Al Cukovic : Comment perdre du poids durablement ? (Interview)


Al Cukovic a 31 ans, il est coach nutrition sans frustration et le créateur du système neuro-nutritif. Il a aussi exercé en tant qu’animateur sportif, modèle photo et c’est un ancien athlète fitness. En chiffres : plus de 3 millions de vues sur YouTube et plus de 47000 abonnés à sa chaîne YouTube. Plus de 1500 personnes ont déjà suivi ses programmes de nutrition.

Les questions que j’ai posées à Al Cukovic dans cette interview :

  • Comment en es-tu arrivé à faire autant de sport ?
  • Rencontrais-tu des problèmes lorsque tu étais plus jeune ?
  • Quelles sont les erreurs communes qui empêchent la perte de poids et la perte de graisse ?
  • Quelle est la part du développement personnel et du mental dans la perte de poids ?
  • Quels conseils aimerais-tu donner aux personnes qui veulent perdre du poids ?
  • Selon toi y a-t-il un parallèle entre le sport et l’entrepreneuriat ?
  • Et maintenant, comment vois-tu le futur ?

Pour suivre Al Cukovic :

Transcription textuelle de l’interview

Mathieu Vénisse : Bonjour à tous et bienvenue dans cette nouvelle interview ! J’ai le plaisir d’être aujourd’hui avec Alexandre Cukovic, salut Alex !

Alexandre Cukovic : Salut Mathieu !

Mathieu Vénisse : Alors Alex, ça fait depuis 2012 ou 2013 qu’on se connait ?

Alexandre Cukovic : C’est ça.

Comment en es-tu arrivé à faire autant de sport ? Rencontrais-tu des problèmes lorsque tu étais plus jeune ?

Mathieu Vénisse : Donc on se connait depuis longtemps, tu as un parcours qui est super inspirant, c’est pour ça que j’ai voulu t’interviewer aujourd’hui. Tu as 31 ans, tu es coach en nutrition, donc toutes les personnes qui sont dans l’audience et qui sont intéressées par tout ce qui va être perte de poids, ou sport et même entrepreneuriat parce que le but de cette interview, c’est de voir la relation qu’il y a entre le sport, le dépassement de soi, quand on fait un régime c’est aussi une forme de dépassement de soi, on va voir ça dans l’interview, et l’entrepreneuriat, surtout le mindset et la psychologie qu’il y a derrière. Donc tu es coach nutrition, tu appelles ça nutrition scientifique, c’est-à-dire maigrir sans se frustrer, on va parler de tout ça dans cette interview.

Tu es le créateur d’un système, d’un régime, d’un mode de fonctionnement qui s’appelle le système de neuro-nutritif, tu as la particularité d’être aussi un digital nomade, c’est un anglicisme pour dire que tu voyages autour du monde, on va revenir aussi là-dessus, en quelques chiffres et en quelques photos, parce qu’on va aussi montrer des photos de toi avant-après, vous allez voir qu’après, c’est beaucoup plus inspirant qu’avant. En quelques chiffres tu as fait, alors j’ai le chiffre sous les yeux, c’est pur ça que je regarde mon écran, 2 574 634 vues sur YouTube, une chaîne avec plus de 42 000 abonnés, quand même pas mal, plus de 1 500 membres. Alors, quand on dit membre, c’est des clients qui ont suivi des méthodes pour perdre du poids, les différentes formations sur la santé, les pertes de poids, le dépassement de soi, j’imagine, et le mindset bien sûr.

Donc, tu es coach nutrition on l’a dit, tu es un ancien modèle photo, on va voir ça tout de suite en photo et un ancien fitness athlète, on va aussi voir ça en photo. Je vais tout de suite partager les photos pour que les gens soient accrochés, j’aime bien partager soit les gros chiffres soit les photos donc on va tout de suite passer sur l’écran.

Donc ça, c’était une photo de toi, alors vous voyez le coach ? Non je rigole, c’était une photo de toi en 2011, alors on va revenir sur ton histoire, mais c’était suite à 7 ans de régime où tu n’arrivais pas justement à perdre du poids, c’est ça ?

Alexandre Cukovic : C’est ça, même au-delà, ça faisait plus de 10 ans que j’essayais de perdre du poids.

Mathieu Vénisse : D’accord, plus de 10 ans que tu essaies de perdre du poids, et moi ce que je trouve super intéressant dans cet exemple-là c’est que tu n’es pas l’obèse morbide qui est dans les cases qu’on voit à la télé ou autre. Tu es juste quelqu’un de normal, moi j’ai été comme ça aussi, un petit peu gras, avec une masse grasse trop forte, et qui a envie d’être beau et ça faisait donc 10 ans que tu luttais pour perdre du poids.

Alexandre Cukovic : Oui, souvent le mal-être est psychologique ! On a un peu de bourrelets, un peu gras, et du coup on se sent très mal, même si ouais, en effet, je n’étais pas obèse.

Mathieu Vénisse : Oui, pas dans l’obésité morbide, mais psychologiquement, il y a un truc qui ne collait pas. Et donc, on va voir la transfo, on passe directement sur les photos et puis après on va revenir là-dessus. En 2 mois, c’est ça ? Donc je vous le dis, je vous tise un peu, en 2 mois, tu es arrivé à ça, ce n’est pas des conneries alors bien sûr, il y avait l’entrainement avant, c’est-à-dire que tu avais quand même une mémoire musculaire derrière.

Alexandre Cukovic : Il y avait beaucoup de connaissances et c’est pour ça que ça a été aussi rapide puisque j’ai mis tous les éléments en place qu’il fallait pour avoir une transformation rapide comme celle-ci.

Mathieu Vénisse : Et alors, s’il y a des personnes qui sont un peu sujettes à la musculation et tout ça, est-ce que c’est naturel ou est-ce que c’est dopé cette transformation ?

Alexandre Cukovic : C’est totalement naturel, même s’il y en a beaucoup qui croient que c’est dopé.

Mathieu Vénisse : Ca je sais, sur YouTube, tous les commentaires à chaque fois…
On va revenir dans cette interview, surtout le mindset qu’a, Alexandre, que moi je connais depuis très longtemps et que je veux partager avec vous, toute sa philosophie de vie, comment est-ce qu’il voit, le sport, le régime, l’entrepreneuriat, sa vie au quotidien, qu’est ce qu’il y a dans ta tête. Je vous remontre ça, en 2 mois, maintenant j’ai catché votre attention, on va repasser en face caméra, et on va commencer tout de suite. 7 ans, 10 ans de régime, moi, j’avais noté 7 ans, tu me dis maintenant 10 ans de régime, qu’est-ce qui se passe à la base ? Qu’est-ce qui fait que tu es un peu grassouillet ? Comment tu l’expliques en tout cas ? Et surtout comment est-ce que tu expliques en 10 ans, je ne sais pas combien de régimes tu as essayés, tu n’as pas réussi à perdre de poids, qu’est-ce qui s’est passé ?

Quelles sont les erreurs communes qui empêchent la perte de poids et la perte de graisse ?

Alexandre Cukovic : En fait, le fait que je sois grassouillet déjà, c’est dû à l’alimentation industrielle, le manque de connaissance de certaines notions nutritives qui sont fondamentales, et au fur et à mesure des années malgré le fait que je faisais une activité physique, j’étais même inscrit dans une fac de sport, donc j’y allais en niveau du sport, la physiologie, j’apprenais pas mal de choses, mais voilà, il y avait un manque de base. On entendait plein de choses, surtout qu’à ce moment-là, internet venait de commencer donc il y avait plein d’informations fausses.

Mathieu Vénisse : On est en quelle année à cette époque-là ?

Alexandre Cukovic : On est en début 2002, 2003, donc gros manque d’information, plein de choses qui sont fausses, donc je ne maîtrisais pas tout ça. Petit à petit avec l’alimentation industrielle, on s’engraisse, on prend du poids plus l’aspect psychologique où on est peut-être stressé, on se sent mal, du coup ça n’aide pas dans ce sens.

Mathieu Vénisse : Alors quand tu parles d’alimentation industrielle, pour les personnes qui suivent cette vidéo, qu’est-ce que c’est exactement l’alimentation industrielle ?

Alexandre Cukovic : Alors c’est tout ce qui est transformé, en fait il y a un aliment brut qu’on peut prendre, par exemple la courgette c’est un aliment brut qu’on peut trouver dans la nature, et tout ce qui est transformé, c’est ce qu’on ne va pas trouver dans la nature comme typiquement une saucisse knacki, ce n’est pas quelque chose qu’on va retrouver. Donc il y a plein d’aliments comme ça, qui ont été traités, modifiés où on a ajouté plein d’additifs, d’édulcorants, de choses mélangées on ne sait même pas trop, et qu’on retrouve dans nos assiettes, et ça, ça fait partie de notre quotidien et c’est bien d’y prêter attention et de s’en rendre compte.

Mathieu Vénisse : Donc, pour toi, ce qui explique la prise de gras, est-ce que c’est parce que tu mangeais trop ou est-ce que tu mangeais mal ? Il y a une distinction un peu intéressante là-dedans, j’aimerai bien ton avis là-dessus, ou les deux ?

Alexandre Cukovic : C’est intéressant ouais, c’était les 2 en fait, je m’intéressais à manger sainement, puisque j’étais quand même conscient de ce qu’il y avait dans l’alimentation. Malgré que je mangeais sainement, il y avait quand même très certainement un excès calorique, souvent on peut manger de manière saine, mais en excès de calories, par exemple, typiquement, si on prend des amendes, si tu veux c’est très sain, mais si on se tape un paquet tous les 2 jours, ça fait quand même beaucoup de calories. Donc, il y avait cette notion, le manque de base, plus, de manière régulière, un peu d’alimentation industrielle faisaient qu’en sorte qu’avec les années malgré l’activité physique, il n’y avait pas le changement que je souhaitais, moi, voir, devant le miroir.

