Voici l’histoire d’une personne ordinaire qui a réussi sa vie…

Thomas est doté de capacités intellectuelles supérieures.

« C’est pas moi qui le dis, c’est le psy ! » répète-t-il sans cesse.

Mais finalement, 142 de Q.I. ce n’est pas si grave. Ça ne se voit pas de l’extérieur, ça ne s’entend pas lorsqu’il parle. Thomas est une personne ordinaire, c’est juste qu’il comprend plus vite que la moyenne.

« C’est pas moi qui le dis, c’est Monsieur Laborit ! », répète-t-il sans cesse.

Monsieur Laborit, c’est son prof de maths. Et naturellement, Thomas est son élève préféré.

« Au moins, je n’ai pas l’impression de faire cours pour rien ! Monsieur, vous pouvez être fier de votre fils. Il ira très loin ! ».

André, le père de Thomas est heureux. Ouvrier depuis ses 16 ans, il s’est toujours promis d’obtenir le meilleur pour son fils. Et comme il ne cesse de le répéter à sa femme :

« Aujourd’hui sans diplôme, on ne fait plus rien. C’est pas comme à notre époque ! Un diplôme aujourd’hui, c’est le minimum syndical ! »

André n’a jamais vraiment compris pourquoi son fils avait été diagnostiqué « intellectuellement précoce ». En plus il paraît que c’est génétique…

« Et c’est pas moi qui le dis, c’est les scientifiques ! » répétait-il sans cesse.

Il était surtout soulagé que son fils ne soit pas « autiste ou un autre truc dans le genre ».

« Mon fils est intelligent et, comme le dit Monsieur Laborit, il va réussir ! »

Un enfant ordinaire

Aujourd’hui Thomas a 13 ans. Il a obtenu son brevet des collèges avec 2 ans d’avance. Même monsieur Laborit est venu à la petite fête organisée par ses parents. C’est qu’à la campagne, tout le monde se connaît ! Ce n’est pas comme à la ville… A la campagne, on ne se fuit pas du regard.

« Je vous l’avais dit monsieur Oneiros, votre fils réussira. Et je me trompe rarement ! »

Le verre tinta, les conversations allaient bon train : Un bel après-midi en somme ! A la campagne c’est comme ça, c’est jovial, tout le monde se connaît. C’est pas comme à la ville ou personne ne se parle. Un après-midi ordinaire, des études ordinaires, un bonheur ordinaire dans un monde ordinaire…

Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes.

 

3 années passèrent…

 

« Et la ville au fait ? » questionna la boulangère.

« La plus belle ville du monde voulez-vous dire madame Micheline ! Notre fils a été accepté dans une école de commerce très réputée ! Vous savez, ceux qui font des grandes études : c’est eux qui dirigent le monde ! Ils ont la belle vie ! Ma fierté, madame Micheline, ma fierté je vous dis ! »

Un homme ordinaire

Thomas est à Paris. La capitale de France, la plus belle ville du monde, des études prestigieuses… Plutôt cool ! En plus Thomas a reçu une bourse pour venir étudier.

« C’est comme ça que ça fonctionne, explique-t-il à Sophie, quand tu es reconnu comme quelqu’un de doué, les entreprises sponsorisent tes études. Et le mieux dans tout ça, tu sais ce que c’est Sophie ? C’est l’embauche assurée chez Mirari ! Les leaders de l’édition dans le développement personnel. Bon ok, le produit final c’est de la foutaise, mais leur économie est en pleine forme, la société est prospère et ils payent super bien ! C’est déjà dans la poche Sophie. Les gens malheureux, il y en aura toujours haha ! »

Thomas a rencontré Sophie à une soirée de son école. Elle est marrante Sophie. Enfin marrante, ce n’est pas le bon mot. Elle est touchante plutôt. Comme si la simplicité et le calme pouvaient être des atouts séduction… En tout cas : ils ont tout de suite accroché. Forcément, Sophie est jolie, intelligente et promise à un avenir en or ! D’ailleurs Thomas adore le répéter à tous ses amis :

