la colonne de gauche, inscrivez la mention « Je dois faire » ; dans la deuxième, écrivez « Je veux faire » et dans la troisième, « Je fais ».

Ensuite, rappelez-vous une décision prise récemment.

Par exemple : vous deviez amener Yvan à son cours de tennis, alors que votre série préférée commencerait sur Netflix. Inscrivez « Yvan tennis » dans la première colonne, puis « série préférée » dans la deuxième. Quel choix avez-vous fait au final ? Inscrivez-le dans la troisième colonne.

Procédez ainsi avec 3, 5 ou 7 décisions, grandes ou petites et comparez. La colonne « Je fais » correspond-elle à la première « Je devrais » ? Si c’est le cas, vous savez prendre des décisions rationnelles. Il y a des chances qu’elles vous conduisent au succès. Dans tous les cas, apprenez à réduire l’écart entre ce que vous devez faire, et ce que vous faites. Plus vous êtes rationnel, plus vous pouvez prendre la meilleure décision le moment venu.

Fiez-vous à votre intuition

En même temps, on ne vous recommandera pas d’être toujours objectif et rationnel. Parfois, il faut faire appel à son intuition pour prendre une décision sensée. L’intuition n’est pas le hasard. Il ne s’agit pas de décider au pif de ce qu’on fera.

Mais il arrive qu’après avoir analysé les choses, une force intérieure, un sentiment induit, nous pousse avec insistance à aller dans une certaine direction. Ne fermez pas les yeux sur cette force intuitive. Il est probable que cette décision soit la meilleure. En effet, des chercheurs en neurosciences ont découvert que l’intuition pouvait être un très bon guide quand on l’a suffisamment travaillé.

Vous devez travailler votre guide intuitif pour vous en servir efficacement. Notre cerveau est exceptionnel, ne le négligez surtout pas.

A présent, considérons les conseils de Sir Richard Branson, 261ème fortune mondiale. Dans son livre éponyme intitulé The Virgin Way : Everything i know about leadership, ce milliardaire propose 4 règles à respecter pour prendre à chaque fois une décision qui causera le moins de dommages possibles. Ces principes confirmeront ceci : il faut prendre une décision sensée, car mieux vaut avoir des remords que des regrets.

Les 4 règles de Richard Branson

Pour prendre la bonne décision, Richard Branson recommande de s’assurer à chaque fois que les 4 principes suivants sont respectés :

  • La décision n’est jamais prise sous le coup de l’émotion

Nos émotions nous empêchent de regarder les choses d’un œil objectif. Les conséquences sur les décisions que nous prenons peuvent être graves. En criminologie par exemple, la colère, la jalousie et la peur constituent les mobiles des crimes les plus courants. C’est bien la preuve que les émotions nous poussent à prendre de mauvaises décisions.

Par conséquent, réfléchissez-y par 2 fois avant de vous décider lorsque vous êtes euphorique ou vexé. Ne prenez pas la décision de quitter votre conjoint parce que vous êtes furieuse. Une fois calmée, vous admettrez peut-être que le problème n’était pas si grave, mais ce sera peut-être trop tard. Chaque fois qu’il faut prendre la bonne décision, attendez d’être calmé, et réfléchissez aux avantages et inconvénients du choix que vous ferez. Vous pourrez ainsi prendre la bonne décision au bon moment.

  • Listez toutes les conséquences possibles avant de vous décider

Beaucoup de décisions s’avèrent être mauvaises parce qu’on pense surtout aux avantages qu’elles procurent. Or, les conséquences qui sont par nature inévitables, peuvent être plus nombreuses. Ou alors, leur impact sera peut-être plus durable. Sir Branson recommande donc d’évaluer tous les risques associés à la décision avant de l’arrêter.

Supposons qu’on vous propose un nouveau poste dans une autre ville. Le plus important ne sera ni le salaire, ni le prestige du poste. Demandez-vous plutôt l’impact de cet emploi sur votre famille, sur vos enfants, sur votre vie de couple, sur vos parents, etc. Devriez-vous acquérir un autre véhicule ? Une nouvelle maison ? Si oui, à quel prix ? En avez-vous les moyens ?