Mathieu Vénisse : Quand tu parles d’activité physique, c’est par rapport à la fac de sport, j’imagine ?

Alexandre Cukovic : Oui.

Mathieu Vénisse : Donc tu faisais combien d’heures de sport par semaine ?

Alexandre Cukovic : Il y en avait beaucoup, en fait, quand on rentre en fac de sport, on choisit ses sports au départ, donc j’en faisais une dizaine d’heures, plus j’allais en salle de sport à côté, donc salle de sport, 3 à 4 fois par semaines ou moins, donc j’y allais pendant une heure, donc il n’y avait pas mal de sport quand même.

Mathieu Vénisse : c’est hyper intéressant ce que tu dis là parce qu’aujourd’hui la mode du fitness dit que pour perdre du poids, il faut aller faire du sport. Et moi des fois, je dis aux gens « mais si vous allez faire du sport, vous allez avoir faim, et vous allez peut-être plus manger », qu’est-ce que tu en penses de ça ? Faire du sport pour perdre du poids, toi qui faisait 10 H de sport par semaine et qui était quand même grassouillet et pas comme tu voulais, ou est-ce que le sport n’est pas forcément obligatoire pour perdre du poids ?

Alexandre Cukovic : Alors, ce que je répète régulièrement dans mes vidéos et aux membres, c’est que le sport n’est pas indispensable, c’est bien d’en faire déjà pour un point de vue santé, on ne va pas rentrer dedans, mais d’un point de vue santé. D’autre part puisque c’est un super accélérateur dans la perte de poids, c’est dommage de s’en priver, mais en s’intéressant uniquement à son alimentation, on peut avoir déjà des résultats vraiment incroyables.

Mathieu Vénisse : Ok, donc on a survolé un petit peu ces notions-là qui sont très abstraites pour la plupart des gens, moi je m’intéresse énormément à tout ça, j’aurai plein de questions super précises à te poser, mais je vais essayer de remonter et vraiment de m’adresser à la psychologie qu’il y a derrière. Quand tu dis que pendant 10 ans, tu as essayé de perdre du poids, essayer de perdre du poids c’est quoi ? C’est le régime Dukan, donc hyper protéiné, c’est des monodiètes, c’est quoi ? Qu’est-ce qui se passe ?

Alexandre Cukovic : En fait, il y a beaucoup de gens, je pense, qui vont se reconnaître dans ça, c’est que déjà la plupart des gens ont essayé de faire quelque chose pour leurs poids, et généralement, quand on s’intéresse à perdre du poids, on fait tout ce qui possible déjà, pour le 1er réflexe, c’est peut-être de manger moins, donc c’est ce que j’ai fait, je suis descendu à une alimentation très basse où je mangeais très peu de calories par jour, donc c’est très mauvais, enfin sur le court terme, il y a des résultats, mais sur le moyen long terme, ce n’est pas viable, on reprend du poids, il y a un effet yo-yo.

Parle-nous de cet effet yo-yo !

Mathieu Vénisse : C’est hyper intéressant cet exemple précis, il y a plein de gens qui veulent perdre du poids et justement qui diminuent drastiquement leurs calories, est-ce que tu peux expliquer ce qui se passe physiologiquement, toi qui es un expert de ça quand on diminue trop les calories, mais pendant, on va dire trop longtemps, 2 à 3 mois déjà ? Qu’est-ce qui se passe dans le corps ?

Alexandre Cukovic : Ouais, c’est une bonne question, en fait, lorsqu’on diminue drastiquement les calories, donc dans les 1ers jours, 1re semaine, on a une perte de poids, c’est physiologique, c’est normal, on a moins de calories. Au fur et à mesure des semaines, notre métabolisme, donc le métabolisme représente toutes les réactions chimiques qui ont lieu dans notre corps, qui font que voilà, on va dépenser tant de calories par jour, ça dépend de chaque individu, ça dépend de notre masse musculaire, de ce qu’on fait dans notre journée, de la réflexion, tout ce qu’utilise notre corps.

Et en fait, ce métabolisme, il va diminuer parce que notre corps est une super machine donc elle va s’adapter à ce qu’on lui donne, et nous on lui donne très peu de calories donc elle va s’adapter, et elle va en fait survivre en quelque sorte avec très peu de calories. Donc à ce moment-là, il peut se passer plein de choses donc on peut se blesser, on peut tomber malade puisqu’on a des déficiences, on peut être fatigué, pleins de choses qui peuvent arriver, des réactions en chaîne et ça, c’est le cas de beaucoup de personnes, sans même s’en rendre compte en fait, il y a beaucoup de personnes qui sont dans ce cas-là. Et quand on a un métabolisme très bas comme ça, on a énormément du mal après à brûler des calories donc d’où la stagnation qui arrive chez énormément de personnes, et toute façon, ça, ce n’est pas viable sur le long terme.

Donc à un moment donné, on décide de craquer, parce qu’on ne peut pas survivre avec 500 calories par jour, manger que des soupes et des salades, donc à un moment, on décide et on dit « je m’en fous, je reprends, je commence à manger juste normalement ». Et le fait de manger normalement, pour évaluer le truc, notre métabolisme est descendu à 500 calories on va dire, c’est un exemple, et là on va tout d’un coup manger à 1 500 ou 2 000 calories et là, tout cet excès de calories qu’on va avoir, c’est là où on va prendre du poids, du gras, et on va remonter à notre poids de base et même davantage.

Mathieu Vénisse : Alors qu’en étant à 1 500 calories finalement on ne mange pas beaucoup, mais on mange beaucoup en comparaison de la frustration qu’on avait avant. Ça, c’est super intéressant, je pense que ça va parler à beaucoup de gens, j’ai déjà vu, ces discours sont tenus quand même, alors pas dans les médias, mais des experts nutritions sur YouTube, ils y en ont qui le disent et j’ai l’impression que les gens ne comprennent pas que pour perdre du poids, il faut manger en fait. C’est quand même incroyable ce paradoxe, les gens ne comprennent pas que le corps est bien fait, qu’il faut manger.

Alexandre Cukovic : Il lui faut lui apporter ce dont il a besoin tout simplement pour qu’il puisse fonctionner et pour qu’il puisse brûler des graisses au fur et à mesure des journées.

Mathieu Vénisse : Donc, premier essai, tu diminues drastiquement les calories, tu perds du poids puis tu stagnes et j’imagine que tu en reprends. Est-ce que tu essaies d’autres types de régimes ensuite ?

Alexandre Cukovic : J’essaye énormément de choses. J’essaye un régime basé uniquement à base de soupe, donc toute la journée c’est soupe, pareil c’est vraiment calorique, mais là, ce n’était que des soupes, il y a un régime qui est connu c’est la soupe aux choux. C’est très célèbre comme dièt, après le fameux régime Dukan où on apporte un maximum de protéine dans notre alimentation, ça, j’ai également tenté…

Mathieu Vénisse : Alors du coup c’est quoi ta critique par rapport à un régime, sans parler de Dukan pour citer une marque, mais plutôt un régime hyper protéiné parce que c’est rien d’autre que ça, finalement, Dukan si je ne me trompe pas.

Alexandre Cukovic : C’est ça, en fait il y a différent protocole, ça dépend des semaines, mais oui, on va dire que c’est principalement hyper protéiné, c’est que notre corps à long terme, il a été démontré qu’en apportant une trop grande quantité de protéine dans nos journées, sur le court terme, encore une fois, il est efficace c’est pour ça que le régime est si connu, c’est que sur le court terme il y a du résultat, mais ce n’est qu’à moyen long terme, on a à tendance à être davantage être obèse ou devenir obèse même, justement, ça augmente les chances de 7-8 fois de devenir obèse comme Dukan et il y en a d’autres…

Mathieu Vénisse : Alors quand on dit hyper protéiné c’est manger que des protéines et virer les glucides, ce n’est pas un régime hyper protéiné au sens musculation ou autre, où on serait un peu partout…

Alexandre Cukovic : Exactement, puisque dans la musculation, comme tu le dis, on mange beaucoup de protéines certes, mais on mange beaucoup de glucides, etc.

Mathieu Vénisse : D’accord, ça c’était une petite question perso, vu que je suis à fond dans la muscu, si vous suivez la chaîne, vous le savez. Ok, donc le régime Dukan, ça donne quoi sur toi ?

Alexandre Cukovic : Comme d’habitude, sur le court terme, c’est efficace et c’est bien, mais après, reprise de poids. Et voilà, dégouté, frustré, mal-être !

Mathieu Vénisse : Est-ce qu’il y a d’autres régimes que tu as testés ?

Alexandre Cukovic : D’autres régimes ? Euh… Hyper protéiné, soupe aux choux, en termes de régime, je crois que c’est peut-être tout, j’en ai du peut-être en faire un ou deux, après j’ai tenté plein de types d’activité physique aussi, faire que des abdos, courir tous les jours, faire de la musculation à fond…

Mathieu Vénisse : C’est un peu les pièges dont lesquels tout le monde tombe en fait, je me reconnais quand tu parles, j’ai l’impression de me revoir vivre en train de faire des abdos comme ça et me dire pourquoi ils ne poussent pas et de ne pas comprendre que j’ai du gras au-dessus.