« Sophie, tu vas voir ce sera une sacrée femme d’affaire, elle a tout pour réussir ! C’est pas moi qui le dis, elle a les meilleures notes de la promo ! »

Un homme d’affaire ordinaire

Thomas est en retard ce soir. Il avait une réunion qui a duré un peu. Mais c’est normal, les réunions qui traînent. Quand on est chef du département stratégique chez Mirari, on a des responsabilités. Ça fait maintenant 5 ans que Thomas essaye d’expliquer ça à Sophie mais elle ne comprend pas. Tout comme Thomas n’arrive pas à comprendre qu’elle se soit reconvertie au métier d’infirmière avant d’avoir terminé ses études de commerce.

« Une infirmière ça ne gagne rien et en plus vous avez toutes une sciatique en fin de carrière ! », répétait-il sans cesse pendant le film de deuxième partie de soirée.

Ah oui, le film de deuxième partie de soirée ! C’est bien le seul moment où Thomas et Sophie peuvent se retrouver. Thomas finit souvent très tard et Sophie a des horaires décalés. Pas simple pour une vie de couple ! Et puis, comme Thomas est souvent en déplacement, il part dès le dimanche pour dormir sur place et être en pleine forme le lundi matin. Les week-ends sont plus courts mais « c’est le secret de la réussite » comme il aime le confier à Sophie avant de s’endormir. En dehors des horaires un peu particuliers et de ces petites incompréhensions, Thomas et Sophie sont heureux. Ils projettent d’ailleurs d’avoir un enfant.

C’est génial un enfant !

Une vie ordinaire

Thomas aime raconter que sa femme est magnifique et que, malgré son travail, ils arrivent à partir en vacances trois fois par an.

« C’est pas tout le monde qui part trois fois par an quand même ! »

Hôtels 5 étoiles, palaces, visites touristiques, restaurants gastronomiques, etc.

« Ah ça des choses on en a vu, je peux te le dire ! » répète-t-il souvent à son ami Louis.

Louis est un gars sympa. Il n’a pas vraiment de grandes ambitions mais lui, au moins, il n’est pas prise de tête. Pas comme les autres qui travaillent au service stratégique. Thomas ne savait pas trop ce qu’il appréciait chez Louis… Finalement ce n’est qu’un type du service rédaction. Ces espèces de machins pseudo-psychologique. Toutes ces personnes qui écrivent des choses mais qui n’ont, pour la plupart, même pas un diplôme de psychologie ! Ça a toujours dépassé Thomas ça. Comment peut-on aborder des questions soi-disant “psychologiques” sans avoir fait d’études de psychologie ? Incompréhensible ! Mais Louis avait su attirer son attention un jour à la machine à café alors qu’il était perdu dans ses pensées…

Un ami ordinaire

« Vous savez quoi monsieur ? Je suis étonné… Hier je faisais des recherches sur Internet pour savoir d’où venait mon prénom… Eh bien vous savez quoi ? Pas une trace de mon prénom sur la première page du moteur de recherche ! Lorsque je tape “Louis”, tous les résultats concernent une marque de luxe. Si si vous savez, celle dont les japonais raffolent ! Enfin c’est pas le problème, c’est juste que ça m’a étonné…

Bref ! Vous travaillez dans quel service monsieur Thomas ? »

« Comment connaissez-vous mon prénom ? »

« Monsieur, comme tous les employés de Mirari, nos prénoms sont visibles sur notre étiquette », avait-il dit en montrant la poitrine de Thomas.

