Comment être à l’aise face à la caméra ? (Interview de Thomas Gasio)

Transcription textuelle :

Bienvenue dans l’épisode 23 de la série « Agir au Quotidien« , un conseil par jour pour avancer, progresser et réaliser vos rêves de vie. Comme vous le voyez sur cette vidéo, je ne suis pas tout seul. Je suis avec Thomas Gasio. Bienvenue Tomas.

Présentation de Thomas Gasio

Tomas : Bonjour à tous et merci de m’inviter.

Mathieu : Thomas Gasio est un expert en vidéo Youtube. Il tient le blog « Blog Marketing Vidéo« . Il aide les entrepreneurs à réussir avec la vidéo, et donc à réussir en ligne. Est-ce-que je ne me suis pas trompé en te présentant ?

Thomas : C’est parfait. Merci pour cette superbe présentation.

Mathieu : D’accord, super. Comme vous le voyez aujourd’hui, on est à Disneyland. On est dans le parc. Comment il s’appelle déjà ?

Thomas : C’est le Parc Studios.

Mathieu : C’est le parc dédié aux effets spéciaux et à la vidéo. Donc on est vraiment dans la thématique de cette mini-interview. On va aborder le thème « Comment être à l’aise dans une vidéo » ou « Comment être à l’aise aussi devant un public ». Parce qu’on va voir que les 3 astuces que tu vas nous donner s’appliquent dans plusieurs thématiques : comment être à l’aise dans une vidéodevant un public si vous avez besoin de parler en public, ou tout simplement dans une réunion de travail.

Le petit guide pratique de la confiance en soi : l'e-book gratuit

C'EST VOTRE PREMIÈRE VISITE ?

Téléchargez gratuitement mon Nouveau Livre "Le Petit Guide Pratique de la Confiance en Soi".
Soyez vous-même en toutes circonstances :
arrêtez de faire semblant !

Si vous êtes mal à l’aise quand vous parlez avec des gens, vous allez voir des techniques concrètes pour être à l’aise devant les gens.

Bonjour Thomas, est-ce-que tu peux nous donner ces 3 techniques-là ?

Première phase : la préparation

Thomas : Sans problème.

Alors plus que 3 techniques, il s’agit en fait de 3 phases à l’intérieur desquelles il y a plusieurs astuces.

La première phase qui est bien avant d’appuyer sur le bouton « Enregistrement » de la caméra : c’est la préparation. Ensuite, il y a ce qui se passe juste avant d’appuyer sur le bouton de la caméra, puis ce qui se passe quand la caméra est entrain de filmer ou pendant que vous êtes devant le public ou sur scène.

Bien avant (et là ça parait évident) c’est tout un travail de préparation. C’est évident qu’on n’arrive pas à l’improviste parce que si on arrive à l’improviste, on aura toutes les bonnes raisons pour être stressé et vraiment décomposé face à l’audience ou même face à sa caméra quand on est tout seul chez soi. On va tout simplement louper son enregistrement. Ça ne sera pas naturel, et tout va être raté et bon à refaire parce que ça ne sera pas suffisamment bien préparé à l’avance.

Mathieu : D’accord. Et c’est la même chose pour une réunion par exemple ?

Thomas : Oui, on prépare bien. L’idée est de préparer son sujet et d’être vraiment à l’aise avec les grandes étapes.

Par exemple, quand tu m’as dit « On est au Parc Studios, je vais t’interviewer sur comment être à l’aise face à la caméra », je me suis dit qu’il faut que j’arrive à te répondre d’une manière structurée. Ça m’a inspiré ces trois phases à l’intérieur desquelles il y a plusieurs conseils. Bien avant, il faut la préparation qui est vraiment un conseil basique (être à l’aise avec le sujet et l’avoir préparé). Là par exemple, je m’étais préparé à cette interview en raisonnant en trois phases.

Mathieu : Ça te permet dès le début de l’interview d’annoncer la structure de ton message et de dire que ça comportera trois phases. Et donc vous pouvez suivre l’interview plus facilement.

Deuxième phase : juste avant de faire sa présentation

Thomas : On arrive à la phase 2 qui est la phase la plus importante. C’est ce qui se passe juste avant de monter sur scène face à son audience ou juste avant d’appuyer sur le bouton « Enregistrement ».

Mathieu : Le moment de stress.