Bref, listez toutes les conséquences et voyez si le jeu en vaut vraiment la chandelle.

  • Evaluez les impacts sur d’autres décisions

Pour Sir Branson, une bonne décision est une décision qui ne met pas en péril d’autres engagements pris précédemment. Surtout quand ils sont eux aussi très importants. Voilà pourquoi il est utile d’avoir une vue d’ensemble de la situation.

Si vous décidez par exemple de mettre Théo dans une nouvelle école, ce n’est envisageable que si vous avez décidé de rester dans la même ville pendant au moins un an. Lorsqu’un déménagement est prévu à court terme, vous devez différer cette décision, au risque de dépenser plus d’argent pour l’éducation de l’enfant. Car alors, les coûts induits seront doublés quand vous quitterez la ville. Appliquez cette démarche à d’autres décisions que vous prenez.

Avant de vous engager, faites un bilan de ce que vous avez déjà décidé de faire. La nouvelle décision à prendre permettra-t-elle de continuer à travailler dessus ? Pourrez-vous poursuivre les 2 décisions de front ? L’une ne souffrira-t-elle pas au détriment de l’autre ? Ce n’est qu’après avoir évalué cet impact que vous déciderez en toute bonne conscience.

  • Anticipez sur les conséquences pour prendre une décision cohérente

Maintenant, il faut agir. Vous avez sans doute compris que la décision à prendre implique une analyse profonde des avantages et des inconvénients prévisibles. Si vous les cernez bien, il est alors possible d’anticiper sur leur impact éventuel. Par exemple, vous avez besoin d’un nouveau véhicule, mais le crédit immobilier subséquent affectera longtemps vos finances.

Pour anticiper sur cette conséquence inévitable, établissez un budget plus réaliste pour votre famille. Prévenez-les et persuadez-les de coopérer en réduisant leurs dépenses, pour que ce projet se fasse. Et ce n’est qu’après avoir posé ces préalables que vous vous déciderez à acquérir cette nouvelle voiture. Si vous ne procédez pas ainsi, vos regrets seront cuisants. Or, comme vous le savez, mieux vaut avoir des remords que des regrets.

Un dernier conseil

Pour prendre la meilleure décision, rappelez-vous de ceci : la vie est une aventure, et chaque expérience nous enrichit. Vous avez donc le droit de vous tromper. Ne faites pas de chaque échec une finalité, n’ayez pas peur de l’échec. Si votre décision n’était pas la bonne, ce n’est pas si grave. La prochaine le sera sans doute. Dans tous les cas, mieux vaut avoir des remords que des regrets.

Maintenant, je vous invite à partager cet article sur vos réseaux sociaux préférés puis à me révéler vos secrets pour prendre les bonnes décisions et vous y tenir… L’espace commentaires à la suite de cet article est là pour ça !

0

À propos de l'auteur:

Ingénieur de formation, Mathieu Vénisse décide, en février 2012, de changer de vie. Il crée Penser-et-Agir.fr, le site sur lequel il développe son approche innovante du développement personnel baptisée "Le développement personnel par l'Action". Aujourd'hui, Penser et Agir est reconnu comme étant le blog leader sur la thématique du développement personnel avec plus de 200 000 visiteurs par mois, plus de 50 000 abonnés à la newsletter et plus de 2 000 personnes qui ont déjà fait confiance à Mathieu et suivi ses formations en ligne. Convaincu qu'un seul choix peut tout changer, il accompagne ses clients à réaliser leurs rêves et à concrétiser leurs projets de vie quels qu'ils soient. Vous souhaitez aller plus loin ? Découvrez les formations en ligne ainsi que les séances audio d'auto-hypnose

Les personnes qui ont lu cet article vous recommandent ceux-là :

Ajouter un commentaire


Et si votre inconscient dirigeait votre vie  depuis toujours ?