« Vous savez, monsieur Thomas, les noms ne sont pas choisi par hasard. On réfléchit toujours avant de donner un nom à quelque chose ou un prénom à quelqu’un… Je ne connais pas mes parents et je me suis toujours demandé pourquoi l’orphelinat m’avait appelé Louis. C’est pour ça que j’ai cherché sur Internet. Mais, dans les orphelinats, je ne crois pas qu’ils prennent le temps de réfléchir aux prénoms… Et vous, vos parents vont bien ? »

Louis parle beaucoup et c’est ce qui plaît à Thomas. Ça le distrait. Tout ce qu’il dit n’est pas intéressant. Souvent, il parle de ces machins de développement personnel là ! Et, chaque année, Thomas se pose la même question :

« Pourquoi Louis persiste-t-il à m’offrir un bouquin que je ne lirai pas ?! »

Mais comme le dit son père : « les cadeaux, ça ne se jette pas Thomas ! »

Il avait donc dix livres alignés sur une étagère de sa bibliothèque qu’il n’avait jamais ouverts.

Enfin, Sophie les lisait, c’est déjà ça !

Un adulte ordinaire

Aujourd’hui Thomas a 40 ans. Il organise une super fête pour son anniversaire ! Il a mis beaucoup d’argent : ça va être vraiment génial ! En plus ça fait maintenant 5 ans que Sophie l’a quitté. Il a accusé le coup. Il va beaucoup mieux !

« C’est pas moi qui le dit, c’est mon psy ! » répète-t-il sans cesse à son ami Louis.

Ce bon vieux Louis n’aurait raté pour rien au monde l’anniversaire de Thomas. Il ne sait pas non plus pourquoi ils s’entendent bien mais c’est comme ça ! Et depuis que Louis a quitté son travail pour se lancer dans l’auto-édition, il a moins d’occasions de voir Thomas.

« Au fait, j’ai ton cadeau d’anniversaire ! Je sais que tu ne lis pas les livres que je t’offre alors j’ai décidé de t’en offrir un tout petit cette année. »

Je me suis dit que celui-là, peut-être tu le liras… Et puis il a été écrit à une époque où les diplômes n’existaient pas… mais je peux te garantir qu’il en aurait eu des diplômes cet homme-là !

Thomas remercia Louis puis ouvrit le paquet…

 

 

Son coeur bondit. Il n’eut pas le temps d’avoir les mains moites qu’il chancela. Louis le rattrapa et amortit sa chute…

Un livre ordinaire

Thomas venait de recevoir en cadeau le livre qui se trouvait à côté de la lettre d’adieu de Sophie 5 ans auparavant. A l’époque, il avait pris ce livre et l’avait rangé avec les autres pensant que c’était l’un des cadeaux de Louis qu’elle lisait à ce moment-là.

Tout simplement…

Mais Louis n’avait jamais acheté ce livre à Thomas avant cet anniversaire. En fait, c’était le dernier message de Sophie avant qu’elle ne le quitte. C’était le dernier cadeau de Sophie.

Tout simplement…

Elle avait laissé une lettre, un livre et un post-it.

Une conversation ordinaire

Le lendemain matin, au téléphone, Thomas expliqua :

« Écoute Louis, je vais te lire ce post-it, je l’ai gardé »

Le post-it de Sophie

« Toi qui aime bien tous ces machins, tu m’expliques ? » demanda-t-il à Louis au téléphone.

« Tu ne connais pas le “carpe diem” ? C’est une maxime extraite d’un poème d’Horace. Ça signifie : Cueille le jour présent sans te soucier du lendemain. »

Thomas remercia Louis puis raccrocha. Le lendemain de ses 40 ans, Thomas ouvrit le petit livre que Sophie lui avait acheté 5 ans auparavant. Le livre commençait comme cela :

« LETTRE I – Sur l’emploi du temps.

Suis ton plan, cher Lucilius ; reprends possession de toi-même : le temps qui jusqu’ici t’était ravi, ou dérobé, ou que tu laissais perdre, recueille et ménage-le. »

 

 

Il s’endormit tard, le livre ouvert sur sa poitrine, une larme coulait le long de sa joue…

Fin.

Chaque personne, chaque livre, chaque objet, chaque événement qui passe dans une vie est ordinaire pour quelqu’un et remarquable pour quelqu’un d’autre. Ne passez pas à côté de ceux qui sont remarquables pour vous… Et, si vous n’avez rien à faire ce soir… Pourquoi ne pas lire ? Ça changera de la télévision :

Lettres à Lucilius

Votre ami,

Louis.