Alexandre Cukovic : C’est ça, j’ai vu tous les pièges possibles, aujourd’hui heureusement, il y a un peu plus d’informations sur internet, c’est mieux, mais c’est vrai que tout est classique et voilà !

Mathieu Vénisse : Tu es quand même devenu modèle photo avec un niveau, j’ai envie de dire sportif de haut niveau quoi, alors première question, quel a été le déclic pour que tu trouves la solution ? Est-ce que tu as eu un mentor ? Est-ce que tu as été guidé ? Que sais-je ? Tu vas nous répondre et ensuite pourquoi avoir voulu aller aussi loin dans le dépassement de soi et arriver à ce niveau qui est un niveau professionnel ?

Quelle est la part du développement personnel et du mental dans la perte de poids ?

Alexandre Cukovic : Alors comment j’ai trouvé, en fait à ce moment donné, lorsque j’ai essayé mes 10 années, plus particulièrement 7 années consécutives où vraiment, j’essayais et je ne vivais que pour ça, c’était du matin au soir, il fallait que je perde du poids et c’était mon objectif de chaque jour pendant 7 ans.

Mathieu Vénisse : C’est incroyable ça quand même, tu l’expliques comment cet objectif, tu voulais plaire à toi ou aux autres psychologiquement ?

Alexandre Cukovic : C’était justement une manière de me dépasser, de me prouver à moi-même que j’étais capable de faire quelque chose, de réussir quelque chose dans ma vie, et pour moi ça passait déjà par la partie un peu hébergée de l’Iceberg, la partie qu’on voit c’était le physique, pour moi c’était logique de m’attaquer au physique.

Mathieu Vénisse : Tu te dis « je veux être fier de moi, réussir quelque chose dans la vie, le symptôme aujourd’hui c’est que je suis moche dans la glace donc j’adresse ça et quand j’aurai réussi ça…

Alexandre Cukovic : En fait, c’était le déclencheur qui est allé débloquer que j’allais être en couple, que j’allais réussir ma vie professionnellement et tout ça.

Mathieu Vénisse : C’est incroyable, je suis passé par les… mais vraiment. J’ai l’impression de m’interviewer. Comment tu fais pour trouver les bonnes infos ?

Alexandre Cukovic : Comment je fais ? J’essaie pas mal de choses et à un moment donné, j’en ai marre, je me dis qu’il faut commencer sa vie, j’ai été à la fac, études, et qu’il faut prendre sa vie en main, tant pis pour la perte de poids, tant pis pour cet objectif, il faut se faire une raison et l faut lâcher cette chose-là, donc j’abandonne. Et à partir de ce moment-là, je commence les expériences, je passe par autre chose, je m’intéresse plutôt à la partie mentale, cérébrale du développement personnel, comment ça fonctionne ? C’est une nouvelle discipline que je ne connaissais pas, le mot développement personnel, qu’est ce que c’est ?

Mathieu Vénisse : On est en quelle année à peu près pour situer ?

Alexandre Cukovic : C’était en 2008, 2009, 2010, je m’intéresse à tout ça, c’est un mode incroyable donc là, je me régale et à ce moment-là, je tombe sur cette photo qu’on a vu tout à l’heure où j’étais grassouillet, donc j’étais avec ma copine, d’ailleurs, j’en parle sur mon site internet, j’étais avec ma copine de l’époque et là, elle me prend en photo. Et là en fait, j’ai mon image, ça fait longtemps que je ne me suis pas vu comme ça en photo, et c’est un choc quoi. Tout pâle, à l’époque j’étais fumeur, je ne faisais plus de sport, enfin plein de choses en mode de vie super malsain, et je me dis « merde, toi qui voulais être bien physiquement, et voilà, tu es dégueulasse », moi je ne m’appréciais pas.

Mathieu Vénisse : C’est-à-dire que je suis pire que normal ?

Alexandre Cukovic : Oui c’est ça, moi je ne m’aimais pas du tout, et du coup je me dis là, il faut que je fasse quelque chose, et là, à ce moment-là, j’ai eu le petit déclencheur, la petite motivation pour recommencer encore, malgré toutes ces années de galère, recommencer à m’entraîner et prendre soin de mon alimentation.

Mathieu Vénisse : Moi ce qui m’intéresse, vraiment dans le cadre de l’interview, dans le cadre de Penser & Agir, c’est quand tu fais le petit déclencheur. Sur Penser & Agir, j’ai une formation qui s’appelle l’élément déclencheur, qui est l’une des plus venues, où on crée un déclic en 7 jours. Mon jeu dans les interviews, c’est de retrouver ce que je dis dans les formations chez des gens sans qu’ils aient suivi les formations. Ce déclenche, tu dis que tu es rentré dans le développement personnel, et que ça a permis de créer ce déclencheur. Par quoi tu es rentré dans le développement personnel, est-ce que c’est un livre, un film, un mentor ?

Alexandre Cukovic : Alors le développement personnel, je suis rentré dedans grâce au marketing de réseau, j’avais ça à une époque, et du coup ça m’a initié un peu à toutes ces notions.

Mathieu Vénisse : Moi je ne conseille pas le marketing de réseau, mais c’est très lié développement personnel et marketing de réseau et les uns s’entremêlent.

Alexandre Cukovic : C’est ça, et c’est à ce moment-là que j’ai découvert, et il y avait dans ce marketing de réseau, un mentor qui était très doué, qui avait vraiment des compétences pour faire passer le message, les retransmettre et moi ça me parlait beaucoup, j’étais comme une éponge à tout absorber et à tout prendre de ce mentor et de qu’il enseignait quoi.

Mathieu Vénisse : Et il enseignait quoi exactement ? C’était de la communication, du dépassement de soi ou de l’analyse de soi ?

Alexandre Cukovic : C’était du dépassement de soi et en fait, il mettait sur la table tous les différents principes fondamentaux pour réussir et s’épanouir.

Mathieu Vénisse : Il y en a un de ces principes qui t’a marqué ?

Alexandre Cukovic : Il y en a un que j’ai en tête c’est la persévérance, c’est celle qui me vient tout de suite c’est qu’en fait, au fur et à mesure, justement de notre révolution, on est face à l’échec si on peut l’appeler comme ça, mais voilà, il y a des embûches qui arrivent et en fait, ça fait partie du chemin.

Mathieu Vénisse : Je me dis souvent « félicitez-vous d’échouer vite, parce que plus vous allez échouer, plus vous allez vous rapprocher de la réussite ».

Alexandre Cukovic : Exactement, ça, c’est un super principe. Mais quand on ne le connait pas, quand on est face à une embûche, on se remet en question et truc alors que ça fait partie du processus.

Mathieu Vénisse : Puis il y a le connaitre et le vivre parce que tu sais, sur Facebook, on voit souvent des citations, des choses comme ça, partagées et qu’on repartage nous-mêmes, mais on ne les incarne pas vraiment et c’est vrai que quand on commence à vivre les échecs à dire « oh putain, j’ai échoué, je sais que ce n’est pas comme ça que je vais y arriver et donc je vais essayer autrement », et ça me parle beaucoup ce schéma de développement personnel. Donc du coup, tu as ce déclic grâce à ce mentor, et ce qui est marrant tu vois dans l’élément déclencheur, juste pour imager le truc c’est que j’explique tout le temps que le déclic va venir d’un évènement anodin qui à priori n’a aucun rapport avec ce qu’on veut faire, et que cet évènement anodin si on a les bonnes connaissances, on peut le transformer en élément déclencheur. J’ai l’impression que c’est un peu ça, tu vois, tu as un mec dans un MLM (marketing de réseaux) pour faire de l’argent sur internet.

Alexandre Cukovic : Ce n’était pas sur internet, mais oui, c’était développer son réseau et…

Mathieu Vénisse : Ce n’était pas les trucs de portable à l’époque ?

Alexandre Cukovic : Si c’est ça !

Mathieu Vénisse : C’est ça ? Je sais qu’à l’époque, ça tournait aux Halles à Paris.

Alexandre Cukovic : Je pense qu’il y en a beaucoup qui vont reconnaître.

Mathieu Vénisse : C’était les forfaits de téléphone ou des téléphones ? Je me rappelle de cette vague qu’il y a eu à un moment. Dans un truc qui n’a aucun rapport, tu trouves cet axe de la persévérance et tu te dis « j’ai échoué pendant 10 ans donc je me rapproche du but ».

Alexandre Cukovic : Exactement, je me suis dit que là, il y a lien, en fait j’étais sur la bonne route sauf que je me suis arrêté en fait, je me suis arrêté, là, je me dis « tiens je vais recommencer » puisque là, j’étais tombé sur mon image et je vais retenter, mais cette fois-ci je vais retenter avec mon nouvel état d’esprit, la partie, c’est justement ce que j’explique dans mes programmes, le système neuro-nutritif, c’est-à-dire qu’on apporte la partie neuronale, la partie motivation, état d’esprit et tout ça qui est vraiment fondamental, peu importe ce qu’on fait. Pour moi, c’est la perte de poids, mais ça faisait partie intégrante, et je me suis dit que je vais associer le neuro, la partie mentale, développement personnel à la partie nutritive, toutes les bases fondamentales de la perte de poids, je vais allier les 2, et là, je me suis dit « ça va le faire ».

Mathieu Vénisse : En fait, tu t’es dit « tous les régimes-là, ces trucs, ça marche un temps et ça ne dure pas, je vais apprendre à bien manger, mais je vais surtout changer ce qu’il y a dans ma tête ».

