Curiosité malsaine : quand la curiosité devient un danger !


La curiosité est un phénomène naturel qui se manifeste chez tous les hommes. C’est en partie grâce à elle que s’intensifie en chacun la soif de vivre des aventures, de découvrir de nouvelles choses. Cependant, il n’est pas rare d’entendre certaines personnes dire que la curiosité est un vilain défaut. On parle dans ce cas de curiosité malsaine. À partir de quand peut-on considérer la curiosité comme un vice ? C’est ce que nous allons découvrir ensemble dans ce billet.

Curiosité malsaine : de quoi parle-t-on ?

La curiosité est une soif de compréhension et de connaissance. Rien de plus légitime que de vouloir comprendre le monde dans lequel on vit, d’apprendre et d’explorer de nouvelles choses. Quoi de plus normal que de chercher à en savoir plus sur son environnement et de mieux connaître les personnes qui y vivent ?

Vu sous cet angle, il serait difficile d’attribuer un caractère péjoratif à la curiosité. Pour cause, la curiosité intellectuelle nous permet d’obtenir diverses ressources qui contribuent à un épanouissement sain. Quand est-ce que cette soif de connaissance devient alors nuisible ? Dès qu’elle devient intrusive, voire maladive.

La frontière entre la curiosité légitime et la curiosité malsaine est en effet très mince. Cette deuxième forme de curiosité est cette tendance à s’intéresser de très près aux sujets qui ne nous concernent pas. Comme quand on passe son temps à épier les voisins ou qu’on écoute derrière les portes. On pourrait ainsi l’assimiler à de l’indiscrétion. Ce type de comportement peut par ailleurs être révélateur de certaines difficultés qu’éprouve une personne dans son intégration en société.

Quelques causes de la curiosité maladive

La curiosité naît du fait que nous sentons des manques au niveau de notre connaissance même des choses. On veut donc savoir pour être plus à même d’intervenir sur certains sujets. La curiosité malsaine pour sa part, bien que soutenue par un désir de connaître, n’a pas le même but. Cette soif de connaissance est plutôt guidée par un désir de trouver quelque chose d’embêtant sur les autres.

Il peut s’agir d’un secret, du sujet d’une conversation, etc. une fois cette information obtenue, elle sert le plus souvent à atteindre l’autre pour obtenir une certaine jouissance. Ce qui n’est en réalité que l’expression d’un complexe que la personne indiscrète développe et d’une jalousie qu’elle éprouve. Il ne serait donc pas exagéré de penser à se faire accompagner si l’on en souffre. D’autant plus que les conséquences sont importantes.

Les conséquences d’une curiosité malsaine

La plupart des personnes qui sont trop indiscrètes font l’objet de rejet au sein de la société. On ne leur fait pas confiance. Elles sont donc de loin les dernières personnes auxquelles on pense quand il faut confier des responsabilités au sein d’une organisation qu’elle soit professionnelle ou non. Une personne qui ne sait pas s’occuper de ses affaires aura aussi des difficultés à faire valoir ses compétences. Justement parce qu’elle perd son temps à s’intéresser aux autres au lieu de s’appliquer à faire ce qu’elle doit faire.

Sur le plan professionnel, la curiosité malsaine pourrait donc être source d’improductivité puis de licenciement. Dans le meilleur des cas, il est possible de conserver son poste, sans pour autant connaître une progression dans sa carrière. Ce qui au final pourrait conduire à un bore out, une perte de confiance en soi et même une dépression nerveuse. Il est donc préférable de se fixer des limites, quelle que soit l’intensité de la soif de connaissance.

Les limites à ne pas franchir en matière de curiosité

Chercher à comprendre le fonctionnement du monde dans lequel nous vivons est une bonne chose en soi. Cela n’a rien à voir avec la curiosité malsaine. Travailler à approfondir sa connaissance dans les différents domaines se rattachant à la vie est donc à encourager. Mais lorsqu’il s’agit des rapports interpersonnels, il est préférable de se fixer certaines limites au risque de commettre des impaires. C’est bien là que, le dicton : « la curiosité est un vilain défaut » trouve tout son sens.

Il n’est bien sûr pas interdit de s’intéresser à la vie de ses parents, voisins, collègues et amis. Mais il faut dans la mesure du possible éviter de chercher les réponses aux questions qui pourrait fâcher ou gêner. Ne pas développer une curiosité malsaine suppose aussi que vous savez quand vous arrêtez au cours d’une discussion. Cela suppose aussi que vous savez à qui poser telle question pour obtenir la meilleure réponse à vos interrogations. Car enquêter sur quelqu’un à son insu n’est qu’une autre manière d’être indiscret et de participer aux commérages.

Curiosité malsaine : quelques conseils pour commencer le processus de changement

La curiosité est utile au développement de nos sociétés, puisqu’elle incite à faire diverses sortes d’innovations. Mais lorsqu’elle est mal orientée, elle peut devenir très nuisible. Il faut donc prendre les mesures idoines pour ne pas souffrir de curiosité malsaine. Ceci passera non seulement par la définition de limites à ne pas franchir, mais aussi le développement de ces capacités.

Ceci suppose qu’il faut apprendre à ne pas se mêler de la vie des autres, mais chercher plutôt à s’occuper de ses affaires. Vous réussirez ce faisant à gagner en compétences et pourrez vous révéler comme une source d’inspiration pour d’autres.

Une autre alternative consiste à se faire accompagner par un professionnel comme un psychologue. L’avantage ici, c’est que le professionnel saura exactement comment et quoi faire pour vous aider à changer. Vous allez donc progressivement à vous débarrasser de la curiosité malsaine.

Comme vous l’avez certainement compris, la curiosité n’a rien de mauvais. Elle ne le devient que lorsqu’elle est mal orientée. Mais il est bien possible de se sortir de l’impasse si on apprend à se connaître et à se faire soi-même confiance.

On apprend ce faisant à plus s’occuper de ses affaires et on s’épanouit davantage. Et quand bien même vous éprouveriez des difficultés à le faire, il est possible de se faire assister.

À vous de jouer !

Êtes-vous sujet à la curiosité malsaine ou en êtes-vous victime ? Le partage de vos expériences nous aidera sûrement à enrichir cet article. N’hésitez donc pas à le faire. N’hésitez pas à partager l’article s’il vous a plu.

0

About the Author:

Ingénieur de formation, Mathieu Vénisse décide, en février 2012, de changer de vie. Il crée Penser-et-Agir.fr, le site sur lequel il développe son approche innovante du développement personnel baptisée "Le développement personnel par l'Action".Aujourd'hui, Penser et Agir est reconnu comme étant le blog leader sur la thématique du changement de vie avec plus de 400 000 visiteurs par mois, plus de 60 000 abonnés à la newsletter et plus de 3 000 personnes qui ont déjà fait confiance à Mathieu et suivi ses formations en ligne.Vous souhaitez aller plus loin ? Découvrez le livre, les formations vidéo en ligne et les séances audio d'auto-hypnose amplifiée« Parce qu'un seul choix peut tout changer... » - Mathieu Vénisse

Add a Comment