(Ou bien quelqu’un d’autre… à vrai dire ce n’est pas le problème… ce n’est qu’un prénom.)

Merci à tous les lecteurs qui sont arrivés jusque là !

Parfois, la nuit il est difficile de dormir. C’était le cas de la dernière nuit, alors je me suis levé et j’ai écris un peu. Voilà comment cette histoire est née. J’ai hésité avant de la publier et puis je me suis dis : « allez, tu as un blog, c’est fait pour ça ! ».

En tout cas, si cette histoire vous a plu, partagez-la sur Facebook et sachez que je serai ravi que vous laissiez un commentaire en bas de la page si vous en avez l'envie. Enfin, si vous n'êtes pas encore inscrit sur Penser et Agir, il est toujours temps : cliquez iciMerci d'avance à tous ceux qui prendront le temps de m'aider à faire connaître Penser et Agir.

Photo : © lassedesignen – Fotolia.com

Le développement personnel par l'action !
Collection « Le développement personnel par l’action » :

  • 13 astuces pour mieux vivre au quotidien (50 pages)
  • Le sanctuaire de la pensée positive (15 pages)
  • Le guide du passage à l’action ! (393 pages)
  • Le video-book de la manipulation (à paraître)

Inscrivez-vous et recevez gratuitement les e-books parus et à paraître !
(100% gratuit et sans aucun engagement)
Recevez tout, tout de suite !



Moi aussi je n’aime pas les spams ! Votre e-mail est et restera confidentiel.
18

Commentaires

  1. Bruno  août 21, 2013

    Une bien belle histoire.
    Eh oui, je suis allé jusqu’au bout.. en fait, on aimerait connaitre la suite :-)
    Beau message, beau fond, belle forme.. tout y est, bravo, une insomnie bien rentabilisée

    répondre
    • Mathieu  août 22, 2013

      Bonjour Bruno et bienvenue sur Penser et Agir,

      Merci pour tes compliments.
      Finalement cette insomnie n’aura pas été inutile en effet !

      Une suite ?
      Je ne sais pas, l’histoire est bien comme cela.
      J’aime bien l’idée que chacun puisse imaginer la suite de cette histoire.
      Et puis, les insomnies ça va, mais pas trop souvent non plus ;) !

      Au plaisir d’interagir avec toi lors de tes futurs commentaires,
      Mathieu.

      répondre
  2. Brithom  août 21, 2013

    Bonjour,
    merci pour cette petite histoire, j’ai bien aimé, une histoire sans fin… une leçon…
    A+

    répondre
    • Mathieu  août 22, 2013

      Bonjour Brithom et bienvenue sur Penser et Agir,

      Merci d’avoir pris le temps de laisser un commentaire.
      Je suis ravi que cette histoire vous ait plu.

      Au plaisir d’interagir avec toi lors de tes futurs commentaires,
      Mathieu.

      répondre
  3. Salma  août 22, 2013

    Bonjour,

    Merci, une très bonne histoire et beaucoup de leçons.

    Bonne continuation.

    répondre
    • Mathieu  août 22, 2013

      Bonjour Salma et bienvenue sur Penser et Agir,

      Merci à vous :)

      Bonne continuation,
      Mathieu.

      répondre
  4. souad  août 25, 2013

    belle histoire je l’ai relu 2fois .je ne la trouve pas ordinaire

    répondre
  5. Dany  août 25, 2013

    Bonjour Mathieu,
    une bien jolie histoire, avec un joli message à l’intérieur..
    On déroule le fil, et on trouve le cadeau…
    A renouveler sans modération, pour les nuits sans sommeil..
    A bientôt
    Dany

    répondre
    • Mathieu  août 26, 2013

      Merci Dany.

