Comment ne plus être victime des influences négatives causées par votre entourage ?

Aujourd’hui j’aimerais vous parler des influences négatives et, plus particulièrement, des influences négatives causées par votre cercle social proche : amis, proches, collègues, etc.

Vous reconnaissez vous dans la situation suivante ?

Vous avez une pêche d’enfer aujourd’hui et voilà qu’un collègue vous raconte ces dernières mésaventures amoureuses ou ses déboires avec l’administration. Votre entrain s’en trouve vite gâché et votre moral en prend un coup.

Alors…

Comment ne pas se laisser emporter par les influences négatives des autres ou par leurs habitudes néfastes ? Comment ne plus en être victime ? Comment, au contraire, vous entourer de personnes positives qui partagent vos passions, et peuvent vous aider à avancer ?

Nous sommes tous influencés par notre entourage

On a tous dans notre entourage une personne, un ami, un proche, un collègue qui broie systématiquement du noir, qui voit toujours le verre à moitié vide ou qui ressasse à longueur de journée des pensées négatives. En les fréquentant, vous vous sentez un peu déprimé sans que vous ne sachiez vraiment pourquoi. Leurs mauvaises habitudes ont aussi tendance à se reporter sur vous.

Et cette influence est beaucoup plus importante que l’on croit !

Une étude menée par le Crédoc et réalisée en France en 2002 a montré que nos comportements quotidiens, nos modes vie, notre façon de penser étaient liés à la fréquence avec laquelle nous rencontrons les membres de notre famille, nos amis, nos connaissances. Selon cette étude, les relations sociales arrivent au deuxième rang des facteurs explicatifs de nos attitudes, après l’âge, mais devant le diplôme, la profession et le revenu.

Nous sommes donc bel et bien influencés par notre entourage et en prendre conscience est capital pour changer les choses.

Je vais à présent vous livrer ma technique pour vous libérer d’un entourage négatif.

La solution pour échapper aux influences négatives des autres

Selon Jim Rohn, coach américain en développement personnel, nous sommes la moyenne des cinq personnes avec lesquelles nous passons le plus de temps. Ces cinq personnes constituent, ce que l’on appelle, notre cercle social proche. Si ces cinq personnes sont des personnes joyeuses, positives, tant mieux. Mais le problème survient lorsque ce cercle social est composé de personnes négatives, voire toxiques, qui vous pompent votre énergie, ruinent votre moral et vous écartent de vos objectifs.

Je vous propose de faire un exercice qui va vous permettre d’agir sur la composition de votre social proche.

  • Première étape : Identifiez les personnes négatives autour de vous. Analysez le temps que vous passez avec elles. Listez les défauts qu’elles ont et que vous ne voulez surtout pas voir déteindre sur vous.
  • Deuxième étape : Listez les personnes qui, lorsque vous les voyez, vous donnent de l’énergie, vous inspirent. Notez les qualités de ces personnes. Notez toutes les qualités que vous voudriez aussi développer chez vous.
  • Troisième étape : Modifiez votre cercle social proche. Rien de bien compliqué… Passez moins de temps avec les personnes négatives et consacrez-en plus avec celles qui vous sont bénéfiques. Vous profiterez ainsi, au quotidien, de leurs bonnes ondes. Et si ces personnes partagent les mêmes passions que vous, si elles ont déjà réussi quelque chose que vous voulez faire, ce sera encore plus profitable pour vous.

Je tiens à préciser qu’il ne s’agit absolument pas de vous couper de toutes les personnes que vous côtoyez actuellement, mais de réajuster la fréquence et le temps que vous passez avec ces personnes.

A vous de jouer !

Vous avez aimé cet article ? Alors, partagez-le avec vos amis, vos proches sur les réseaux sociaux. Pour cela, il suffit de cliquer sur le bouton « j’aime » juste en dessous !

Et vous, avez-vous été confronté à l’influence négative d’un proche ou d’un ami ? En avez-vous souffert ? Quel moyen avez-vous utilisé pour vous en extirper ?

N’hésitez pas à utiliser la zone de commentaires disponible en bas de page pour me faire part de vos expériences et de vos astuces.

Photo : © olly – Fotolia.com

10
LES PERSONNES QUI ONT LU CET ARTICLE VOUS RECOMMANDENT CEUX-LA :

Commentaires

  1. Chaymaa  décembre 2, 2014

    Bonjour,
    Je viens de faire quelques ajustement sur mes relations avec mes amis et collègues qui ont des influences négatives. j’essaye de ne pas les rencontrer plusieurs fois, de ne pas raconter à eux mes projets car ils donnent pas de motivation ou d’inspiration, bref j’ai découvert qu’on a pas les mêmes centre d’intérêt.
    Selon votre Exercice , l’étape que je viens de faire c’est celle la première.
    Pour la deuxième étape: je ne trouve pas les qui m’inspirent , qu’est ce que je dois faire à ce niveau là ?
    Merci.