Alexandre Cukovic : Ouais, je vais changer ce qu’il y a dans ma tête et en fait, côté nutrition, j’avais la prise de recul et je me suis dit que je vais me baser sur tout ce qui prouvé par la science, c’est pour ça qu’en fait je suis venu spécialiser nutrition scientifique, donc on va se baser uniquement sur ce qui est démontré, étudié, prouvé, ce qui marche en fait.

Quels conseils aimerais-tu donner aux personnes qui veulent perdre du poids ?

Mathieu Vénisse : Donc il y a 2 axes ici qu’on voit très bien, l’aspect mindset neuro et l’aspect nutrition scientifique, on va donc diviser en 2. Côté psychologie mindset, c’est quoi les clés fondamentales on va dire ? Sans rentrer dans tous les détails de tes formations, mais les 2 -3 axes clés qui font qu’une personne va tenir son régime, j’imagine ?

Alexandre Cukovic : Alors, tenir son régime déjà, c’est comprendre qu’en perdant du poids ou pas, il faut s’accepter tel qu’on est puisque souvent, ça je l’explique, c’est qu’une fois qu’on perd du poids c’est au moment où on se rend compte que finalement on est la même personne, certes ça ne peut qu’aider dans le sens, puisqu’on ne peut que se sentir mieux, mais souvent ça ne change pas les serments toute notre vie. C’est-à-dire qu’avant tout, il faut comprendre qu’il fait s’accepter tel que l’on est, ou il faut travailler. La perte de poids, c’est juste quelque chose en plus qui va aider et que c’est parce qu’on va se sentir bien dans notre vie, qu’on va perdre du poids et pas forcément parce qu’on va perdre du poids qu’on va se sentir mieux.

Mathieu Vénisse : Tu retournes le problème quoi !

Alexandre Cukovic : Ouais, exactement, et ça, j’insiste bien dessus pour qu’on comprenne ça avant même de commencer à parler d’autres notions. Après les grands actes, c’est justement c’est ce que j’essaie d’incarner c’est la persévérance, le fait de ne rien lâcher. Puisque même si on a les principes, il faut avant tout de la perte de poids. On connait les différents mécanismes qui sont importants, il faut quand même avoir une certaine persévérance, comprendre, des fois il y a une stagnation, il faut comprendre pourquoi on stagne, qu’est-ce qui se passe ? Comment redéclencher ? Comment recommencer ? Des fois, on est tous peut-être sensible aux grignotages, aux compulsions alimentaires, au sucre et comprendre que voilà, on a le droit des fois de ne pas être parfait et qu’il faut se pardonner et qu’il faut avancer, continuer malgré tout.

Mathieu Vénisse : Oui, je suis passé par toutes ces étapes-là aussi, je ne sais pas si tu connais un YouTubeur qui s’appelle Alex Levand, tu connais ?

Alexandre Cukovic : Oui je le connais bien oui.

Mathieu Vénisse : J’aime beaucoup ce gars, il a une expression qui dit « quand on mange mal, c’est une éponge à émotion », en fait, la nourriture est une éponge à émotion, est-ce que ça rejoint un peu ce que tu dis dans les phrases de grignotage et tout ça ?

Alexandre Cukovic : Oui, tout à fait, en plus, surtout pour le grignotage qui est assez particulier puisque grignotage, il y a quand même une partie physiologique c’est-à-dire notre corps, il ressent un besoin de manger, physiologique, donc ça, c’est la propre raison. Mais il y a aussi la partie psychologique mentale où le grignotage peut être déclenché par des habitudes, des schémas neuro qu’on a mis en place au fur et à mesure des années, par le sucre et toutes ces choses-là en fait, qui est important de comprendre justement pour éviter ses compulsions et grignoter.

Mathieu Vénisse : compulsion c’est un mot très fort, en effet, c’est exactement ça je pense, on ne peut pas résister alors que la raison dit « bah non ne mange pas », c’est quand même simple, d’ailleurs tous les gens qui sont au régime ne comprennent pas ça généralement. Moi j’ai quand même perdu 17 kg l’année dernière, tu sais que je t’avais raconté, le truc que j’avais eu en tant que salarié, moi je ne supporte pas le salariat donc quand je ne supporte pas, je prends du poids. Donc je suis passé par toutes ces étapes-là, pus ça n’était ma première perte de poids puisque j’avais perdu poids il y a longtemps quand je m’étais blessé au dos, etc., ça, c’est ma vie.

Comment ? J’ai de petites idées de la réponse, mais ce que je veux c’est que ça soit vraiment toi qui donnes ton point de vue, comment est-ce qu’on change ces habitudes ? C’est-à-dire quelqu’un qui n’est pas au régime, qui n’a pas de problème de poids, va dire « c’est bon, tu as du chocolat tu ne le manges pas, basta, arrête de nous emmerder ». La personne qui est grosse, en surpoids, qui veut perdre du poids, elle va, et je suis passé par là donc je sais ce que c’est, « il ne faut pas que je la mange, il ne faut pas que je la mange, je la mange ». Comment est-ce qu’en termes neuropsychologie, on arrive à changer cet aspect-là, parce que j’ai l’impression que l’une des clés c’est vraiment déjà de changer ses habitudes et sa vision du truc ? Comment est-ce que tu conseilles de faire ça ?

Alexandre Cukovic : Dans l’exemple que tu as donné, c’est sûr qu’il y a une part psychologique, c’est peut-être dans un premier temps, si on a une compulsion comme ça, c’est typiquement sur différentes étapes. Moi ce que je conseille par exemple, c’est de sortir loin et d’éviter en fait d’avoir sous les yeux ce pourquoi on a envie de craquer, je m’isole dans une autre pièce par exemple ou typiquement si je sais que j’ai tendance à craquer, c’est de le planquer dans un placard pour ne pas l’avoir devant les yeux, puisqu’on a plus tendance à aller vers ce genre de chose, mais voilà. S’éloigner de ça, après, il y a des… dans le protocole par exemple, le fait de respirer, pour se reconnecter au moment présent, si on touche aux compulsions, oui, pour le coup de l’émotionnel et tout ça, ça va vraiment au développement personnel.

Comprendre, derrière, c’est quoi l’émotion qu’on ressent, est-ce qu’on a la frustration ? Pourquoi on a eu envie de ça ? Peut-être qu’on a eu peur, ou il y a notre patron qui arrive et du coup on a l’air de se sentir stressé. Moi, par exemple, je sais que, lorsque j’ai un manque de contrôle, il y a quelque chose qui m’a filé sous les mains, j’ai une sorte de frustration qui arrive et là, j’ai tendance à prendre un gâteau, une pâtisserie, donc on a le droit de prendre des pâtisseries de temps en temps, mais moi j’ai remarqué ça chez moi, après chacun est différent et c’est bien d’analyser, du coup de comprendre comment on fonctionne. Après, il y a une autre partie physiologique pour le coup, c’est que les études ont observé par exemple que souvent lorsque vous ressentez la faim ou la compulsion, finalement c’est notre corps qui nous a envoyé un message comme quoi on avait soif. Et souvent, lorsqu’on essaie justement de « Tiens, je vais prendre un grand verre d’eau 2 grands verres d’eau, on se rend compte que finalement ça passe, et en fait on avait soif plutôt que faim et ça nous évite de prendre ça.

Mathieu Vénisse : Donc j’ai une compulsion, je bois 2 verres d’eau déjà, ensuite quand tu dis respiration, c’est respiration profonde c’est ça ?

Alexandre Cukovic : Oui, c’est ça !

Mathieu Vénisse : Et ensuite, introspection.

Alexandre Cukovic : Introspection, on s’éloigne si on veut, c’est la première chose à faire, s’éloigner dans une autre pièce ou si on est à l’extérieur peut-être aller aux toilettes, tranquillement, et on fait notre truc, respiration profonde et rétrospection.

Mathieu Vénisse : Et c’est important de le faire sur le moment ou ça peut se faire après ?

Alexandre Cukovic : Alors si c’est une compulsion c’est sur le moment.

Mathieu Vénisse : Non je posais la question pour les gens qui regardent ça, c’est important que tout soit très clair, j’aime cette vision parce que la compulsion ne devient plus le problème qui t’empêche de maigrir, mais devient l’ami qui va te permettre de comprendre et d’avancer finalement. Et j’aime bien, c’est comme tu disais tout à l’heure, la vision de la persévérance et de l’échec qui rapproche de la réussite, chaque compulsion permettra peut-être de comprendre un contexte, un lien émotionnel ou un truc, qui va faire que la prochaine fois si on chute, ça ne sera pas le même obstacle. Quand tu es sur la partie psychologique, est-ce que tu as d’autres choses à ajouter déjà sur la partie psycho que tu aimerais aborder ou ça cadre bien déjà ?

Alexandre Cukovic : Ouais, il y a ces 2 notions après il y a d’autres aspects également qui sont importants. Je réfléchis, qu’est-ce que je dis au sein de mes formations qui est important lors d’une phase de perte de poids ? Alors il y a la persévérance, il y a le fait de…

Mathieu Vénisse : Cet aspect compulsion moi j’adore déjà sur l’analyse, diaboliser la compulsion et de s’en servir pour comprendre ce qui se passe, lorsque vous comprendrez, s’il y a des personnes qui veulent perdre du poids, que c’est dans votre tête avant d’être dans votre assiette, ce serait énorme au lieu d’avoir des nourritures en poudre, des trucs à la télé et tout ça.

Alexandre Cukovic : Il y a une notion qui est importante aussi c’est de comprendre qu’il y a des solutions qui existent, puisque souvent, d’ailleurs il y a des études qui ont observé que lorsqu’on croit que c’est possible, ça devient possible !

