Phobie du sang: 3 solutions pour vaincre l’hématophobie


Que faire pour surmonter la phobie du sang ? Cette question m’a été récemment posée par un proche qui voulait avoir des solutions pour conseiller quelqu’un. La personne en question est terrifiée et fait un malaise à la vue du sang qui coule : c’est un hématophobique. Effectivement, près de 40 % de la population mondiale souffre de l’hématophobie. Si vous êtes victime de cette peur, vous évitez probablement les hôpitaux et tout événement en lien direct ou indirect avec le sang. Pourquoi certains s’évanouissent-ils à la vue du sang ? Quelles sont les causes ? Et comment faire pour surmonter cette peur ? Autant de questions auxquelles je vais apporter des réponses dans cet article.

Qu’est-ce que la phobie du sang

La peur du sang est une réaction normale qui peut comprendre aisément. D’après le psychanalyste Serge Vallon, le sang « est signe de vitalité tant qu’il est caché à l’intérieur. Dès lors qu’il sort, devient visible, il est la manifestation d’une vitalité qui nous échappe. Il parle de mort ». En plus de ne pas être forcement agréable à regarder, perdre du sang peut s’avérer dangereux. C’est donc compréhensible qu’en perdre puisse provoquer une certaine angoisse. À partir du moment où cette simple crainte devient une peur terrible, irrationnelle et disproportionnée qui provoque un véritable malaise alors on parle de phobie du sang. D’après l’OMS, ce trouble se retrouve en troisième position au rang des phobies les plus courantes, après celles des animaux et du vide.

Comment réagit un hématophobe ?

Les réactions varient souvent d’une personne à une autre. Mais en général, un hématophobe ne supporte pas de voir son propre sang ou celui d’un autre. Il suffit parfois de quelques gouttes pour déclencher chez lui une crise d’angoisse. Pour d’autres, le malaise peut être provoqué aussi bien à la vue du sang en temps réel ou peut-être à la télévision. Les personnes souffrant de ce trouble développent un comportement d’évitement. Ils n’aiment pas se rendre à l’hôpital notamment pour une prise de sang, pour se faire soigner. Ils évitent même d’accompagner un malade. En plus, ils ont une terrible peur des blessures et des coupures et des seringues et tout autre objet susceptible de blesser ainsi que toutes situations pouvant conduire à la vision du sang.

Phobie du sang : une phobie pas comme les autres

L’hématophobie se manifeste d’une façon assez bien particulière comparativement aux autres phobies. À la vue ou à la pensée du sang, l’organisme de la personne concernée réagit en deux temps. D’abord, la surprise ou la stupeur provoque une augmentation des constances physiologiques : rythme cardiaque, tension et respiration. Cela se manifeste par un état d’emballement, de nervosité ou d’anxiété. Ensuite une seconde réaction vient immédiatement . Celle-ci se caractérise par une chute brutale de la tension, du rythme cardiaque suivi d’une baisse du flux sanguin. Ce sont les premiers symptômes de ce que l’on appelle malaise vagal, avec possibilité de perte de connaissance. La phobie du sang est d’ailleurs la seule peur qui présente un risque régulier d’évanouissement. J’espère maintenant que vous comprenez pourquoi certaines personnes tombent en syncope à la vue du sang.

Causes et conséquences de la peur du sang

D’abord, il est important de noter que dans la majorité des cas, il est difficile de déterminer avec précision la cause exacte de cette peur. Mais quand on fouille bien dans la vie de la victime, il y a peut-être un fait traumatisant dans le passé (accident, blessure, mort…). On peut cependant trouver un lien entre la phobie du sang et la peur de mourir ou de se vider de tout son sang.

De plus, avoir peur du sang est un véritable problème qui peut avoir de lourdes conséquences sur la vie de l’individu. C’est d’autant plus dangereux dans la mesure où cela amène la personne à refuser les soins médicaux. Cela peut également l’empêcher d’aider quelqu’un qui est blessé par exemple. Heureusement, il est possible pour toute personne qui a ce trouble de la faire totalement disparaitre de sa vie.

3 solutions pour surmonter la phobie du sang

Pour traiter l’hématophobie, il est recommandé de voir un psychologue ou un psychanalyste pour suivre une thérapie. Cependant, il est possible de recourir à d’autres pratiques alternatives comme les techniques de la gestion émotionnelle ou encore apprendre l’autohypnose.

Suivre une thérapie comportementale et cognitive (TCC)

Pour traiter les troubles anxieux comme les phobies, les professionnels recommandent une thérapie comportementale. Avec ce type de psychothérapie, le patient travaille sur les symptômes liés à sa peur afin d’apprendre à les gérer. Dans le cas de la phobie du sang, il s’agira d’utiliser différentes techniques pour y exposer le patient.

En fonction des réactions que le médecin a pris le temps d’évaluer, il saura comment faire pour évoluer la thérapie. Le plus important est de vous aider à vous habituer progressivement à la vue du sang, pour ne plus succomber à ces malaises.

Selon les besoins, la thérapie comportementale et cognitive peut être combinée à la psychanalyse ou aux médicaments (anxiolytiques ou antidépresseurs).

Vaincre la peur du sang avec l’hypnose

L’hypnose peut être également utilisée dans le traitement des troubles anxieux et donc pour les phobies. Elle permet de solliciter le subconscient en le mettant dans un état de conscience modifié pour lui faire des suggestions. Vous pouvez donc apprendre l’autohypnose ou voir un hypnothérapeute pour vaincre votre phobie du sang. L’hypnose vise à retrouver les causes de votre hématophobie pour vous aider à contrôler les symptômes lors d’une situation de malaise. L’objectif final est d’aider le patient à briser le lien qu’il fait entre le sang et l’angoisse.

Tester la technique de la gestion émotionnelle (EFT)

C’est une méthode moderne qui associe la psychothérapie à l’acupression. Il s’agit d’une sorte d’acupuncture qui se fait avec les doigts et non des aiguilles. Il a pour but de stimuler le système nerveux parasympathique. La technique de la gestion émotionnelle aide à habituer le patient au sang. Il permet surtout de dissocier le souvenir qui est à la base du malaise de l’angoisse ressenti.

0

About the Author:

Ingénieur de formation, Mathieu Vénisse décide, en février 2012, de changer de vie. Il crée Penser-et-Agir.fr, le site sur lequel il développe son approche innovante du développement personnel baptisée "Le développement personnel par l'Action".Aujourd'hui, Penser et Agir est reconnu comme étant le blog leader sur la thématique du changement de vie avec plus de 400 000 visiteurs par mois, plus de 60 000 abonnés à la newsletter et plus de 3 000 personnes qui ont déjà fait confiance à Mathieu et suivi ses formations en ligne.Vous souhaitez aller plus loin ? Découvrez le livre, les formations vidéo en ligne et les séances audio d'auto-hypnose amplifiée« Parce qu'un seul choix peut tout changer... » - Mathieu Vénisse

Add a Comment