Comprendre la dépression post partum pour mieux la gérer

Après les 9 mois de la grossesse, certaines femmes s’imaginent qu’elles pourront enfin retrouver une vie normale, et donner à leur bébé tout l’amour dont il a besoin. Seulement, tout ne se passe pas toujours comme prévu. La période post partum peut être très difficile à vivre psychologiquement pour la mère. Comment distinguer une dépression post partum des autres types de dépressions ? Comment la prévenir, et enfin, comment y faire face ? Toutes les réponses dans cet article.

Baby blue et dépression post natale quelle différence ?

Les dépressions après accouchement chez la femme sont de deux sortes. Mais, la plupart des personnes n’en ont pas conscience.

Le baby blue est une sorte de dépression qui survient quelques jours après l’accouchement. Dans la majorité des cas, trois jours après. Selon les spécialistes, toutes les femmes doivent passer par cette phase de déprime après l’accouchement. En fait, ce n’est rien d’autre que la manifestation physique des changements hormonaux qui surviennent après la naissance du bébé. En effet, après l’accouchement on assiste à la chute brutale des hormones de grossesse, et une montée tout aussi brutale des taux d’ocytocine et de prolactine dans le sang. De plus, la nouvelle maman doit subir ce sentiment d’inconfort lié aux saignements, douleurs ou encore à la cicatrisation si elle à subit une césarienne. Tous ces facteurs combinés ont une influence non négligeable sur le moral de la nouvelle maman. Ça peut conduire à une déprime de quelques jours qui se transformera peut-être à une dépression post partum.

Mis à part ces facteurs cités, une mère qui a déjà subi une maladie psychologique avant ou pendant sa grossesse est prédisposée à la déprime post natale. Le baby blue est une dépression qui dure entre 15 heures et 15 jours. Dépassé ce délai, le problème est plus important et on doit le prendre au sérieux. En effet, après cette phase, la nouvelle maman doit pouvoir retrouver sa stabilité psychologique et émotionnelle et s’occuper de son bébé. Mais, lorsque le mal-être persiste dans le temps, on parle de dépression post natale. Selon l’Institut de Recherche en Santé, Environnement et Travail (l’Irset), cette maladie touche plus d’une femme sur dix. Selon la personnalité de la personne qui la subit, les symptômes et les conséquences de la maladie peuvent être graves, et même entacher le bien-être du nouveau-né.

Les symptômes et manifestations de la dépression post partum

La dépression post natale peut être la continuité d’un baby blue ou apparaitre deux à huit semaines après l’accouchement. En général, elle se manifeste par des symptômes de dépression et d’anxiété. La nouvelle mère n’arrive pas à dormir alors qu’elle est constamment fatiguée. Le rythme psychomoteur est ralenti, elle ne prête plus attention à son bébé et à elle-même. Parfois, elle peut oublier l’heure à laquelle le bébé doit prendre son lait ou changer sa couche. Elle est très émotive et ressent une envie permanente de pleurer, une absence de joie et un sentiment de malheur. Tous ces facteurs amènent la nouvelle maman à s’isoler par crainte de faire du mal à son bébé. Dans les cas les plus graves de dépression post partum, la nouvelle maman peut avoir des envies suicidaires. Les mettre à exécution ne prendra pas de temps si elle n’est pas prise en charge rapidement.

Cette dépression est liée d’une part aux facteurs physiologiques de la période d’accouchement, mais aussi à ceux psychologiques et à l’épuisement dû à l’entretien du bébé. Mais, savez-vous que la dépression après accouchement ne concerne pas que les nouvelles mères ? Les nouveaux pères peuvent en être atteints aussi. Dans le cas des pères, cela est dû à l’épuisement. Après l’accouchement, certains hommes se proposent de s’occuper du bébé et des autres tâches afin de laisser la mère se reposer et récupérer. Du coup, le père se retrouve être la victime de la dépression post partum.

Prévenir ou guérir les dépressions après accouchement : comment s’y prendre ?

Afin de garantir une période post natale agréable et pas trop stressante, il est possible de prévenir la déprime. En premier lieu, vous devez demander de l’aide à vos proches ou parents. Certaines personnes se refusent de demander de l’aide parce qu’elles ne veulent pas voir des mains étrangères toucher le nouveau-né. Mais croyez-moi, il en va de votre bien. Vous pouvez appeler votre maman, votre sœur, une amie ou même une ménagère afin qu’elle vous aide dans les tâches ménagères. Ainsi, vous aurez le temps de vous reposer et de récupérer du stress de l’accouchement. Si vous ne désirez pas une présence extérieure, vous pouvez vous organiser avec votre époux et jouer à un jeu de rotation. Quand il s’occupe de l’enfant, vous faites le ménage et vice-versa. La nuit, vous pouvez effectuer des tours de garde pour veiller sur l’enfant. Ainsi, la dépression post partum vous fuira comme la peste.

Une fois que vous n’avez eu aucun de ces recours et que la maladie apparait, vous n’avez pas d’autres choix que de consulter. Le traitement se fera avec des anxiolytiques pour soulager les symptômes et un suivi psychologique pour un traitement radical. Pendant ce temps de traitement, la mère qu’elle le veuille ou non devra recourir à une aide extérieure pour prendre soin de son bébé. Bien qu’il s’agisse d’une maladie grave comme toutes les dépressions, elle peut se guérir et la mère s’en sort sans séquelle pour son bien-être et celui de son bébé.

En finir avec la dépression post partum, c’est ici et maintenant ! Quelles sont vos techniques pour prévenir cette forme de dépression ?

Le petit guide pratique de la confiance en soi : l'e-book gratuit

C'EST VOTRE PREMIÈRE VISITE ?

Téléchargez gratuitement mon Nouveau Livre "Le Petit Guide Pratique de la Confiance en Soi".
Soyez vous-même en toutes circonstances :
arrêtez de faire semblant !

0

À propos de l'auteur:

Ingénieur de formation, Mathieu Vénisse décide, en février 2012, de changer de vie. Il crée Penser-et-Agir.fr, le site sur lequel il développe son approche innovante du développement personnel baptisée "Le développement personnel par l'Action". Aujourd'hui, Penser et Agir est reconnu comme étant le blog leader sur la thématique du développement personnel avec plus de 200 000 visiteurs par mois, plus de 50 000 abonnés à la newsletter et plus de 2 000 personnes qui ont déjà fait confiance à Mathieu et suivi ses formations en ligne. Convaincu qu'un seul choix peut tout changer, il accompagne ses clients à réaliser leurs rêves et à concrétiser leurs projets de vie quels qu'ils soient. Vous souhaitez aller plus loin ? Découvrez les formations en ligne ainsi que les séances audio d'auto-hypnose

Les personnes qui ont lu cet article vous recommandent ceux-là :

Ajouter un commentaire


Téléchargez gratuitement "Le Petit Guide Pratique de la Confiance en Soi"