Souvent lorsqu’on splin, on dit « Ouais, moi j’ai un mauvais métabolisme, moi je n’ai pas de chance, j’ai une mauvaise morphologie », et en fait, cette réflexion, qu’elle soit vraie ou fausse, ce n’est pas la question, on s’en fout de ça, ce qu’il faut c’est que malgré que j’ai mes avantages, je joue avec mes cartes, peu importe dans quel domaine, c’est que c’est possible et il y a des solutions qui existent qui sont présents. Aujourd’hui, on sait comment on perd du poids, il y a une solution qui existe, on sait comment réussir, on sait tout, mais il y a des méthodes à appliquer, des choses à comprendre et ça demande juste à être appliqué et à comprendre ces choses.

Mathieu Vénisse : D’accord, si je crois que c’est vrai, ou si je crois que c’est faux, j’ai raison.

Alexandre Cukovic : Il y a une citation sur ça.

Mathieu Vénisse : Je ne sais plus, après c’est les croyances constructives et destructives, je ne sais plus si ça se dit, mais en gros, c’est celle qui te construise et celle qui te détruise, mais que tu crois que ce soit vrai ou faux, de toute façon tu as toujours raison. C’est marrant parce qu’on fait un truc sur les régimes, la perte de poids, je sais qu’il y en a qui sont intéressés par ça dans l’audience, en fait on parle des normes psychologies.

Alexandre Cukovic : Et on en parle trop peu dans la perte de poids, généralement, on se concentre sur, on te donne un menu, applique ce menu alors qu’il y a d’autres choses en amont.

Mathieu Vénisse : Les gens veulent la baguette magique. Vous pouvez vous faire livrer des repas tous les jours qui si vous les mangez vous feront perdre du poids, mais au final, si dans votre tête ça ne va pas, ça ne marchera pas parce que vous mangez d’autres trucs à côté. Donc on a bien fait la partie psycho là, tu parles de nutrition scientifique. Qu’est ce que c’est ? C’est manger des mélanges de chimie et tout ça ou c’est comprendre le fonctionnement du corps ?

Alexandre Cukovic : La nutrition scientifique en fait c’est mettre à contribution la science au service de la nutrition. Et moi, pour ma part, c’est encore plus précis pour la perte de poids, après ça peut être pour des maladies, pour autre chose. Mon travail, ce que je fais, je vais piocher dans les différentes études qui sortent, scientifiques ou des observations, il y a quelque chose qui est testé et on remarque que ce test donne quelque chose. Et moi, j’utilise ça et je les mets au service des gens, au sein de mes formations, au sein de mes conseils sur YouTube, justement pour les aider grâce à cette nutrition scientifique basée sur la science pour les aider dans leur cheminement.

Mathieu Vénisse : Alors là, tu nous as mis dans la bouche. Je n’ai pas suivi tes formations, est-ce que tu pourrais nous citer 2-3 faits scientifiques qui vont aider à la perte de poids et qui ne sont pas forcément intuitifs ?

Alexandre Cukovic : Alors, il y a déjà le coup du verre d’eau dont j’ai parlé, après le fait, par exemple, un classique que je vais donner c’est le fait de consommer du thé vert. C’est diurétique, entre autres. Ça a un effet brûle graisse, on va l’appeler comme ça. Il augmente les dépenses caloriques, surtout si on fait une activité physique c’est-à-dire par exemple, il y a quelqu’un qui nous écoute et qui fait du sport, boire un peu de thé vert avant son activité physique, pas trop, après puisqu’on a tendance à ballonner un peu, mais voilà ça aide justement à dépenser des remontages de calories. Donc le thé vert, c’est par exemple une super astuce qui est démontrée et prouvée, qu’on peut utiliser pour soi…

Mathieu Vénisse : Du thé vert, n’importe lequel ou du bon thé vert ? Enfin, genre si j’achète des sachets Lipton à Carrefour ça marche ou il faut que j’aille chercher du thé vert…

Alexandre Cukovic : Bonne question, le soucis qu’il y a par exemple avec les Lipton, c’est surtout en fait au niveau des pesticides, des herbicides, ce qui est rajouté dedans, c’est-à-dire à la base on prend du thé vert pour, par exemple la perte de poids, mais aussi pour que ça nous fasse bien puisque c’est super pour la santé, et là, malheureusement, on veut que ce soit bon pour la santé, mais ça porte des pesticides. Donc c’est pour ça que pour le thé vert justement, il vaut mieux quand même prendre bio, après pareil, bio c’est bien parce qu’il n’y a pas de pesticide, mais ça ne veut pas dire que c’est de la bonne qualité.

Mathieu Vénisse : Il y a aussi des pesticides bios, ce que je dis tout le temps, c’est choisissez les magasins où vous achetez vos produits plus que les produits en eux-mêmes, et après bio ou pas bio, finalement la loi change souvent, ça va changer. Mais si vous êtes dans un magasin, moi je vais dans les amap, pas pour le thé, mais après il y a d’autres magasins, il y en a un à côté qui s’appelle « L’île en Nature », ce n’est pas une chaîne, c’est des petits magasins en fait, et quand on connait les gens qui le font, on fait confiance aux produits qu’il y a dedans plus que d’analyser un produit dans une grande surface où là, c’est vraiment très compliqué même s’il y a des applications maintenant sur Android qui font ça. Donc le thé vert, d’ailleurs j’avais une remarque là-dessus, le thé vert il y en a dans les petits brûle graisse qu’on utilise en musculation, il y en a que j’utilise, thermopure, tu m’en avais parlé, tu m’avais conseillé et tout, et il y a du thé vert dedans justement.

Alexandre Cukovic : Il y a du thé vert, un bon brûleur de graisse est censé normalement, avoir soit des extraits de thé vert soit de la caféine, sinon c’est dommage.

Mathieu Vénisse : Parce qu’en fait ça accélère le métabolisme dont on parlait tout à l’heure. Donc il n’y a pas besoin de faire du sport pour utiliser ce qu’utilisent les sportifs en fait, c’est-à-dire dans une proportion gardée, boire un verre de thé ça n’a jamais fait de mal et les gens n’imaginent pas forcément que ça peut leur faire perdre du poids.

Alexandre Cukovic : Ouais c’est ça alors que ça peut aider, ce n’est pas la pilule, mais ça peut contribuer, c’est quelque chose, une astuce à rajouter en plus de notre alimentation et tout ça.

Mathieu Vénisse : Tu aurais une autre astuce ?

Alexandre Cukovic : Une autre astuce qui est toujours démontrée, je dirais par exemple apporter une part d’oméga 3, je sais que ça va te plaire ça, dans notre alimentation, ça c’est prouvé et démontré. Donc oméga 3, si on décline un peu plus loin, les bonnes graisses ! Et les bonnes graisses sont nécessaires pour notre santé globale et pour notre perte de poids puisque, petit aparté, tout ce qui est bon pour la perte de poids l’est également pour la santé. Donc, apporter une part d’oméga 3, consommer des sardines, du macro, saumon ou des gélules oméga 3, huiles de noix plus particulièrement.

Mathieu Vénisse : Moi ce que j’ai choisi de faire c’est de me complémenter pour avoir mon total d’oméga 3 et même plus tous les jours, et en plus dans chacun de mes plats je mélange des huiles en fait. Et ce qui est incroyable, je vais te poser la question parce que moi j’ai fait des tests et ça fonctionne sur moi, en tout cas j’en ai l’impression, mais je ne suis pas expert non plus et j’aimerais que tu me confirmes ça. Je pense que toutes les personnes qui se mettent au régime se disent je veux perdre du gras, donc j’enlève les graisses, donc je ne mets plus d’huile, d’ailleurs je fais une petite dédicace à ma maman, à qui j’ai réappris ce truc-là et lui expliquait pourquoi elle stagnait, moi je m’intéresse énormément à la nutrition aussi.

Alexandre Cukovic : Petite parenthèse justement, ce que j’ai fait aussi, c’est supprimer toutes les graisses corporelles, j’avais oublié, tous les lipides plutôt.

Mathieu Vénisse : Donc je pense que la plupart des gens essayent d’enlever tout ce qui est gras et donc notamment les huiles parce que quand on verse de l’huile, c’est que de la graisse. Et on se dit « si je veux perdre de la graisse, il faut que je ne mange pas de graisse », intuitivement c’est ultra logique. Pareil, je suis passé par ce truc-là et je me suis rendu compte que quand je faisais ça, mon système hormonal pétait totalement, on remarque ça, parce que je perdais un peu plus mes cheveux en fait. Après je me suis rendu compte que plus je mangeais de gras, plus je perdais du poids, bien sûr je contrôlais les calories et par contre ce qu’il fallait diminuer, confirme-moi si je ne me plante pas, c’était tout ce qui était sucre lent, les glucides, en gros le riz, les pâtes, les trucs comme ça. C’était le sucre qui faisait grossir et pas le gras, alors est-ce que j’ai vrai ou est-ce que j’ai faux ? Est-ce que j’ai un peu vrai ou j’ai un peu faux ?

Alexandre Cukovic : Tes dans le vrai, il ne faut pas confondre graisse alimentaire, donc les lipides, et graisse corporelle, les deux, on les appelle graisse, mais ce n’est pas lié, ce n’est pas parce qu’on prend des graisses alimentaires, huile par exemple, que ça va produire des graisses corporelles.

Mathieu Vénisse : C’est incroyable ça, pourquoi est-ce qu’on a mis le même mot ?

Alexandre Cukovic : Même mot, et du coup on a tendance alors qu’il n’y a pas de relation forcément, mis à part que certes, les graisses alimentaires, lipides, sont caloriques, mais sinon il n’y a pas de relation comme ça nécessairement direct.