    PS: j’aime beaucoup le nouveau design de votre site. Bonne continuation .

    répondre
    • Mathieu  décembre 2, 2014

      Bonjour Chaymaa et bienvenue sur Penser et Agir,

      Félicitations pour avoir fait cette démarche et pour avoir identifié des personnes négatives dans votre entourage.
      Si vous ne trouvez pas de personnes positives, vous devez devenir proactive et chercher à en rencontrer de nouvelles.

      Pour cela, il y a une méthode qui fonctionne : les endroits où vous pouvez rencontrer des personnes qui partagent vos passions.
      Il existe des associations, des clubs (sport ou autre), des forums sur Internet, des bars à thème, etc.
      En allant dans des endroits ou les gens partagent les mêmes passions, vous trouverez facilement des personnes qui partagent vos passions et vos ambitions.

      Au plaisir d’interagir avec vous lors de vos futurs commentaires,
      Mathieu.

      PS: merci beaucoup, en effet, je passe beaucoup de temps à travailler et à améliorer l’aspect graphique de Penser et Agir.

    • Chaymaa  décembre 6, 2014

      Bien notè :)
      Thank you

  2. Nicolas Bazard  décembre 3, 2014

    Bonjour,

    Les moments dans lesquels on ressent le plus l’influence des personnes négatives, c’est quand on veut prendre des risques, partir à l’aventure ! On parle de nos rêves à ce ou ces personne(s) et là c’est le drame, notre moral en prend un coup : « Mauvaise idée », « tu es malade ou quoi », « si ça marchait, tout le monde le ferait ! »

    Il n’est vraiment pas facile de combattre ses propres doutes et en plus les doutes de ses proches. C’est pour cette raison que je conseille de ne pas parler à tout le monde de ses projets les plus ambitieux, de ses rêves cachés. Essayez de les atteindre un peu plus chaque jour, ne comptez pas sur le soutien des personnes négatives.

    Il n’est pas facile de se séparer de certaines personnes négatives mais pourtant il est indispensable de le faire pour aller de l’avant !

    Nicolas

    répondre
  3. siham  décembre 4, 2014

    les idées de cet article sont intéressantes mais mon problème c’est je ne fréquente pas beaucoup de gens j’ai des collègues au travail le temps que je passe devant l’écran est plus que le temps que je passe avec les gens
    la solution pour moi est de chercher des personnes intéressantes à fréquenter.

    répondre
  4. lili-lilo  décembre 5, 2014

    Bonjour Mathieu
    Quant à ma famille j’ai toujours eu un soutien morale qui avait un impact direct sur moi, sur ma réaction face à une difficulté à un projet de vie à un comportement décisif c’est mon frère ainé. ce qu’il dit quand je tromble de peur : _c’est difficile mais ce n’ai pas impossible
    _imagine que tu est dans un bloc opératoire pour subir une chirurgie,alors mon cerveau réagi en comparant les situations et je dédramatise ainsi de suite l’orientation de ma vie a pris alors et pour toujours l’aspect du défit .

    Dans mon entourage professionnelle il y’a deux personnes à ondes négatives et quatre personnes à effet positif
    pour l’instant ma technique avec elles :être toute présente avec elle avec mon corps alors que dans mon esprit elles ne prennent pas conscience qu’elles sont entièrement absentes .

    répondre
  5. Michael  décembre 8, 2014

    Bonjour Mathieu,

    Complètement en phase avec ton article. « Regarde ce que tu vis dans ta vie et je te dirai qui tu es » est une phrase qui m’a beaucoup aidé. C’est clair que son entourage est un révélateur merveilleux de là où nous en sommes. Il y a quelques années, l’écart entre ce que je vivais et mes aspirations était devenu tel que j’ai naturellement pris des décisions qui ont changé ma vie … et mon carnet d’adresse. Maintenant je peux dire que je n’ai quasiment plus de personnes dans mon entourage qui « pompent » mon énergie. Du coup j’ai pu me rendre compte lorsque que ponctuellement je rencontrai de telles personnes, que j’étais aussi co-responsable de cette situation. Désormais si je reste bien centré et conscient de « où je suis » je sais que en fait personne n’a le pouvoir de me pomper mon énergie, .. sauf si inconsciemment j’ai quelque chose qui n’est pas encore alignée et à travailler … et j’en ai encore plein bien sûr :-) mais cela ne me fait plus peur.
    A bientôt
    Michaël

    répondre
  6. Paul  janvier 29, 2015

    J’aime bien la phrase de Jim Rohn selon laquelle nous sommes (et devenons) la moyenne des 5 personnes avec lesquelles nous passons le plus clair de notre temps.