Thomas : Oui. C’est le moment le plus important où il y a d’abord des techniques de respiration. C’est la première astuce et c’est valable pour tout le monde. Même si vous êtes à l’aise, il y a toujours une petite pointe de trac. Et la bonne astuce est de prendre 5 à 10 grandes respirations.

Respirez par le nez et faites 5 grandes respirations. Et tout de suite, il y a vraiment un phénomène où il y a du stress qui va déjà s’évacuer. J’en ai fait l’expérience. Je suis de nature assez à l’aise face à la caméra. Enfin je suis devenu à l’aise face à la caméra en l’expérimentant plusieurs fois, et c’est important.

Je fais des vidéos où je dessine par exemple. Donc je me filme en train de dessiner. Et il y a vraiment un grand plan sur ma main en train de dessiner. Si je n’ai pas fait mes techniques de respiration, on va voir mon stylo qui tremble. Et si je prends les 5 grandes respirations, mon stylo va se stabiliser tout seul et je serai moins stressé.

Mathieu : Est-ce-que tu peux nous faire un exemple de ces 5 respirations.

Thomas : C’est bien par le nez. On remplit vraiment la cage thoracique. On le fait 5 fois de suite, ou peut-être même plus si vous êtes vraiment stressés.

Mathieu : J’encourage les personnes qui regardent la vidéo à tester. Je connais aussi ce qui s’appelle la respiration profonde en développement personnel.

Essayez parce que c’est super simple.

Vous inspirez, vous bloquez puis vous comptez 1, 2, 3 et vous soufflez pendant 10 ou 15 secondes. Vous videz totalement la cage thoracique et vous allez sentir instantanément le stress qui s’évacue. C’est un truc qui marche super bien. C’est un super conseil de Thomas. Ça parait simple mais ça fonctionne. Donc testez-le tout de suite et vous allez voir que ça fonctionne.

On passe maintenant à la deuxième phase.

Travailler son articulation grâce à la technique du stylo

Thomas : La deuxième phase, c’est juste avant d’appuyer sur le bouton « Enregistrer » ou se présenter face à l’audience. N’hésitez pas à boire un peu d’eau. Là par exemple, j’ai oublié de le faire. Et donc je commence à avoir la bouche pâteuse et je sens qu’elle est sèche. Et donc ça permet d’avoir une meilleure élocution.

Et surtout, il y a un travail d’articulation qu’on peut faire en préparation. C’est une technique qu’on apprend quand on fait des cours de théâtre. C’est Lorenzo Pancino qui me l’a rappelée.

Mathieu : Lorenzo Pancino qui est coach vocal et qui faisait les voix de « Un diner presque parfait » sur M6, c’est ça ?

Thomas : Oui. Et donc la technique qu’il m’a rappelée est la technique du stylo. Vous mettez un stylo dans la bouche. Et vous commencez à lire les deux premières phrases qui sont les phrases d’accroche. Ça vous permet d’apprendre à articuler : ce qui est très important.

Ce sont deux techniques que l’on peut faire en préparation quand on se présente face à l’audience.

Mathieu : Juste avant de se présenter.

Thomas : Juste avant d’appuyer sur le bouton « Enregistrement » ou juste avant de monter sur scène.

Une toute dernière technique qui est pour moi la meilleure est le lâcher-prise. Je l’ai fait avant juste qu’on appuie sur le bouton « Enregistrer », on a fait un claquement de mains, et on a crié. C’est très important parce qu’on monte en énergie. Et c’est très important de prendre cette bouffée d’énergie avant de se lancer. C’est vraiment un moyen de se booster.

Mathieu : C’est quelque chose que je fais aussi quand je fais une vidéo.

Ça permet aussi de créer une espèce de bulle de confort. Là, il y a des gens autour de nous qui nous regardent et c’est un peu bizarre. Et si vous on se voit sauter dedans, on prend un peu le lead sur la foule. C’est-à-dire que quand vous commencez, vous avez la foule qui a un peu le lead sur vous. Vous êtes un peu en dehors de votre zone de confort. Vous commencez à sauter et à crier. Vous êtes le patron et les gens commencent à vous regarder : Vous avez pris le lead sur la foule et ça vous donne de la confiance.

C’est un excellent conseil. Ce que j’aime, c’est que je découvre les conseils de Thomas en même temps. Je savais qu’il y en avait trois, mais je ne savais pas lesquels c’était. Ça permet d’avoir une interview qui est sous la forme un peu conversationnelle où l’on découvre les idées.