Mathieu Vénisse : Un lipide c’est 9 calories, une protéine c’est 4, glucide c’est 4. Donc c’est vrai que 1 g de lipide est deux fois plus calorique que 1 g de protéine, mais après toutes proportions gardées, quand vous mettez une cuillère d’huile d’olive dans votre assiette, ça fait 6-7 g je crois. En comparaison des restes d’aliments même si les aliments ne sont pas 100 %, on ne va pas rentrer dans les détails, mais je veux dire que ça reste très peu en calorie, par contre en équilibre hormonal c’est intéressant. Qu’est-ce qui fait grossir ?

Alexandre Cukovic : Tu parlais du sucre justement, alors tout ce qui est riz, pâte, on doit en consommer quand même, on doit apporter des glucides dans notre alimentation, surtout si on a une activité physique, c’est très important justement pour booster nos hormones sinon pareil, on tombe au plus bas et après on a tendance à stagner. Il faut en apporter, mais après, bien sûr éviter tout ce qui est sucre alimentaire en tout genre, tous les sucres rapides, des fois qui sont cachés dans les aliments et bien sûr le sucre blanc qu’on connait.

Mathieu Vénisse : Alors quand tu dis « cachés », tu parles des aliments transformés ?

Alexandre Cukovic : C’est ça.

Mathieu Vénisse : Parce qu’après une betterave est sucrée, mais en soi, ce n’est pas le même sucre.

Alexandre Cukovic : Exactement, les fruits, ce n’est pas le même sucre et dans les fruits, il y a également plein de nutriments essentiels, il y a des fibres alimentaires donc c’est totalement différent que du sucre blanc.

Mathieu Vénisse : Pareil, pour avoir parlé avec plein de gens qui faisaient des régimes, pour avoir fait des erreurs, les gens me disaient : « Bah oui, mais une figue ou du raisin », tu sais, les aliments sucrés qui sont plus sucrés que les autres, c’est sucré donc je ne mange pas, et qui derrière vont manger, c’est un exemple à la con en plus c’est un produit laitier, un yaourt, ils vont mettre du sucre dedans, parce que vu qu’un yaourt, ça va faire grossir, « bah je ne vais pas le manger sans sucre ». Tu vois, il y a une espèce de raisonnement un peu bizarre, qui est dans les habitudes alimentaires, donc les gens surtout ne vont plus manger d’huile parce que c’est du gras, et rajouter du sucre dans un yaourt, et ne pas manger de fruits parce que le raisin, ça fait grossir et on arrive à des trucs un peu chelous.

Alexandre Cukovic : Ouais, on arrive à plein de choses et ça se propage des fois et on a une mauvaise info, l’autre fait pareil et il y a plein de conneries qui traînent à droite à gauche. Et je voulais rajouter quelque chose pour les personnes qui regardent, justement je parlais des omégas 3, même si aujourd’hui vous ne voulez pas perdre du poids, les omégas 3 pour moi c’est vraiment un must à avoir sous forme de supplément alimentaire, ou peut-être manger des sardines de manière régulière, mais c’est vraiment quelque chose, moi j’ai toujours des petites capsules d’omégas 3 dans le frigo, puisque c’est quelque chose de fondamental pour la santé, c’est ce qui nous manque drastiquement, donc invistessez et ça ne sera que bénéfique pour tout point de vue.

Mathieu Vénisse : En termes de complément alimentaire, ce n’est pas si cher, ça relative toutes proportions gardées, moi je paye 60 € tous les 6 mois, ça fait 10 € par mois. Pour moi, je prends ça et vitamine D aussi, je ne sais pas si tu prends de la vitamine D, toi, mais…

Alexandre Cukovic : J’en prends par moment, surtout en hiver !

Mathieu Vénisse : On est en hiver quand on fait cette vidéo bien sûr. OK donc pour le régime, je pense que les gens qui veulent perdre du poids, vous pouvez revoir cette interview, il y a vraiment plein de clés qui, ce n’est pas des trucs compliqués en apparence, c’est vraiment très simple, mais je pense que c’est ces petites choses qui vont faire la différence plus que des espèces de protocoles ultra-compliqués, comme pour avoir des régimes, tout est millimétré, tout est cadré, etc. Finalement, pour l’avoir fait, perdre du poids ce n’est pas si compliqué, ce n’est même pas du tout compliqué, parce qu’en fat, c’est manger normalement, on est tellement déformé que…

Alexandre Cukovic : C’est juste comprendre certains types de bases et c’est tout.

Mathieu Vénisse : Maintenant pour la suite de l’interview, j’aimerais qu’on bascule un peu, j’ai vu qu’il y avait en toi cette valeur de dépassement de soi toujours, on l’a vu dans les régimes, on l’a vu quand tu étais modèle photo où tu es arrivé à un niveau professionnel et tu es aussi entrepreneur, tu as créé en 2011, moi j’ai commencé en février 2012, c’était là qu’on s’était rencontré, j’avais fait Penser & Agir, toi tu avais fait Etre un Homme, qui était un blog de développement personnel, qui aujourd’hui est encore alimenté ou plus trop ?

Alexandre Cukovic : Il n’est plus trop alimenté, il est toujours existant, mais plus alimenter ouais.

Selon toi y a-t-il un parallèle entre le sport et l’entrepreneuriat ?

Mathieu Vénisse : Donc Etre un Homme, qui était à l’époque l’un des concurrents principaux de Penser & Agir, je dis concurrent, mais c’est juste les sites qui faisaient pas mal d’audience, on était dans ceux qui faisaient le plus d’audience avec d’autres, Vie Explosive et tout ça, qui existe encore d’ailleurs. Et puis maintenant, Penser & Agir, ça a un peu décollé, et toi tu t’es donc réorienté sur la perte de poids, mais tu es toujours entrepreneur. Est-ce que dans le sport, la nutrition est plus largement le dépassement de soi, tu arrives à trouver des schémas psychologiques que tu peux adapter à l’entrepreneuriat pour réussir ? C’est-à-dire est-ce que tu as des modèles de raisonnement, des réflexes qui font qu’aujourd’hui ton entreprise fonctionne grâce à toutes ces 10 années d’échec et de réussite ?

Alexandre Cukovic : Ouais, déjà, comme tu as mentionné, le dépassement de soi, aller chercher toujours la petite chose alimentaire qui fait que déjà, le plus important c’est qu’à la fin de la journée, c’est que je sois fier de moi.

Mathieu Vénisse : Tu raisonnes en jour c’est ça ?

Alexandre Cukovic : Alors je raisonne en jour, ça dépend on parle de quoi, mais j’essaye de prendre chaque journée à part entière et faire en sorte que dans cette journée je sois fier de moi, je suis allé un peu plus loin que ce que je voulais, et voilà, je finis bien ma journée avec plein de gratitudes.

Mathieu Vénisse : Être fier de soi, c’est quoi ? Ca veut dire, je ne sais pas, j’ai fait au moins un truc, j’ai atteins l’objectif que je m’étais fixé, je l’ai dépassé, je suis arrivé en dessus, c’est quoi ?

Alexandre Cukovic : C’est une bonne question, être fier de soi, en fait la veille pour le lendemain, je note que je vais faire le lendemain, dans ma tâche d’entrepreneur.

Mathieu Vénisse : Tu notes ta journée idéale alors ?

Alexandre Cukovic : Je ne note pas ma journée idéale, mais ce que je souhaite accomplir le lendemain. Je sais le temps que je vais avoir, voilà, 2-tu vas faire ça, 3 -, c’est classé par priorité et être fier à la fin de ma journée, ça va être de dire « aujourd’hui, je devais faire l’interview avec Mathieu, c’est fait, ça s’est bien passé, j’ai transmis ce que je voulais, je voulais mettre en place ceci, ça a été fait, à la fin de ma journée, tout ce que je voulais faire c’est bon », c’est ça.

Mathieu Vénisse : Anh d’accord, donc c’est tout faire ?

Alexandre Cukovic : C’est tout faire tout ce que je me suis dit de faire, pas en me donnant trop de tâches non plus, en donnant juste ce qu’il faut.

Mathieu Vénisse : C’est marrant, on n’est pas pareil là-dessus et sur Penser & Agir, tout part des valeurs. Et je dis qu’il y a 3 valeurs fondamentales : la liberté, dépassement de soi et après la contribution, toi j’ai l’impression que tu as le dépassement de soi en 1er, après peut-être la liberté et peut-être la contribution. J’ai l’impression qu’on est un peu pareil tu vois, mais un peu différent, enfin dans l’agencement, du coup moi, puisque j’ai la même chose sur la fierté, mais je me dis « il faut au moins que j’aie fait un truc », après je les classe en degré d’importance, il faut au moins le truc le plus important soit fait, mais après ce n’est pas grave si je n’ai pas fait le reste parce que je suis libre de mon temps. Et toi, j’ai l’impression que c’est « il faut absolument que j’ai fait tout ce que je voulais, je n’en mets pas trop », moi j’ai tendance à en mettre trop, parce que je veux me dépasser et faire tout ce que j’ai fait, et même un peu plus, et là je suis content.

Alexandre Cukovic : Ouais, je vois, c’est vrai qu’on est un peu différent puisque moi je raisonne plus en termes de performance, ce qui me draine au quotidien, c’est la performance, peu importe quel domaine, j’ai fait ce que je devais faire, un peu plus même, et c’est parfait !