      Promis je renouvellerai si je ne trouve pas le sommeil une autre nuit.
      J’ai d’ailleurs quelques idées autour de cette histoire…

      A bientôt,
      Mathieu.

      répondre
  6. Théo Duverger  août 26, 2013

    Salut!
    Bravo pour cette merveilleuse idée de la rédaction d’une histoire comme une métaphore ou une réflexion générale sur le thème du moment présent. C’est complètement différent de ce que l’on a l’habitude de lire ailleurs et franchement ça fait son effet.
    Par ailleurs, j’utilise très souvent les métaphores dans mes consultations donc ce style m’a particulièrement plu.
    Je ne connaissais pas ce livre, je crois qu’il va finir entre mes mains celui-là.
    Au plaisir de te relire
    Dernier article de Théo Duverger : Hypnose pour les enfantsMy Profile

    répondre
  7. fancy  août 26, 2013

    Bonjour Mathieu,

    Tout simplement merci pour cette belle histoire…

    A bientôt.
    Fancy

    répondre
    • Mathieu  décembre 13, 2013

      C’est avec grand plaisir Fancy :)

      A bientôt,
      Mathieu.

      répondre
  8. stephanie  août 26, 2013

    C très beau … Et bien D gens ont du se reconnaître … Merci !

    répondre
  9. Brigitte  octobre 30, 2013

    Bonjour,
    En apparence, c’est une histoire simple que chacun(e) d’entre nous peut rencontrer un jour. Mais au delà des mots et du temps qui passe, elle devient bien plus instructive et intéressante. Peu m’importe la fin…> comme vous l’écrivez … »c’est le chemin parcouru « qui compte »…et, votre histoire le démontre bien.
    Cela me rappelle cette phrase de Blaise Pascal ….> [...]tout le malheur des hommes vient d’une seule chose, qui est de ne pas savoir demeurer en repos dans une chambre.
    Que dire de plus, sinon que, pour chaque chose qui se présente à nous au quotidien, prendre le temps de les vivre « au présent » et le « temps « compté » de notre montre…etc » n’y change rien….Encore une autre histoire que celle du temps..!! .Merci à vous. J’ai bien aimé cette histoire simple ! Brigitte

    répondre
    • Mathieu  décembre 13, 2013

      Bonjour Brigitte,

      Merci pour votre commentaire.
      Très belle citation de Blaise Pascal en effet, merci de l’avoir mentionnée.

      Au plaisir d’interagir avec vous lors de vos futurs commentaires,
      Mathieu.

      répondre
  10. Brigitte  janvier 8, 2014

    Merci Mathieu, je ne sais pas pourquoi cette histoire me remue tant. J’avoue même quelle me fait pleurer…
    Tu écris la chose simplement, avec ton coeur et sans jugement sur personne, un peu aussi comme si tu avais su mettre ton égo de côté.
    J’ai retrouvé un peu de ce personnage de Forrest Gump merveilleusement interprété par Tom Hanks, qui vit la vie au jour le jour et poursuit son rêve avec persévérance, sans jamais le quitter des yeux. La vie saura le remercier avec la plus belle des choses qu il y a au bout , c’est à dire l’amour.
    Mathieu, je t’envoie beaucoup de Lumière et d’Amour sur ton chemin, car tu sais en donner sans compter autour de toi grâce à ton site . Je suis sûre que tu dois être une belle âme , car tu aides les autres à trouver la leur…
    Continue ! et … Merci
    Brigitte

    répondre
    • Mathieu  janvier 8, 2014

      Merci Brigitte pour ton commentaire !
      Il me touche sincèrement.

      Je ne pensais pas un jour être capable d’émouvoir quelqu’un jusqu’aux larmes avec un simple texte mais cela signifie que mon message est passé.
      Vivre le moment présent est tellement important que je souhaitais en parler d’une façon originale sur Penser et Agir.
      L’insomnie qui aura fait naître cette histoire aura donc été très bénéfique :)

      Merci encore pour ton commentaire;

      A bientôt,
      Mathieu.

      répondre

Ajouter un commentaire


CommentLuv badge