Maintenant, on passe à la troisième phase.

Troisième phase : pendant la présentation

Thomas : C’est ce qui se passe pendant que vous êtes sur scène (c’est ce qu’on est en train de faire). Là, le bouton est sur « Enregistrement » ou alors la lumière est sur vous et l’audience est prête à vous écouter. Pour le « pendant », il y a deux états d’être :

Soit vous êtes dans l’interprétation. Et ce n’est pas la meilleure façon. Vous êtes vraiment naturels. C’est vrai qu’on a comme référence les présentateurs télé qui semblent vraiment à l’aise face à la caméra. On voit même dans les Talk Show des personnes qui ont de la répartie, qui posent les bonnes questions, qui font les bonnes relances, les bonnes transitions et tout est scripté. C’est-à-dire que tout est écrit. Ils ont un prompteur qui défile et ils font de l’interprétation.

Mathieu : Ça dépend. Je crois que Cyril Hanouna bosse sans prompteur. C’est l’un des petits génies de la télé.

Thomas : Il y a quand même des prompteurs en plus de l’assistance de la régie. Et évidemment, il a sa répartie qu’on lui connait. Il y a en fait le deuxième état d’esprit que je préfère largement. Dans votre préparation, vous avez les idées clés, mais vous ne vous êtes pas amusés à tout écrire mot après mot. Sinon le jour J, si vous voulez tourner avec un prompteur par exemple ou être assistés par vos notes, vous allez tomber rapidement au mode « interprétation » et vous allez manquer en naturel et en authenticité.

Mathieu : On note les idées clés, c’est ça ?

Thomas : On note les idées clés, et surtout on bascule en mode « conversation ». Ça veut dire qu’on vient dans un état d’esprit où on sait qu’on va apporter quelque chose à l’audience qui nous écoute, ou on va apporter quelque chose derrière le bout de plastique qui nous enregistre.

Il y a pleins d’astuces pour être en mode « conversation ». Soit vous êtes face à l’audience en live et vous avez immédiatement des réactions directes que vous pouvez capter ; et donc ça vous aide à être en mode « conversation » parce que vous voyez les réactions.

Lorsque vous vous adressez en mode « enregistrement », vous vous adresser à un bout de plastique. Et on sait que derrière, il y a ton audience à laquelle je m’adresse en ce moment. Je suis en train de voir une image de ton audience. Ce qui peut aider lorsqu’on connait déjà son audience, c’est d’avoir une photo qui rappelle un événement que vous avez passé avec votre audience à côté de l’objectif. Si vous avez eu la chance de rencontrer cette audience lors d’un événement ou une formation que vous avez organisée vous-mêmes, un atelier ou un événement auquel vous avez participé et auquel ils ont assisté. Mettez cette photo à côté de l’objectif et vous savez que vous êtes en train de faire cette vidéo avec eux.

Mathieu : Ça personnalise un peu plus l’objectif. Est-ce-que tu me permets de prendre ce petit objet juste pour montrer les idées clés que tu as notées ?

Thomas : Oui.

Mathieu : Je vous avais fait une vidéo où je vous ai montré ce que je faisais, et Thomas fait la même chose (cette vidéo est la suivante : le système D).

Thomas : En préparation, il y a tout ce qui se passe bien avant, juste avant et pendant. J’ai encore deux dernières astuces qui sont notées là.

Mathieu : Vous voyez que ce n’est pas du live total. C’est préparé et il y a des idées. Donc c’est normal de faire ça. Ne vous mettez pas des barrières trop hautes que ce soit pour une présentation physique devant une audience, ou une présentation comme on fait là.

Ne tomber pas dans le syndrome du répondeur

Thomas : Alors comme je disais, la juste distinction entre l’interprétation et la conversation est ce que j’appelle le syndrome du répondeur. Si vous avez eu ce syndrome-là, faites un pouce bleu ou laissez-nous un commentaire sous la vidéo.

C’est tout simple : On bascule du mode « interprétation » au mode « conversation ». On est avec son téléphone portable. Et vous avez tous eu ce syndrome et vous vous dites « Oh ! Ce serait bien que j’enregistre un petit message sur ma messagerie pour tous les gens qui n’arrivent pas à me joindre ».

Et vous allez faire la prise peut-être 20 ou 30 fois parce que vous allez vous dire « Mais c’est nul ce que j’ai enregistré ». Et vous allez réécouter et porter un jugement trop critique vis à vis de vous-mêmes. Et là, vous êtes en mode « interprétation ».