Mathieu Vénisse : Ça met en lien que, bon aujourd’hui tu as une audience, toi c’est plus sur YouTube, moi c’est plus sur Google du coup et puis mon blog, on est tous les 2 des sites qui marchent extrêmement bien, mais on n’a pas la même valeur fondamentale derrière et on ne définit pas la fierté « je suis fier de moi » de la même manière, je trouve ça assez marrant. Et j’encourage quand on lit dans un livre de développement personnel, il faut être fier de soi ou autre, de comprendre ce que c’est qu’être fier de soi pour soi en fait. Il y a d’autres gens qui vont avoir d’autres valeurs et ça ne va pas s’incarner pareil. Tu dis « moi, ce qui compte pour moi, c’est la performance », comment est-ce que tu fais pour être un peu plus performant au jour le jour ? Comment tu ne perds pas ta motivation ? Moi des fois, je perds ma motivation, la plupart des gens perdent leurs motivations rapidement, comment toi tu ne la perds pas ?

Alexandre Cukovic : C’est encore une bonne question ! Je pense que ça passe par le fameux pourquoi ? Ce qui nous draine, ce qui nous motive.

Mathieu Vénisse : Le pourquoi c’est l’idée qui est plus grande que soi, pourquoi est-ce qu’on fait les choses ?

Alexandre Cukovic : Oui c’est ça, exactement, la vision, et qu’on a un pourquoi qui est au-delà de nous-mêmes, qui s’étalent puisque généralement pour nous, on s’en fout un peu généralement, et si c’est au-delà de nous, là, il y a une motivation plus grande qui est drainée, et c’est ce qui me motive à me lever, à faire les choses et voilà, tenir ma motivation au quotidien au fur et à mesure.

Et maintenant, comment vois-tu le futur ?

Mathieu Vénisse : Alors, excellente réponse, j’ai mis du temps à comprendre ça, personnellement, parce qu’avant je le faisais pour moi, au début je voulais gagner de l’argent, être hors du système, etc. C’est au moment où j’ai compris que je le faisais pour certaines raisons qui étaient plus grandes que moi et quelque chose que je voulais insuffler qui était : « Les gens, vous n’êtes pas obligés de faire ce qu’on a prévu pour vous, vous pouvez être libre ». Ca, c’est mon truc, que ça a commencé à marcher en fait derrière. Donc du coup, j’ai 2 questions, quel est ton pourquoi ? Comment on trouve son pourquoi, pour les autres ? Et comment tu as fait pour le trouver ?

Alexandre Cukovic : OK, mon pourquoi, en fait je pense que le pourquoi déjà, c’est identifiable comme un diamant qu’on taille en fait, au fur et à mesure, on l’a, on l’identifie un peu, mais en fait, au fur et à mesure des années et de notre évolution personnelle aussi, notre chemin de vie en fait, on le taille de plus en plus précisément.

Mathieu Vénisse : D’accord, c’est génial comme vision. Non, mais parce que tous les gens se disent « je n’ai pas trouvé mon pourquoi, est-ce que si je démarre tout de suite, ça ne va pas être le bon, alors comment je vais faire et tout ? » et moi je leur dis, mais « lâchez prise ! Il n’y a pas de réponse parfaite, ça ne suit pas trop les cadres et tout ». Encore, hier, je répondais à un client qui est donc dans la formation une des formations qui s’appelle Les Secrets de la Réussite, dans le modula on définit pourquoi, et me dit « je ne suis pas sur de moi sur les valeurs, des fois c’est celle-là », je fais « T’inquiètes, tu as le droit de revenir sur le truc dans 2 mois, dans 3 mois, etc. ». C’est génial, je ne savais pas cette image de diamant qu’on taille, je la garde. Donc, super vision, et je te laisse continuer.

Alexandre Cukovic : Alors, déjà quel est mon pourquoi ? C’est le fait déjà d’inspirer les autres, donc moi j’ai utilisé le canal un peu de la perte poids, inspirer physiquement par mon alimentation au quotidien, donc inspirer les gens pour les aider eux-mêmes à se changer, se transformer que ce soit mentalement, physiquement, ça, c’est quelque chose qui me parle beaucoup et qui impact déjà mon entourage à moi.

Mathieu Vénisse : Tu avais des personnes qui étaient mal leurs peaux ?

Alexandre Cukovic : Qui n’étaient pas en surpoids, mais ça, enfin je le sais et je le constate, c’est que la transformation et le changement des autres, ils passent par moi, si je veux voir le changement de quelqu’un, de ma campagne ou quelque chose, ça passe par moi donc je dos être l’exemple en quelque sorte sans mettre tout le monde sur mes épaules non plus, mais voilà, être vraiment le changement que je vois autour de moi pour pouvoir inspirer des gens, et au-delà de ça même si aujourd’hui je n’ai pas mes enfants encore, mais je les vois déjà, c’est pouvoir les inspirer, pouvoir les aider donc c’est les 2 choses qui me drainent principalement.

Mathieu Vénisse : Comme disait un mannequin, c’est la legaci, je crois ? C’est ce qu’on lègue dans le futur, c’est très masculin comme façon de penser, ce qu’on laisse dans ces gênes et dans sa pensée, physiquement et mentalement en fait. Et alors, tu n’es pas obligé de savoir, je parle d’un principe qui s’appelle la conscientisation, c’est-à-dire qu’il y a des gens qui savent comment ils ont trouvé les choses et d’autres qui ne savent pas forcément comment ils ont trouvé les choses ? Mon boulot c’est d’essayer de trouver les méthodes pour savoir, mais est-ce que tu sais, ou tu as suivi une formation ou autre, un exercice je ne sais pas, qui t’a permis d’identifier que toi ce qui te faisait vibrer c’était d’impacter les autres dans la transformation mentale, physique et les inspirer ? Comment c’est arrivé ce mot « je veux inspirer les gens » ?

Alexandre Cukovic : C’est pareil, je pense que ça se découvre au fur et à mesure du temps, moi, c’est ce que j’ai identifié aujourd’hui, au moment où on fait cette interview, c’est ce que moi je pense, ce qui me draine, et je pense que ça définit petit à petit, et c’est de plus en plus précis, moi c’est ce qui me parle aujourd’hui, peut-être que demain ça sera autre chose, peut-être que ça sera plus grand à l’échelle planétaire peut-être, d’autres causes, mais pour l’instant voilà, c’est ce qui me parle.

Mathieu Vénisse : C’est déjà l’échelle planétaire parce que c’est de la francophonie, il y a Canada, la Suisse, c’est logique. Donc c’est dans l’action, il n’y a pas de méthode magique.

Alexandre Cukovic : Alors il n’y a pas de méthode mais oui…

Mathieu Vénisse : Non, mais j’ai des méthodes, mais je ne veux pas que tu dises ce que j’ai, je veux vraiment creuser, les gens qui suivent mes interviews connaissent et savent que j’emmerde tout le temps les gens pour creuser un peu plus à chaque fois.

Alexandre Cukovic : Je vois ce que tu veux dire, alors oui, ces réflexions, je les ai justement en passant à l’action, et en m’écoutant, en posant sur papier des fois mes réflexions.

Mathieu Vénisse : Ah, l’écriture !

Alexandre Cukovic : Oui l’écriture, j’ai mon petit carnet et certaines choses et j’écris, j’ai différents carnets.

Mathieu Vénisse : Tu écris tous les jours ?

Alexandre Cukovic : Oui, tous les jours on va dire, alors je n’écris pas toute ma vie, j’écris juste certains éléments qui me font du bien pour être dans la gratitude au quotidien, mais après oui, j’écris de manière régulière sur la rétrospection, pour savoir où je veux aller, qu’est-ce qui me draine ?

Mathieu Vénisse : Retrospection ou Introspection ? Rétrospection c’est qu’est-ce que j’ai fait avant, introspection c’est qu’est-ce que j’ai à l’intérieur.

Alexandre Cukovic : Instrospection.

Mathieu Vénisse : Instrospection, d’accord, il y a eu un lapsus.

Alexandre Cukovic : Introspection sur moi-même, donc je le fais de manière régulière et surtout quand des fois il y a des coups de mou, puisque ça arrive comme tout le monde, mais aussi pour éviter les coups de mou, ça aide de faire de manière régulière.

Mathieu Vénisse : D’accord, donc en fait, c’est super intéressant ça, c’est-à-dire, c’est ce que je dis, pour être motivé à long terme, il faut apprendre à gérer sa baisse de motivation, ça ne sert à rien de se dire : « Je n’en aurai jamais », parce qu’on en a tout le temps. Et ce qui est super intéressant avec ton exercice de l’écriture, que je ne fais pas d’ailleurs, du coup c’est super intéressant, c’est qu’en te forçant à le faire régulièrement, tu dis que tu vas freiner les baisses de motivation parce que ça permet de t’introspecter, peut-être de démontrer un peu le problème s’il arrive…

Alexandre Cukovic : En fait, c’est toujours un peu dans l’alignée performance tu vois, performance idéalement, j’aimerais que 365 jours dans l’année, je suis au top niveau, que je me sente bien, que je puisse partager ce que j’ai envie et dans cette idée de performance toujours, j’anticipe au lieu d’attendre que je sois mal pour faire quelque chose, j’anticipe, j’ai mon petit carnet de gratitude, je fais une introspection de manière régulière et tout ce genre de chose pour que quand il y a un coup de mou, ça arrive, ok, mais ça arrive, au lieu que ça traîne 3 jours, ça arrive 10 min et après je suis bien.