    Merci Mathieu d’avoir mentionné une étude récente qui prouve, de façon plus scientifique, que Jim Rohn avait raison quant à l’influence déterminante de notre entourage sur notre vie.

    Je suis par ailleurs tout à fait d’accord avec toi Nicolas. Ne pas parler de ses plus grands projets aux autres, si ce n’est les personnes les plus optimistes et positives. Celles dont on sait qu’elles nous soutiendront et n’essaieront pas de nous décourager en affirmant que nos projets sont « irréalistes ». Par exemple : les membres de notre Master Mind (si on a un, comme le conseille Napoleon Hill).

    Selon Napoleon Hill, la peur de ce que les autres penseront de nous (si on agit à contre-courant de ce qu’ils estiment comme étant valable) est pour le surplus un des freins majeurs au succès. Je conseille par ailleurs à tout le monde la lecture des ouvrages de Napoleon Hill, notamment son livre le plus connus: « Think and Grow Rich » (traduit en français sous divers titres, notamment « Réfléchissez et Devenez Riche ». Si vous souhaitez découvrir 8 des plus grands secrets du succès qu’il y expose, vous pouvez aller sur mon blog, et plus précisément à l’adresse suivante: http://secretsdusucces.com/recevez-votre-cadeau-1-les-8-secrets-du-succes-selon-napoleon-hill/)

    Quoiqu’il en soit, il faut donc oser reprendre les commandes de sa vie et ne plus faire tellement attention à ce que disent ou pensent les autres. Se rappeler aussi qu’il s’agit de notre vie et donc qu’il revient à nous et à nous seuls de déterminer ce qu’on veut qu’elle soit.

    Enfin, un petit conseil additionnel pour éviter l’influence négative des autres sur nous. Réduire la fréquence à laquelle on les côtoie est certainement la meilleure solution, comme tu l’as souligné Mathieu. Mais parfois on n’a pas le choix. Par exemple ce sont des gens de notre famille et vivant sous le même toit. Lorsqu’ils font preuve de négativité, il est alors possible de recourir à deux stratégies :

    (1) imaginer une bulle protectrice nous préservant de leurs ondes négatives. Cela peut paraître un peu « ésotérique », mais il semble que ce soit efficace ;

    (2) imaginer qu’ils sont en train de jouer le rôle de quelqu’un de négatif et que vous êtes en train de jouer le rôle de la personne qui les écoute de façon détachée. Cette seconde méthode, un peu curieuse aussi, a pour objectif de réduire la « réalité » de cette interaction et peut-être de vous permettre de lui donner (mentalement) une touche d’humour.

    Paul

    répondre
  7. Pierre RAYNAUD  mai 2, 2015

    Oui nous sommes influencés par notre entourage, mais tout autant que nous l’influençons. Des auteurs de la mouvance de Palo Alto ont souvent écrit que le simple fait d’être avec quelqu’un l’influence. Toute ma vie j’ai étudié, observé et cherché à décrypter les mécanismes de l’influence et de la manipulation. J’ai fait de belles découvertes mais ce que j’ai découvert surtout c’est que la chose est trop complexe pour se laisser enfermé dans des formules et des algorithmes. Mais on peut quand même, en se basant à la fois sur les découvertes de la Sémantique Générale, de l’Ecole de Palo Alto et de la systémique, arriver à créer des formules comportementales et cognitives, nous permettant d’améliorer notre efficacité et notre influence tout en évitant la plupart des, conflits habituels qui nous gâchent la vie.
    La recherche doit continuer, et se dégager définitivement de toute analyses psychologisantes ou morale.

    répondre
  8. manata  août 23, 2017

    eh bien je suis d’accord avec la plupart des personnes qui ont posté leur commentaire
    après presque 20 ans d’une marche par semaine avec une collègue, je viens d’arrêter définitivement tout contact
    je connaissais son négativisme forcené, mais j’avais la prétention de me dire que ça ne m’atteignait pas, mais voila que je l’invite à passer une semaine chez moi en vacances (je viens de déménager dans le val de loire)
    et j’ai pu constater que j’étais heureuse qu’elle parte …..j’ai mis plus de 20 Jours à me débarrasser de son négativisme
    qui m’a atteinte de plein fouet !!!
    ce qui confirme bien que personne n’est armé pour faire face à ce genre de personne
    de plus j’étais fatiguée de mon déménagement : donc plus vulnérable
    ma décision me rassérène

    répondre

Ajouter un commentaire