Mathieu : On se dit tout le temps « Ce n’est pas ma voix quand même ! »

Thomas : Vous avez déjà un jugement très critique sur vous alors que pourtant, quand on vous appelle et que vous décrochez, vous êtes en mode « conversation » et les gens savent qu’ils s’adressent à vous et à qui vous êtes.

C’est ce que j’appelle le « syndrome du répondeur ».

Il est valable pour les vidéos enregistrées. Tous les conseils que je vous ai donnés vous aident à ne pas avoir ce syndrome du répondeur. Vous n’êtes pas en train de vous dire : « J’appuie sur Enregistrement, et je suis en train de m’auto-juger sur ce que je suis en train de dire ». Mais basculez en mode « conversation ».

Vous enregistrez pour une audience et donc vous faites une conversation avec l’audience.

Partagez votre énergie avec l’audience

Le tout dernier conseil (d’où l’intérêt de monter en énergie avant de faire la prise), c’est vraiment de communiquer plus qu’une conversation, mais c’est une énergie. Si vous arrivez à transmettre cette énergie, vous avez tout gagné. Parce que vous êtes en mode « conversation authentique« , vous ajoutez de l’énergie et vous véhiculez plus qu’un simple sujet. Vous véhiculez une émotion, et votre énergie se ressent même à travers un bout de plastique et même à travers une vidéo sur Youtube.

Mathieu : Il faut être passionné par ce qu’on dit.

Thomas : Exactement.

Mathieu : Merci Thomas.

J’espère que ça vous a plu. J’espère que ça vous sert. Vous pouvez appliquer ces conseils dans plein de domaines. On vous a parlé de réunions publiques. Si vous avez envie de faire des vidéos, je suis sûr que vous allez aussi trouver d’autres conseils, parce que ce sont simplement des conseils pour être à l’aise devant une audience.

À vous de trouver des moments dans votre vie où vous allez avoir besoin de ça. Alors Thomas, tu nous a prévu une autre vidéo ?

Ne manquez pas la vidéo bonus de Thomas

Thomas : Oui.

J’ai une vidéo Bonus justement où j’explique ce facteur « énergie ». Ça parle de comment on peut faire plusieurs vidéos sur Youtube tout en maintenant un niveau d’énergie élevé.

Les résultats sont assez impressionnants. Je les ai testés moi-même. On peut publier plusieurs vidéos avec un effort de production qui est réduit et un niveau d’énergie qui est extraordinaire.

Mathieu : D’accord. Donc cette vidéo est déjà sur Youtube ?

Thomas : Je la publierai très prochainement et elle va être en lien quelque part sous cette vidéo.

Mathieu : Je vous mettrez le lien dans la description si vous êtes intéressés par ce que vous a dit Thomas ; que vous soyez sur Facebook, youtube ou mon blog. Il y aura un lien sous cette vidéo. Vous cliquez dessus et vous verrez directement la vidéo de Thomas.

Indication : la vidéo est publiée ici – Tournez plusieurs vidéos en une seule prise 

Si vous avez aimé cette vidéo, n’hésitez pas à la partager sur les réseaux sociaux. Partagez ces conseils avec vos proches s’ils vous ont plu.

Je vous dis à demain pour l’épisode 24 de la série « Agir au Quotidien ».

0

À propos de l'auteur:

Ingénieur de formation, Mathieu Vénisse décide, en février 2012, de changer de vie. Il crée Penser-et-Agir.fr, le site sur lequel il développe son approche innovante du développement personnel baptisée "Le développement personnel par l'Action". Aujourd'hui, Penser et Agir est reconnu comme étant le blog leader sur la thématique du développement personnel avec plus de 200 000 visiteurs par mois, plus de 50 000 abonnés à la newsletter et plus de 2 000 personnes qui ont déjà fait confiance à Mathieu et suivi ses formations en ligne. Convaincu qu'un seul choix peut tout changer, il accompagne ses clients à réaliser leurs rêves et à concrétiser leurs projets de vie quels qu'ils soient. Vous souhaitez aller plus loin ? Découvrez les formations en ligne ainsi que les séances audio d'auto-hypnose

Les personnes qui ont lu cet article vous recommandent ceux-là :

Ajouter un commentaire


Téléchargez gratuitement "Le Petit Guide Pratique de la Confiance en Soi"