Mathieu Vénisse : Ouais c’est par exemple, tu te dis, je ne sais pas moi, un truc d’entrepreneur qui m’est arrivé moi par exemple, c’était « ah ce mois-ci j’ai fait 2 000 € » ou… enfin, je n’ai pas fait ce que je voulais, et j’ai fait, je ne sais pas, 2 000 € de moins de chiffres d’affaires que je voulais, je suis de mauvaise humeur. Et en fait, si la veille, ou le mois d’avant, j’avais écrit, ce mois-ci j’ai fait 6 fois plus de chiffres d’affaires que le même mois l’année dernière, en fait les 2 000 € par exemple, c’est un chiffre vraiment je l’ai pris au hasard, mais cela paraitrait vraiment minime en comparaison du chiffre d’affaires, même s’il est inférieur au mois d’avant et peut-être 6 fois supérieur ou… Là, ça ne marche pas parce que 2 000 et 6 fois supérieur, ça veut dire qu’il y a un chiffre d’affaires à 300 balles ou je ne sais pas, mais bon… Du coup l’idée, c’est de se rappeler ce qu’on a fait en l’écrivant dans un carnet en le marquant.

Alexandre Cukovic : Ouais, et ce que tu dis tu vois, c’est très bien, c’est de la mise ne perspective c’est-à-dire que je regarde les choses sous un autre ongle de manière différente ou de manière plus haute, dézoomer sur les situations.

Mathieu Vénisse : Peut-être me mettre à écrire un peu, mais en effet, je ne sais pas… De toute façon, à chaque fois que j’interviewe quelqu’un, j’apprends plein de trucs.

Alexandre Cukovic : Mais tu vois, le fait d’écrire, je ne me suis pas mis il y a longtemps tu vois, c’est quelque chose que j’ai découvert, ça date peut-être 1 an, un peu plus.

Mathieu Vénisse : 1 an c’est déjà assez long pour pouvoir en parler, à partir de 3-4 mois déjà, c’est assez long. Juste encore je creuse ça, parce que du coup ça m’intéresse, ça va sans doute intéresser les gens aussi, tu as un protocole ? Qu’est-ce que tu écris en 1er ou t’écris juste en laissant filer ?

Alexandre Cukovic : Alors pour ce que je fais au quotidien, ce que j’écris, déjà j’écris 3 moments de gratitude de la veille.

Mathieu Vénisse : 3 choses que j’ai aimées hier.

Alexandre Cukovic : Ouais, c’est généralement des choses simples, j’ai bien mangé, ou j’ai vu un super bon film.

Mathieu Vénisse : Même si tu as passé la journée la plus pourrie de ta vie, tu essaies quand même de trouver 3 trucs.

Alexandre Cukovic : C’est ça, il y a 3 choses quand même, qui se sont bien passées, ça, c’est une 1re chose, après j’essaie d’identifier une personne ou un élément, ou quelque chose qui m’a été utile, un outil pour lequel je peux avoir de la gratitude qui m’a servi dans ma vie. Par exemple si je repars sur le début de l’interview, cette personne, ce leader en mlm, c’est celui que j’ai noté, cette personne m’a aidé dans ma vie, ou je ne sais pas cet outil…

Mathieu Vénisse : Enfin ce n’est pas un de la veille, c’est juste se rappeler de quelqu’un sur le chemin.

Alexandre Cukovic : Voilà, se rappeler de quelque chose ou de quelqu’un qui nous a aidés sur notre chemin. Il y a cette chose que je note, s’il y a une leçon que j’ai appris la veille qui peut me servir pour toute ma vie, ça je le note, je réfléchis, des fois il n’y a rien, s’il y a quelque chose, je le note. Écoute, il y a dernier élément, mais je ne m’en souviendrais pas, je ne sais plus c’est quoi.

Mathieu Vénisse : D’accord, et est-ce que tu le relis de temps en temps ce carnet ou tu écris juste ?

Alexandre Cukovic : Alors, ouais justement c’est une bonne question, je viens de finir mon carnet là, et en même temps, il est plein d’infos là, ce que je planifie c’est que je vais reprendre du début, et je vais noter les choses que je peux utiliser peut-être au quotidien, ou les choses que je peux noter dans mon evernote, outil que doivent peut-être utiliser les entrepreneurs qui nous écoutent là, que je peux noter et que je peux rajouter également dans certains fichiers qui m’aident.

Mathieu Vénisse : Ah d’accord, tu pourrais carrément écrire un roman de ton année.

Alexandre Cukovic : Ouais, je pense ouais.

Mathieu Vénisse : Super, écoute, on a couvert toutes les questions que j’avais, on a vu tout ce qui était nutrition, la grosse partie psychologie, le rapport entre le dépassement de soi et l’entrepreneuriat, merci !

Alexandre Cukovic : Merci à toi !

Mathieu Vénisse : Gratitude comme tu dis, je pourrais l’écrire dans mon carnet, merci d’avoir répondu à toutes ces questions-là, est-ce que tu veux ajouter quelque chose ? Est-ce que tu veux expliquer aux gens qui regardent cette interview où on te retrouve ? Même s’il y a le cite comme on peut voir ici AlCukovic.com qui est ton site web. Est-ce qu’il y a d’autres choses que tu veux ajouter ?

Alexandre Cukovic : J’aimerais bien ajouter à ceux qui nous regardent, c’est ce que je dis à chacune de mes vidéos, mais de ne rien lâcher dans ce qu’on fait, parce qu’encore une fois, il existe des solutions, des manières de procéder, il y a des gens autour de nous qui sont là pour nous aider et il y a juste à faire un pas et généralement, on trouve quelqu’un donc ne rien lâcher dans ce qu’on fait, dans ce qu’on entreprend, il y a des solutions et si les personnes veulent me retrouver, il y a le site juste en dessous.

Mathieu Vénisse : Oui, je mets les liens dans la description, toute façon, il est écrit pendant toute l’interview donc vous tapez ça dans votre barre d’adresse, vous cherchez Al Cukovic ou Alexandre Cukovic, c’est ton nom, et vous allez trouver directement ce site et voilà ! Écoute, merci beaucoup, pour toutes les personnes, on va faire les petits appels à l’action de base de YouTube, avec mes supers effets qui vont arriver sur ma tête juste ici, donc si vous avez apprécié cette interview, il n’y en a pas mal déjà publié sur la chaîne et puis il y en a d’autres qui vont arriver, notamment avec un ami commun, Stan Leloup, Marketing Mania, qui est pareil, une personnalité super inspirante et qui cartonne sur YouTube donc qui arrivera en janvier 2019, donc pensez à vous abonner, ça se met pile-poil sur ma tête. Si vous êtes déjà abonné, mais que vous avez quand même apprécié cette interview, et mettez un petit pouce en l’air, ça ne prend juste qu’un clic pour vous, ça fait remonter les vidéos dans les résultats de YouTube, ça aide la chaîne à grandir. Si vous avez des questions, n’hésitez à mettre un petit commentaire sous cette vidéo, s’il y a des questions pour Al, je lui transmettrais, si vous avez des questions pour moi, n’hésitez pas à les poser, si vous voulez juste dire merci, bref… Si vous voulez dire quelque chose, si vous n’êtes pas d’accord et de dire qu’on est absolument nul, et bah dites-le aussi, parce que finalement, que ce soit bon ou mauvais, ça fait des commentaires et YouTube est content. Je vais vous donner une clé quand vous mettez un commentaire, si c’est négatif, ou même positif d’ailleurs, employer le mot « parce que », généralement, quand on emploie le mot « parce que », on arrête de l’écrire parce qu’on va dire de la merde quoi. C’est vrai, un mec qui va dire « toute façon, tu n’es qu’un sale pédé », tu vois, bah si tu rajoutes « parce que » derrière…

Alexandre Cukovic : Ouais, on a du mal à trouver.

Mathieu Vénisse : « Parce que si, tu as une queue de cheval », ah ouais d’accord, ça je peux l’écrire. Voilà, on s’arrête sur ce petit éclat de rire, j’espère que ça vous a plu, il y a plein de conseils pour toutes les personnes qui veulent perdre du poids, franchement, il y a plein de conseils dans cette interview, donc revoyez-là, retrouvez les petits conseils un par un, si vous voulez aller plus loin avec Al, allez sur son site, découvrez le système neuro-nutritif, c’est bien comme ça que ça s’appelle, vous allez mêler psychologie et nutrition, moi je suis convaincu que ça fonctionne, parce que je le connais depuis des années, et vous avez vu les photos, ce n’est pas des photos truquées, c’est naturel, ça fonctionne, je vous le dis parce que je le connais. Donc, allez voir ça, il y a aussi un blog, il y a plein d’articles, donc on peut apprendre plein de choses, YouTube, on te verra, vous pourrez creuser dans les vidéos, suivant les sujets qui vous intéressent et tout. J’espère que ça vous a plu et moi je vous donne rendez-vous dans la prochaine vidéo. Ciao !

Alexandre Cukovic : Ciao !

0

About the Author:

Ingénieur de formation, Mathieu Vénisse décide, en février 2012, de changer de vie. Il crée Penser-et-Agir.fr, le site sur lequel il développe son approche innovante du développement personnel baptisée "Le développement personnel par l'Action".Aujourd'hui, Penser et Agir est reconnu comme étant le blog leader sur la thématique du changement de vie avec plus de 400 000 visiteurs par mois, plus de 60 000 abonnés à la newsletter et plus de 3 000 personnes qui ont déjà fait confiance à Mathieu et suivi ses formations en ligne.Vous souhaitez aller plus loin ? Découvrez le livre, les formations vidéo en ligne et les séances audio d'auto-hypnose amplifiée« Parce qu'un seul choix peut tout changer... » - Mathieu Vénisse

Add a Comment